Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Dorian Concept

La nouvelle incarnation du défunt Zoobizarre reprend là où le phœnix d’antan s’était abruptement arrêté avant de fermer ses portes il y un peu plus de 18 mois de cela maintenant. En partenariat avec les productions LOOKOUT à qui l’on doit certains des bookings les plus audacieux des dernières années, le CFC sera l’hôte de la performance de Dorian Concept, le jeudi 7 avril prochain.

Oliver Johnson, sous le nom de scène de Dorian Concept, a été introduit à l’univers musical par le biais de la composition au piano, ce qui a peut-être contribué à le munir de l’adresse extraordinaire qu’il possède tant dans sa chambre à coucher où il compose — son studio — qu’en performance live devant le public alors qu’il manipule synthétiseurs et mélodies. Un peu à l’image de Flying Lotus et de Hudson Mohawke avec qui on le compare souvent, Johnson aligne et combine ses différentes couches de sonorités dans un une harmonie aux accents jazzés, en produisant une musique de club au tempo ralenti.

C’est selon cette philosophie qu’il vient de faire paraître Her Tears Taste Like Pears, son premier EP sous l’étiquette Ninja Tune. Dans un mélange de mélodies mélancoliques et d’envolées parfois chaotiques, on assiste là à une démonstration de l’étendue du talent de Johnson, qui ne se restreint pas à la maîtrise d’une déclinaison particulière de rythmes mais s’abandonne à la redéfinition de la fusion des genres.

L’artiste originaire d’Autriche préfère d’ailleurs se réserver une part d’improvisation une fois sur scène, alors que la performance visuelle qu’il livre par le ballet de ses doigts au clavier des synthétiseurs se marie à la réaction du public face à lui. Chaque représentation est ainsi unique, inattendue, puisqu’elle est le fruit de la symbiose entre l’artiste et ses spectateurs.

Johnson sera épaulé de certains des acteurs les plus en vue et les plus prolifiques de Montréal par les temps qui courent, à savoir Rilly Guilty, Seb Diamond et Jacques Greene, en plus de Joe Shabadu du Royaume-Uni, également membres de la grande famille LuckyMe.

Pour davantage d’information, consulter la page facebook de l’événement, le site de LOOKOUT ou encore les sites des artistes :

***

***

Question de se préparer mentalement à cette expérience, quelques images de la performance de Guilty et Lexis au CFC en février dernier, alors qu’il accompagnaient Samiyam, Teebs et KenLo Craqnuques :
Image article Dorian Concept 991
Image article Dorian Concept 992
Image article Dorian Concept 993
Image article Dorian Concept 994
Image article Dorian Concept 995

Articles similaires

Francofolies de Montréal 2010

31 mai 2010

Au fil des années, les FrancoFolies de Montréal nous ont habitué à leur lot de surprises ainsi qu’à leur programmation mettant en vedette tant les artistes les plus connus de la francophonie que les plus obscurs. Occasion de faire des découvertes aussi bien que de voir pour une rare fois sur scène quelques-uns des plus grands noms de la chanson de la langue de Molière, le festival a permis à bon nombre de personnes...

Boeing Boeing

17 juillet 2009

Par B&C Le théâtre du Monument National a fait le plein ce soir. L’attente de la pièce se fait dans une ambiance « chanson française » des années 60 : Bonnie & Clyde font des ravages et Dutronc aime les filles. Les lumières s’éteignent progressivement, une hôtesse nous annonce que nous allons bientôt décoller et nous demande d’attacher nos ceintures. Nous sommes déjà dans l’ambiance. Le rideau se lève. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette...

Tristan und Isolde de Wagner

9 juillet 2010

Aborder une œuvre de Wagner, c’est comme se retrouver devant les quatre tomes des Misérables, superposés au Guerre et Paix de Tolstoï. On se retrouve désarmé, ne sachant pas trop comment s’y prendre. C’est sans savoir ce qui m’attendait ce 17 juin dernier que je pars à l’Opéra d’État de Prague pour assister à la représentation de Tristan und Isolde, opéra œuvre du compositeur allemand. L’histoire se délie au cours d’une prestation durant quatre...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.