Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Salon SEMA et la 300C

Cette semaine marque le retour du salon SEMA (pour Specialty Equipment Market Association), un salon d’automobiles modifiées présenté à Las Vegas.
Habituellement, on retrouve un tas de muscle-cars modifiées, et cette année ne fait pas exception avec des Camaro, Mustang, Challenger et Corvette «boostées» aux amphétamines.
Toutefois, quelques véhicules ont retenus mon attention. Commençons par la Ford Taurus Interceptor Stealth Concept. Il s’agit d’une Ford Taurus modifiée en tant que voiture de police
«undercover». Avec sa peinture noire et son moteur V6 3.5L Ecoboost de 365 chevaux, elle se veut quand même menaçante. Un autre véhicule qui m’a intéressé est la Toyota Swagger Wagon Supreme. C’est une minifourgonnette Sienna allongée, mais ce n’est pas tout : le plancher est en bois franc, les sièges médians peuvent se déplacer et il y a un énorme écran plat au-dessus d’une console qui abrite un petit cellier réfrigéré. Une minivan de party, quoi.

Ailleurs dans l’exposition SEMA, on retrouve plusieurs Honda CRZ exposées.
À la base, je trouve que cette voiture est inutile, car cette voiture désire faire revivre l’esprit sportif du coupé CR-X, mais échoue lamentablement lorsqu’on considère que son rouage hybride est ni performant ni économe. C’est donc une surprise de voir une CR-Z modifiée par Honda, dite Hybrid R. Essentiellement, la puissance du moteur est portée à 200 chevaux grâce à un turbo, et la suspension et l’embrayage ont été renforcés. Toutefois, il existe une version encore plus extrême de la CR-Z. Le modificateur indépendant Bisimoto a modifié les organes mécaniques du petit coupé de Honda et a ajouté un gros turbocompresseur pour porter la puissance à… 533 chevaux. Évidemment, les chances que cette version soit mise en production sont faibles, mais il s’agit carrément d’un exploit !

La nouvelle Chrysler 300C 2012 Les espions-photographes de l’agence KGP Photography ont réussi à prendre des clichés clairs de la nouvelle Chrysler 300C 2012. Extérieurement, le design de la voiture n’est pas radicalement nouveau : il s’agit plutôt d’une évolution. On remarque que la grille et les phares avants sont plus fl uide, moins abruts. En fait de moteur, on retrouve dorénavant un V6 de 3,6L.
Image article Salon SEMA et la 300C 1163

Articles similaires

Chronique automobile – Salon de Montréal 2009

23 janvier 2009

Comme convenu la semaine passée, voici le compte rendu du Salon International (?) de l’Auto de Montréal. D’emblée, on réalise que cette exposition est beaucoup plus sommaire que sa contrepartie de Détroit. Toutefois, j’ai pu assister au dévoilement de certaines primeurs canadiennes et admirer certains prototypes. Commençons par Ford Le tour du Salon de l’Auto commence immédiatement avec Ford, plus précisément avec une Ford Fiesta européenne. Pour une voiture sous-compacte, elle est définitivement très...

Amour irrationnel pour une Lexus

30 octobre 2009

Il y a de nombreuses choses dans la vie qui peuvent faire l’objet d’un amour irrationnel : certains individus s’accaparent des instruments de musique valant plusieurs millions de dollars, d’autres s’achètent des voitures de collection. C’est donc dans cette lignée de pensée que Lexus a présenté au Salon de l’Automobile de Tokyo, le 21 octobre dernier, la version finale de sa première supervoiture, la LFA. Depuis la présentation du premier prototype en 2005, le...

Salon de Genève 2011

11 mars 2011

Traditionnellement, le Salon automobile de Genève est le terrain de prédilection pour le dévoilement de supervoitures. Cette année ne fait pas exception, au contraire : Ferrari y présente sa FF, Koenigsegg dévoile l’Agera (une énième variante de la CCX), et Pagani lève le voile sur la remplaçante de la Zonda, l’imprononçable Huayra. Beaucoup de constructeurs introduisent des prototypes verts, mais ce qui retient le plus l’attention, c’est l’avènement du nouveau taureau en chef de...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.