Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Belles Boules…

À moins que vous ayez moins de 15 ans, j’imagine que vous avez travaillé cet été. Pour ma part, j’ai dû faire une recherche d’emploi à la fin de la session d’hiver, car je n’ai pas repris mon ancien emploi. C’est par un contact que j’ai trouvé mon travail d’homme de cour dans une compagnie de construction. J’ai quand même dû faire le tour des sites d’emplois comme Jobboom ou Emploi-Québec. Je n’avais pas trop de critères, je voulais surtout que ce soit payant pour compenser mon voyage en Afrique de l’été passé (je le plug parce que je reviens parfois là-dessus dans mes chroniques). Bref, en cherchant j’ai trouvé quelque chose de très drôle. Une offre d’emploi, 6 en fait, pour un(e) clairvoyant(e). Ça perd un peu son cachet ésotérique non ?

Là vous lisez la chronique du gars probablement le plus blasé sur ces affaires-là. Peut-être qu’un jour on l’expliquera mieux et que je passerai pour un arriéré comme ceux qui traitaient de sorcières les femmes qui avaient les cheveux roux ou n’importe quel prétexte pour immoler quelqu’un. Mais disons que je suis peu ouvert d’esprit pour ces niaiseries suceuses de cash de BS (oups). Ce n’est pas censé être un don, d’être voyant ? Comment peut-il y avoir assez de gens qui ont ce don pour faire du recrutement de masse comme ça.
J’ai été raide avec mon histoire de BS, mais j’ai beaucoup de difficulté avec les gens qui profitent de l’ignorance, de la faiblesse ou de la naïveté des gens. C’est vendre de l’espoir et du rêve, mais sans garantie. C’est s’apitoyer sur son sort et donner son « destin » (j’ai beaucoup de misère avec ce mot) dans les mains d’un escroc au téléphone et dans ce cas, le destin c’est un numéro de carte de crédit.

J’ai de la difficulté avec le mot destin parce que je trouve que c’est un mot de paresseux. Un mot pour ceux qui n’ont pas les couilles d’infl uencer leur vie. En se disant que le destin est déjà écrit, c’est trop facile. C’est simplement un point de vue de la vie différent, mais je trouve que c’est passif. Ce que j’aime de la vie c’est les nouveaux défis, les nouvelles émotions, les nouvelles expériences, apprendre et découvrir, bref stimuler mon cerveau. Pour que j’aie du plaisir dans la vie, je l’infl uence. Je ne la mets pas entre les mains du destin ou de madame minou.

Parenthèse. Avez-vous déjà vu à V (feu TQS) madame minou lorsque vous revenez de veiller et que vous trempez votre trip de bouffe dans un verre de lait ?
Une vieille plissée en pyjama de léopard entourée par sa horde de grosses toutes trempes ! (Ah je suis tellement vulgaire et rempli de préjugés). On dirait Jean Charest qui n’est pas capable d’avoir de la crédibilité s’il n’est pas entouré par 6 moutons. Fin de la parenthèse.
Je vous épargne donc mon curriculum, mais si je suis rendu où je suis dans ma vie c’est parce que j’ai fait les actions pour en arriver là. J’ai pris mes couilles en mains. Non pas que j’aie une vie si exceptionnelle, mais je n’ai pas beaucoup de « j’aurais donc dû ».
Du moins, je n’en ai pas depuis que j’ai adopté cette philosophie de vie.
Bon, Effo (ça c’est moi)… arrête donc de faire ton Gandhi qui sait comment ça marche la vie. Non je l’apprends chaque jour. Avec des embuches et beaucoup d’obstacles. J’essaie de me relever et de me battre pour continuer.
Comme ça quand je réussis, c’est aussi grâce à moi.

On ne s’en rend pas compte parce que quand on étudie en ingénierie, on côtoie des étudiants en ingénierie et quand on est à l’université, on a un minimum d’argent et on côtoie d’autres personnes avec un minimum d’argent. Minimum parce que c’est définitivement faux que l’éducation est gratuite au Québec. Elle est bien moins dispendieuse qu’aux États-Unis certes, mais elle n’est pas gratuite et il ne suffit définitivement pas que de bonne volonté et de travail acharné au cégep pour se rendre à l’université.

Bref, lorsqu’on est sur le BS et qu’on a toujours habité à Verdun, on côtoie des gens sur le BS à Verdun. Où je veux en venir, c’est que ce n’est pas si évident pour tous de s’instruire, d’avoir un jugement critique et des opinions claires. Quand toute ta vie, les seuls stimulis que tu as eus c’est tes parents qui criaient parce qu’ils ont gagné au vidéo poker et qu’ils passent leur gain en bière, cigarettes et madame minou…
eh bien malheureusement, tu crois que c’est comme ça qu’on s’amuse dans la vie et tu te laisses embarquer dans n’importe quelle gamique. Pour en revenir aux clairvoyants, je crois avoir trouvé c’est quoi leur don. C’est d’être capable d’exploiter l’ignorance et le désespoir des gens qui n’ont pas eu la force de lutter pour infl uencer leur avenir.

Image article Belles Boules… 1155




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Semaine de l’environnement 2010

22 janvier 2010

Cette semaine, je ne vous confierai pas ma quête existentielle qui consiste à trouver le papier de toilette idéal, soit brun (donc non blanchi) et fait bien sûr de papier re-re-recyclé post-consommation. Je ne vous inciterai pas non plus à aller manifester sur la colline parlementaire en vue du prochain sommet de l’ONU sur le climat. Au fait, j’vais être honnête avec vous : depuis le début de la présente session, il manque beaucoup de...

Robocop, symbole mâle

25 février 2011

J’aime beaucoup Détroit, une ville dont la principale exportation est le « drive-by shooting », et dont la catchphrase publicitaire devrait être : « Beautiful Detroit : where you won’t necessarily catch a stray bullet ». À cet entichement pour Detroit se combine mon amour inconditionnel de Robocop. Pour ceux qui seraient trop jeunes et/ou perdus, Robocop est un personnage fictif de science-fiction des années 1980, un policier mort en fonction à qui on aurait...

Gaz de schiste : les ingénieurs pour un moratoire

25 février 2011

tout projet de société comporte des risques, mais sommes-nous prêts à encourir ceux résultant de l’industrie des gaz de schiste ? Des ingénieurs seront des acteurs importants dans le développement de cette industrie. « [Ils] ne doivent surtout pas oublier qu’ils ont des obligations envers la société en tant que professionnels. Selon l’article 2.01 du code de déontologie des ingénieurs, dans tous les aspects de son travail, l’ingénieur doit respecter ses obligations envers l’homme et tenir...