Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La semaine de la souveraineté

Le pavillon Jean-Brillant de notre très noble université sera le théâtre, du 3 au 10 février prochain, de la traditionnelle Semaine de la Souveraineté organisée par le Mouvement des Étudiants Souverainistes de l’Université de Montréal (MÉSUM). Cette semaine de conférence aura pour but de familiariser les étudiants et la population en général avec le projet d’indépendance nationale. Après tout, la souveraineté politique du Québec se veut un projet pluraliste et rassembleur qui doit être non seulement porté par des partis politiques, mais aussi par la société civile. Cette dernière regroupe toutes les couches de la société québécoise, y compris les étudiants ! Moteur de changement dans une société, les jeunes se doivent de participer à cette grande idée et d’y insuffl er un vent de fraîcheur et de modernité car le Québec moderne, avec ses choix économiques, linguistiques et environnementaux, doit plus que jamais se questionner sur son avenir au sein du Canada. Tous les ans, plusieurs peuples font le choix de décider eux-mêmes de leur destinée, alors pourquoi pas le Québec ? C’est ce à quoi les jeunes seront cordialement conviés au début février.

Cet événement de grande envergure est toujours sur la planche à dessin, mais il est dès maintenant possible pour nous de vous en présenter les grandes lignes ainsi que les conférenciers qui ont confirmé leur présence en date d’aujourd’hui. Tout d’abord, le 10 février à 11h45, le pavillon Jean-Brillant accueillera l’ABCD de la Souveraineté, un groupe de jeunes parlementaires du Parti Québécois ayant pour mission la promotion de la souveraineté québécoise auprès des jeunes du Québec. Deux députés seront présents : l’actuaire, doctorant en économie, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie et député de Nicolet-Yamaska M.
Jean-Martin Aussant (c’est le A de l’acronyme ABCD) ainsi que l’exjournaliste vedette de Radio-Canada, porte-parole de l’opposition officielle aux affaires intergouvernementales et député de Marie-Victorin M. Bernard Drainville (c’est le D de l’acronyme ABCD). Ces deux jeunes députés parleront de leur vision de la souveraineté ainsi que de l’avenir du Québec. La conférence laissera une grande place aux échanges avec le public. Le local reste encore à déterminer.

La journée se terminera avec un 4 à 7 en compagnie du journaliste et panéliste Mathieu Bock-Côté au café La Brunante, au 2e étage du pavillon Jean-Brillant. Il sera question, vous l’aurez deviné, de la question nationale mais aussi de son analyse de la situation du Québec d’aujourd’hui. D’autres gros noms vont s’ajouter dans les prochains jours pour ainsi meubler cette semaine qui s’annonce bien remplie. Surveillez à ce sujet les affiches et les tracts qui apparaîtront sous peu sur les murs de l’université, sans oublier les autres journaux étudiants et la page Facebook du MÉSUM.

Finalement, un journal-pamphlet du
nom de
«Cahier B l e u
» , c o n t e n a n t divers articles en rapport à l’événement, sera offert aux étudiants dans les prochaines semaines.
Mais qu’est-ce donc que ce MÉSUM ? Ce mouvement fut fondé au moment du référendum de 1995 pour des jeunes étudiants de notre université, soucieux de partager avec leurs collègues universitaires leur passion pour le Québec et son avenir politique. Depuis, malgré quelques interruptions, ce groupe a survécu grâce à la relève indépendantiste de l’établissement. Il se veut un groupe qui a comme seul et unique but la promotion de l’indépendance du Québec et tout ce qui s’y rattache. Il n’est lié à aucun parti politique en particulier et oeuvre plutôt au sein de la société civile en tant que groupe étudiant et citoyen. Le mouvement est reconnu et autorisé par l’Université de Montréal et compte actuellement une dizaine de membres actifs.

Tous ceux qui seraient intéressés à s’impliquer auprès du MÉSUM et à participer à ses projets actuels et futurs peuvent consulter la page Facebook du Mouvement.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Mais où en est la Vitrine étudiante?

12 septembre 2014

C’est la question qu’on peut se poser en voyant l’état du 2ème étage du Pavillon principal. D’abord prévus pour être terminés avant la rentrée, les travaux de réaménagement du Foyer du 2ème étage tardent. Que s’est-il passé pendant l’été pour que rien ne soit prêt? Pas grand-chose selon certains étudiants ayant passé leur été à Poly pour des cours ou un stage.   Pour rappel, la Vitrine étudiante est le nom donné à la refonte...

Ma Maudite molle sonne

2 février 2007

En quoi le Party Molson est le plus grand non évènement de l’année ? après le FDLC bien sûr… Je suis de Polytechnique un des gars les plus expérimentés en matière de Party Molson. Cette année, on me couronnera et me portera aux nues des bras mêmes de l’AÉP qui a trouvé en moi ce fidèle de la destruction. L’AÉP construit son image aux morceaux brisés qui l’éparpillent. Et quand on ne tape pas...

Le Polyscope, sacré meilleur comité à l’interne

1 avril 2015

C’est au cours du Gala de l’Implication, le 25 mars dernier, que Le Polyscope s’est vu décerner le prix du Meilleur comité à l’Interne de l’AEP, ainsi que le trophée Baril White. Euphorie mercredi dernier dans l’Amphithéâtre Bell lorsque Le Polyscope s’est vu décerner le prix du Meilleur comité à l’Interne. Après une année de d’amélioration de contenu, de refonte interne et d’augmentation de la distribution et du lectorat, c’est une très belle récompense pour...