Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Karnival v.9

Le temps d’un touch and go à Montréal entre quelques jours passés à Austin dans le cadre du SxSW et une escale à Toronto où il était nominé aux Junos dans la catégorie de l’album de musique électronique de l’année, Poirier a trouvé le temps de se produire à Montréal à l’occasion d’un autre Karnival. Une autre édition endiablée, qui passera le cap des deux chiffres lors de sa prochaine édition, signe du succès de l’évènement devenu un rendez-vous mensuel.

Cette dernière édition a débuté sous la tutelle de DJ Lexis, l’autre moitié du duo que ce dernier forme avec Rilly Guilty lorsqu’ils prennent d’assaut le nightlife de Montréal une fois la nuit tombée. Les deux se sont distingués du reste de la scène montréalaise actuelle par leur dévouement à la cause de la musique électronique en invitant des artistes étrangers juste avant que la vague de leur popularité ne déferle sur les berges de la portion « mainstream » de l’underground. Entreprise certes risquée, c’est néanmoins ce que Lexis et Guilty sont parvenus à faire avec succès depuis maintenant plus d’un an en investissant tour à tour les salles de la métropole où ils se sont fait offrir tant résidences mensuelles que soirées ponctuelles, et qu’ils utilisent comme médium pour pré-façonner la scène avec une longueur d’avance.

Ce travail de défrichage pour frayer un chemin aux nouvelles tendances et aux artistes en émergence s’accomplit également en ligne, grâce au portail MusicIsMySanctuary.com où podcasts aussi bien que portraits d’artistes d’ici et d’ailleurs contribuent à préparer le terrain aux prochaines générations d’artistes tout en revisitant certains classiques du passé. Un travail d’envergure que les plus grands festivals qui se tiennent en ville à l’année longue ne commencent qu’à reconnaître, malgré les risques que prend le duo et l’équipe qui l’entoure en préparant le terrain de la ville pour les plus grands joueurs. On n’a qu’à penser à certains de leurs derniers invités des derniers mois tels que Mary Anne Hobbs, Mount Kimbie ou prochainement à Dorian Concept ou encore à Lone.

C’est ainsi à l’image de cette entreprise que DJ Lexis a débuté la soirée de ce neuvième Karnival avec une sélection qui refléterait le reste de la soirée, comme la base d’un crescendo de rythmes et de mélodies. A suivi l’infatigable Poirier, avec la collaboration de Mr OK et de Boogat, deux des MC qui l’accompagnent depuis les premières éditions de ce rendez-vous. Le set du DJ et producteur a même été accompagné d’une performance live de L’Xtrmst​.​Zen, venu interpréter le rigodon réinventé ZiggyZa ZiggyZi, première parution à sortir sur le netlabel de Poirier dédié exclusivement aux singles.

Les deux allemands de Schlachthofbronx ont terminé le bal avec la même énergie sur scène que celle qui transcende de l’écoute de leurs productions, et que l’on espérait ardemment voir se concrétiser live. Depuis le quartier de Munich qui a donné son nom à la formation, ces deux germanophones se sont taillé une place de choix au sein d’une vaste scène aux influences et aux déclinaisons si larges et nombreuses qu’il devient difficile de la classifier. Il suffira de dire que leurs airhorns sont parvenus à les identifier suffisamment pour que les leurs arborent le logo de la formation, autre élément qu’ils ont en commun avec Ghislain Poirier, dont la prononciation est impossible pour les étrangers. C’est ainsi dans une orchestrations de klaxons qu’il produisent leur kuduro, leur soca, leur kwaito ainsi que leur baile funk, avec la collaboration de vocalistes de renom tels que Slush Puppy Kids, MC Gringo ou encore MC Nem.

Après une année 2010 très prolifique au cours de laquelle le duo a enregistré deux EP sous l’étiquette Man Recordings en plus d’un autre sous Mad Decent, administré par nul autre que Diplo, les Schlachthofbronx entament 2011 dans la même direction, avec une apparition au SxSW et une première tournée nord-américaine qu’ils entreprennent présentement.

On s’attendait à une performance énergique de la part des allemands, à l’image du rythme frénétique qui anime les nombreuses mixtapes sur lesquelles on a pu les entendre au cours des dernières années. Le défi à relever est grand, surtout lorsque sa musique sort parfois hors de son agencement créatif lorsqu’elle se retrouve sur des mixtapes produites par d’autres, au milieu de noms internationalement connus. Mais le duo a donné une performance en tout point semblable à ce que l’on attendait de sa part. Énergique, rythmée et éclatante.

Pour davantage de détails sur les artistes présents à cette soirée :

***

La prochaine édition du Karnival se tiendra le 22 avril prochain, avec comme invité spécial DJ Kentaro, lui aussi signé sous l’étiquette Ninja Tune, qui viendra du Japon avec sa maîtrise des platines pour démontrer l’étendue de son savoir-faire. La première partie sera assurée par Sweet Daddy Luv.

D’ici à ce prochain rendez-vous, un autre artiste du réputé label Ninja Tune sera aussi de passage au Belmont le mardi 5 avril prochain lorsque Daedelus se produira en compagnie de Tokimonsta et de Shlohmo dans le cadre du Magical Properties Tours 2011. L’homme au style victorien armé de son Monome du futur sera en ville pour faire la promotion de son plus récent album, Bespoke, maintenant disponible en ligne.

Pour davantage de détails sur cette soirée, consulter la page facebook de l’évènement.

***

Image article Karnival v.9 1075
Image article Karnival v.9 1076
Image article Karnival v.9 1077
Image article Karnival v.9 1078
Image article Karnival v.9 1079
Image article Karnival v.9 1080
Image article Karnival v.9 1081
Image article Karnival v.9 1082
Image article Karnival v.9 1083
Image article Karnival v.9 1084
Image article Karnival v.9 1085
Image article Karnival v.9 1086
Image article Karnival v.9 1087
Image article Karnival v.9 1088
Image article Karnival v.9 1089
Image article Karnival v.9 1090
Image article Karnival v.9 1091




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Ubu Cocu de Jarry

20 mars 2008

L’équipe d’Histrion, une troupe dont fait partie plusieurs anciens de Poly-Théâtre, s’est attaqué à Ubu Cocu d’Alfred Jarry. Ubu, roi déchu de Pologne et d’Aragon, grand dictateur, actionnant sans vergogne la pompe à finances et la machine à empaler, se fait cocufier par sa femme, Mère Ubu. Apparu dès 1894 dans l’œuvre de Jarry, Ubu est le héros d’un cycle théâtral qui fit scandale car l’auteur y attaque les institutions et plus particulièrement l’armée,...

Simon Boccanegra au Grand Théâtre de Genève

25 septembre 2009

Simon Boccanegra, corsaire doge de la ville de Gènes aux prises avec les luttes intestines du pouvoir et des intrigues amoureuses qui rongent son entourage. Simon Boccanegra, l’opéra de Verdi, est joué au Grand Théâtre de Genève dans une mise en scène de José Luis Gómez d’une rare qualité où modernisme et émotion se côtoient… Cet opéra en trois actes et un prologue est produit conjointement avec le Gran Teatr del Liceu de Barcelone,...

Zedd au New City Gas

15 mars 2013

  New City Gas est le nouvel endroit à la mode pour les spectacles électros. Situé près du boom de construction de Griffintown, ce bâtiment historique des années 1860 a été transformé et aménagé pour accueillir des spectacles électroniques de grande qualité. L’installation est époustouflante et permet de profiter pleinement de l’expérience musicale. Le seul hic est que la salle était bondée, du moins la section pour les êtres inférieurs qui n’ont pas accès...