Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le pire des résultats

Réveil douloureux en ce mardi 3 mai. Encore ébranlé par les résultats électoraux suivis jusqu’aux petites heures du matin, je prends quelques respirations et me dis que la situation actuelle est pire qu’il y a deux mois. Pire qu’il y a deux ans. Désastreuse pour le Québec.
Si au moins le NPD avait pu faire en sorte que Harper soit minoritaire, tout irait bien. Mais aujourd’hui, ce n’est pas une victoire du NPD qui a eu lieu, c’est une défaite de TOUS les partis d’opposition.

Voter avec son cœur, voter stratégiquement.

Le vote stratégique a été un échec, les conservateurs ont obtenu une majorité au Parlement. Injuste, cette notion de vote stratégique ne reflète qu’une polarisation d’intention de vote. En voulant contrecarrer les troupes de Stephen Harper, il fallait mettre tous ses œufs dans le même panier et concentrer les voix vers le candidat le plus apte à se faire porter au pouvoir. Ne pas cocher Bloquiste pour apporter une voix vers le NPD ou les Libéraux. Cette option semble avoir été fatale, notamment en insufflant assez de puissance au NPD pour rafler la presque totalité des sièges disponibles au Québec, et en harponnant une cinquantaine d’élus en Ontario.

Deuxième constatation, cette force tranquille devenue puissance orangée au fil des semaines semble avoir permis aux Conservateurs de réaliser le Grand Chelem. En proposant une alternative axée vers la gauche, une grande partie des partisans libéraux de l’Ontario ne se sont reconnus qu’en l’autre parti de droite, maintenant porté au pouvoir majoritairement. Certes, le NPD réalise un résultat impressionnant. Jack Layton vient d’assurer son poste à long terme avec cette victoire. Néanmoins, de nombreuses têtes ont roulé au cours de cette soirée électorale.

Erreur stratégique pour le Bloc

Les sondages n’étant qu’une photographie instantanée des intentions de vote, la peur semble avoir étreint le parti de Gilles Duceppe. En focalisant et en mettant l’accent sur la question indépendantiste, le Bloc s’est départi de ses partisans les moins fervents partis rejoindre la moustache à Jack. Voter avec son cœur était le mot d’ordre à Outremont de la part d’Élise Daoust (Bloc), trop peu trop tard malheureusement…

Surfer sur la vague… et rentrer dans un mur

État des lieux à Laurier-Sainte-Marie : Gilles Duceppe évincé, Hélène Laverdière élue. Néophyte de la politique, elle avoue elle-même ne pas avoir conversé avec le chef du NPD pour établir une stratégie dans le cas où elle remporterait les élections. Plutôt faible comme préparation non ? Comment un homme ayant 20 ans de carrière, défendant corps et âme notre province, sa langue et son peuple a pu être balancé de la sorte ?

Le Québec a mis au pouvoir le NPD. Les Québécois se sont reconnus dans cette déferlante et c’est tout à leur honneur. Néanmoins, il ne faut pas oublier que le Québec n’est pas un pays à l’heure actuelle, que le gouvernement au pouvoir est majoritaire, qui plus est ne comporte qu’un faible nombre de députés québécois élus ; peu importe le nombre de députés que l’ami Jack a réussi à sortir de son chapeau, le Québec se retrouve délaissé, possédant le pouvoir de crier sans être compris linguistiquement devant un interlocuteur conservateur sourd à ses revendications. Ne trouvez-vous pas scandaleux le fait que les députés NPDistes se sont exprimés en français et en anglais alors que leur victoire est due aux Québécois ? Ne trouvez-vous pas injuste le fait que Jack Layton ne remercie pas plus explicitement le peuple qui lui a permit d’être chef de l’opposition ? L’avenir s’annonce sombre, sombre, unilinguistique et assimilisateur. Ce 3 mai est triste pour la province, le résultat du 2 mai restera fatal pour le Québec.

Un peu de cohérence ?

La démocratie nécessite la prise en compte des avis de chacun. Tous ne se reconnaitront pas dans ce texte, mais tous devraient être touchés et interpellés lorsque vient le temps d’élire un gouvernement. En apportant un appui massif envers une politique de gauche, j’espère de tout cœur que les Québécois seront cohérents dans leur choix, et responsables dans leurs actions. Aux prochaines élections provinciales, si Québec Solidaire ne remporte pas un franc résultat, si les Libéraux ne sont pas jetés hors de l’Assemblée Nationale, alors il n’y aura plus rien à comprendre, et les actions posées le 2 mai dernier n’auront été qu’un effet de masse, qu’une action pour paraître cool et dire : Vive Jack, iLike!

Franchement, élire des étudiants de 19 ans sans aucune expérience, des candidats ne s’étant même pas présentés à la population, et jeter à la poubelle des défenseurs de l’identité québécoise, c’est triste… Il faudra vivre avec nos choix, et je ne peux qu’espérer un sursaut et une prise de conscience de la population au cours des années à venir.

Image article Le pire des résultats 1136

Articles similaires

Mon voyage à New-York

5 janvier 2007

Je me suis enfin résolu à aller aux United States USA. J’aurais aimé être the guest de monsieur le président Bush : je n’aurais pas regretté le plaisir de refuser l’invitation. Mais le bougre n’a pas daigné répondre à mes nombreuses lettres où je le traitais d’âne bâté, et je crains que nous ne soyons définitivement fâchés. L’amitié tient à si peu de choses, finalement ! Comme je n’ai pas les moyens de Monsieur...

Auto-Édition

29 novembre 2007

Depuis déjà une semaine les médias du Québec n’ont pas arrêté de parler d’identité québécoise. Le Parti Québécois a encore fait parler de lui. Dès son retour, Pauline Marois nous a sorti du fin fond de sa retraite, annoncée après sa défaite contre Boisclair, une proposition de loi d’une controverse comme on n’en fait plus (merci au sensationnalisme des médias qui ne fait jamais défaut dans ce genre de situation). Paulette a donc décidé...

Trudeau défie Barbot…à Papineau

3 octobre 2008

Entrevue avec Vivian Barbot Elue en 2006 face au ministre libéral M. Pettigrew avec 990 voie d’avance. Elle est la première femme haïtienne à être élue députée Porte-parole de son parti sur la francophonie et elle est aussi vice-présidente de la comission chargée des affaires étrangères à la chambre. Vivian Barbot, le Wall Street Journal a écrit «Harper a restauré le prestige international du pays en faisant preuve de courage à propos de l’Afghanistan.»...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.