Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La Belgique

La Belgique fait partie inhérente du Vieux Continent. Cependant, le Royaume de Belgique, situé sur la mer du Nord, enclavé entre la France, les Pays-Bas, l’Allemagne et le Luxembourg n’est indépendant des Pays-Bas que depuis 1830. Avant cela, la Belgique était rattachée à la France jusqu’en 1814, et avant cela à l’Autriche jusqu’en 1790. Ces différentes infl uences sont donc à l’origine des tensions engendrées par les diversités culturelles que connaît la Belgique depuis 1839 jusqu’à nos jours ; avec trois langues officielles (le français, le néerlandais, et l’allemand) et autant de communautés (communautés francophone, néerlandophone, et germanophone),
le système de gouvernance du pays est donc assez complexe. La Belgique est essentiellement divisée en deux, entre la Wallonie francophone au sud et la Flandre néerlandophone au nord (avec quelques territoires à l’est occupés par les germanophones). Chacune de ces régions créées en 1980, est officiellement unilingue, avec pour exception la région capitale de Bruxelles qui est bilingue. Il est donc quasiment impossible pour un fl amand de ne pas se heurter à la barrière linguistique s’il décide de se rendre à quelques km au sud de sa demeure, et vice-versa pour un wallon. Cet attachement respectif à la langue devient une arme témoignant de la volonté d’indépendance de chacune des parties, puisqu’en passant d’une région à l’autre il n’y a plus de trace de la langue de l’autre, que ce soit pour les indications inscrites sur les panneaux routiers, les services dans les commerces et restaurants,… Ce clivage est s’autant plus présent dans la structure de l’état belge; il existe un parlement fédéral qui régit tout le pays, mais aussi un parlement wallon et un parlement flamand. En plus des divisions en régions, la Belgique est aussi séparée en communes, qui sont rattachées soit à la communauté française (les communes de la Wallonie et les communes de la région capitale de Bruxelles), soit à la communauté germanophone, qui chacune a un parlement aussi. Pour sommer, il existe donc six gouvernements différents (Gouvernement Fédéral, Gouvernement Flamand, Gouvernement de la communauté française, Gouvernement de la communauté germanophone, Gouvernement wallon et Gouvernement de la région Bruxelles-Capitale).
La régence de la Belgique est donc délicate, accentuée par les tensions de volonté d’indépendance dans ces dernières années. En effet, en décembre 2006, lors du journal télévisé, la Flandre néerlandophone proclame son indépendance et sa séparation de la Wallonie. Cette annonce cause un mouvement de panique à travers tout le pays; il s’avérera dans les heures qui suivent que la chaîne de télévision qui avait diffusé le journal, a voulu faire une blague. Quand bien même le canular mis à jour, les tensions intercommunautaires ont persisté et ont causé une remise en question de la situation critique de la Belgique.

Mise à part la volonté de chaque communauté linguistique de former des nations indépendantes, est-ce que cette scission est réaliste? A priori, dans le futur proche, la séparation ne se fera pas, d’une part à cause de la complexité du système sociopolitique belge et d’autre part, à cause de la dette fédérale de quelques 1.310 milliards d’euros, soit à peu près 98% du PIB, ce qui constitue un handicap à la constitution d’un nouvel état. En somme, le divorce de la Belgique ne serait pas imminent; comme tout pays où il y a moult langues, la cohabitation n’est pas évidente mais la séparation détruirait l’identité nationale.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.