Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nuvo Tumbao 3

D’ici peu, on n’aura plus besoin d’introduire le CFC en le décrivant comme la nouvelle incarnation du Zoobizarre. Pas que l’esprit des lieux ait changé ni que la programmation soit divergente de l’ancienne salle — autant de diversité et d’audacité que par le passé –, mais le Centre Fusion Culturelle arpente à présent le chemin pris par son ancêtre, à la même cadence. La salle dispose même de quelques rendez-vous thématiques qui se taillent déjà une place non négligeable au calendrier pourtant déjà chargé de la métropole, avec les soirées Nearfield les premiers vendredis du mois, les soirées Thump de Ninja Tune les deuxièmes samedis du mois. Les soirées salsa et rumba de Canicule Tropicale avec les DJ Kobal et Philippe Noël suivent les troisièmes samedis du mois et les soirées « electro-swing » des DJ de l’émission Mangroove Party à l’antenne de CISM les derniers vendredis du mois.

Côté concerts, après le succès des quelques soirées à la croisée des chemins entre la musique électronique, le hip-hop, les harmoniques 8-bits et les rythmes des années ’90 avec — entre autres — Samiyam et Teebs et Dorian Concept, le CFC explore de nouveaux horizons en accueillant à présent la troisième édition de Nuvo Tumbao.

Cette soirée dédiée aux rythmes latins en tous genres s’est déjà attiré l’attention de plusieurs suite à la réussite de la seconde édition, tenue au Divan Orange, qui mettait en vedette des artistes d’ici dans des performances live aussi variées que nombreuses. C’est avec la même formule que se tiendra l’édition du 15 avril prochain, qui alliera les sélections des DJ Torres, Rasco, Chica Chica et El Dino au savoir-faire des MC Madhi, Boogat et Metazon qui dirigeront la cérémonie à la manière de véritables chefs d’orchestre.

Un événement qui promet de faire des vagues, alors que l’expertise d’artistes d’expérience se marie à l’ambiance unique de la voûte de pierre de la salle, à l’image de la nef d’une église. Une expérience au cours de laquelle on peut s’attendre à ressentir les vibrations d’un son grave et profond de par l’acoustique mais rythmé et festif de par sa nature alors que tropical bass, cumbia, baile funk, soca, merengue, moombahton, samba, bachata, reggaeton, reggae et dancehall espagnols et plus encore seront au menu.

Pour davantage d’information, consulter la page facebook de l’évènement.

***

Comme exemple des rythmes qui seront là l’honneur au cours de cette soirée, le clip issu de la collaboration entre Boogat et Poirier :

***

DJ Torres et Boogat à Karnival v.8, dans le cadre de la Nuit Blanche 2011 au Club Soda :
Image article Nuvo Tumbao 3 1127
Image article Nuvo Tumbao 3 1125
Image article Nuvo Tumbao 3 1129
Image article Nuvo Tumbao 3 1128




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Sperm Festival is back ! @ Prague

31 mai 2010

Quel genre de festival peut bien porter le nom de Sperm Festival ? Disons qu’à Prague, il ne faut s’étonner de rien ! Rendez-vous incontournable des amateurs de musique électronique, le festival avait lieu les 23, 24 et 25 avril derniers à la MeetFactory de la capitale tchèque après deux années d’absence. Fort d’une programmation variée, s’étalant pendant trois nuits, le festival a eu recourt à une campagne publicitaire des plus originale pour attirer les...

Hahaha !

9 juillet 2010

Le festival Juste pour rire a fait un bon bout de chemin depuis ses débuts en 1983, sur la rue St-Denis : en cette année, 16 artistes se sont produits devant quelques 5 000 spectateurs. Aujourd’hui, se sont plus de 2 000 000 spectateurs qui viennent juste pour rire devant près de 2 000 artistes venus du monde entier. Ce festival a vu le jour avec Gilbert Rozon, qui a eu l’idée de créer des spectacles ayant pour but ultime de...

Métissage Culturel

16 février 2007

«Le show était vraiment bon », « J’ai beaucoup apprécié », etc. Tels étaient les commentaires qui fusaient de partout à la sortie du spectacle de l’OSM (Orchestre Symphonique de Montréal). En effet, le 7 février dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à l’une des deux représentations d’un spectacle de l’OSM ayant pour thème « les week-ends pop de l’OSM », avec comme maître d’œuvre le très coloré et « infatigable » Luck Mervil. Alors...