Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le pire des résultats

Réveil douloureux en ce mardi 3 mai. Encore ébranlé par les résultats électoraux suivis jusqu’aux petites heures du matin, je prends quelques respirations et me dis que la situation actuelle est pire qu’il y a deux mois. Pire qu’il y a deux ans. Désastreuse pour le Québec.
Si au moins le NPD avait pu faire en sorte que Harper soit minoritaire, tout irait bien. Mais aujourd’hui, ce n’est pas une victoire du NPD qui a eu lieu, c’est une défaite de TOUS les partis d’opposition.

Voter avec son cœur, voter stratégiquement.

Le vote stratégique a été un échec, les conservateurs ont obtenu une majorité au Parlement. Injuste, cette notion de vote stratégique ne reflète qu’une polarisation d’intention de vote. En voulant contrecarrer les troupes de Stephen Harper, il fallait mettre tous ses œufs dans le même panier et concentrer les voix vers le candidat le plus apte à se faire porter au pouvoir. Ne pas cocher Bloquiste pour apporter une voix vers le NPD ou les Libéraux. Cette option semble avoir été fatale, notamment en insufflant assez de puissance au NPD pour rafler la presque totalité des sièges disponibles au Québec, et en harponnant une cinquantaine d’élus en Ontario.

Deuxième constatation, cette force tranquille devenue puissance orangée au fil des semaines semble avoir permis aux Conservateurs de réaliser le Grand Chelem. En proposant une alternative axée vers la gauche, une grande partie des partisans libéraux de l’Ontario ne se sont reconnus qu’en l’autre parti de droite, maintenant porté au pouvoir majoritairement. Certes, le NPD réalise un résultat impressionnant. Jack Layton vient d’assurer son poste à long terme avec cette victoire. Néanmoins, de nombreuses têtes ont roulé au cours de cette soirée électorale.

Erreur stratégique pour le Bloc

Les sondages n’étant qu’une photographie instantanée des intentions de vote, la peur semble avoir étreint le parti de Gilles Duceppe. En focalisant et en mettant l’accent sur la question indépendantiste, le Bloc s’est départi de ses partisans les moins fervents partis rejoindre la moustache à Jack. Voter avec son cœur était le mot d’ordre à Outremont de la part d’Élise Daoust (Bloc), trop peu trop tard malheureusement…

Surfer sur la vague… et rentrer dans un mur

État des lieux à Laurier-Sainte-Marie : Gilles Duceppe évincé, Hélène Laverdière élue. Néophyte de la politique, elle avoue elle-même ne pas avoir conversé avec le chef du NPD pour établir une stratégie dans le cas où elle remporterait les élections. Plutôt faible comme préparation non ? Comment un homme ayant 20 ans de carrière, défendant corps et âme notre province, sa langue et son peuple a pu être balancé de la sorte ?

Le Québec a mis au pouvoir le NPD. Les Québécois se sont reconnus dans cette déferlante et c’est tout à leur honneur. Néanmoins, il ne faut pas oublier que le Québec n’est pas un pays à l’heure actuelle, que le gouvernement au pouvoir est majoritaire, qui plus est ne comporte qu’un faible nombre de députés québécois élus ; peu importe le nombre de députés que l’ami Jack a réussi à sortir de son chapeau, le Québec se retrouve délaissé, possédant le pouvoir de crier sans être compris linguistiquement devant un interlocuteur conservateur sourd à ses revendications. Ne trouvez-vous pas scandaleux le fait que les députés NPDistes se sont exprimés en français et en anglais alors que leur victoire est due aux Québécois ? Ne trouvez-vous pas injuste le fait que Jack Layton ne remercie pas plus explicitement le peuple qui lui a permit d’être chef de l’opposition ? L’avenir s’annonce sombre, sombre, unilinguistique et assimilisateur. Ce 3 mai est triste pour la province, le résultat du 2 mai restera fatal pour le Québec.

Un peu de cohérence ?

La démocratie nécessite la prise en compte des avis de chacun. Tous ne se reconnaitront pas dans ce texte, mais tous devraient être touchés et interpellés lorsque vient le temps d’élire un gouvernement. En apportant un appui massif envers une politique de gauche, j’espère de tout cœur que les Québécois seront cohérents dans leur choix, et responsables dans leurs actions. Aux prochaines élections provinciales, si Québec Solidaire ne remporte pas un franc résultat, si les Libéraux ne sont pas jetés hors de l’Assemblée Nationale, alors il n’y aura plus rien à comprendre, et les actions posées le 2 mai dernier n’auront été qu’un effet de masse, qu’une action pour paraître cool et dire : Vive Jack, iLike!

Franchement, élire des étudiants de 19 ans sans aucune expérience, des candidats ne s’étant même pas présentés à la population, et jeter à la poubelle des défenseurs de l’identité québécoise, c’est triste… Il faudra vivre avec nos choix, et je ne peux qu’espérer un sursaut et une prise de conscience de la population au cours des années à venir.

Image article Le pire des résultats 1136

Articles similaires

Politiquement vôtre

2 février 2007

Boisclair est en chute dans les sondages et les libéraux reprennent le dessus. Qui aurait cru que la balance changerait si près des élections. En fait c’était prévisible. Le nouveau chef du Parti Québécois a, il faut se l’avouer, le charisme d’un genou et, comparativement à Marois, en a également le talent. Ce dernier a d’ailleurs cru bon de se payer un voyage en France question de se faire un peu de capital politique...

Le duel Muclair/Davernas

3 octobre 2008

Dans le comté d’Outremont, le député sortant Thomas Mulcair seul député du NPD au Québec mais ancien ministre libéral québécois du développement durable et de l’environnement est face à son principal adversaire Sébastien Dhavernas ancien acteur, et qui entend aujourd’hui « défendre les artistes à Ottawa ». Polyscope les a rencontrés durant la semaine pour évoquer avec eux les sujets de la campagne. AFGHANISTAN Le libéral Dhavernas rejoint dans ses propos la position du...

Les promesses vertes

10 octobre 2008

Il ne reste plus que quelques jours avant les élections. Avez-vous fait votre choix? Selon moi, chacun devrait lire la plateforme électorale des partis afin de voter de façon éclairée. Cependant, cette tâche est longue et peu de gens s’y apprêtent, malheureusement. J’ai donc décidé de vous exposer le volet environnemental des cinq partis dans la course. Sans plus tarder, commençons par les conservateurs qui ont lancé leur programme à une semaine du scrutin....




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Au Canada, rien ne va plus

2 décembre 2008

Avant de commencer une \"série\" d'articles engagés et d'opinions vous expliquant précisément les enjeux de l'une des plus importantes crises dans la politique fédérale canadienne, voici un article introductif qui expose ce qu'il s'est passé ces derniers jours. 2 mois après avoir été réélu, le premier ministre Stephen Harper va sans doute être défait dans quelques semaines en menant le Canada dans l’une de ses plus graves crises politiques. La crise financière n’a pas...

Corrupt Tour : le meilleur du pire

26 octobre 2012

Voyageurs, voyageuses qui a dit que les tours organisés étaient seulement pour découvrir les merveilles d’un pays ? Vous pouvez, maintenant, voir le meilleur de la corruption, grâce à l’agence de voyage Corrupt Tour.   La corruption est un phénomène mondial dont on entend parler tous les jours, mais la majorité des gens ne savent pas à quoi ça ressemble. Corrupt Tour, situé à Prague, en République Tchèque, a comme mission de donner plus d’options,...

À quand la fin de la lune de miel ?

23 janvier 2009

Dans le capharnaüm de la longue et très protocolaire journée d’investiture à la présidence des États-Unis, Barack Obama aura prononcé mardi dernier son premier discours officiel en tant que nouveau « Commander in Chief ». Entre les vocalises d’une Aretha Franklin vieillissante et d’une Beyoncé resplendissante, puis des « tous sourires » Leonardo Di Caprio, Tom Hanks, Jamie Foxx, Queen Latifah ou encore Denzel Washington (et j’en passe), on avait du mal à savoir...