Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’école du futur

Rentrée 2015, Nathan vit ses premiers mois à l’École Polytechnique de Montréal, mais cette année est un petit peu différente des autres. En effet, l’école encourage ses étudiants à se doter des dernières technologies afin de la rendre un peu plus verte. Ces technologies sont financées à 50 % par la Coop et nous permettent d’acquérir des livres électroniques de 2011, ainsi que du matériel, tout cela à prix réduits. Nathan se rend donc à la Coop, prend la liste des objets disponibles…

Parmi eux, on retrouve le stylo Smartpen édité par la maison LiveScribe. Avec lui, vous n’avez plus aucun souci d’oublier ou de perdre une feuille. Il vient avec un cahier, qui possède des micro-capteurs permetant de savoir ce que vous écrivez. Alors comment fonctionne-t-il ? Sous le stylo, une caméra permet la reconnaissance d’écriture qui, associée à son cahier, arrive à enregistrer tout ce que l’on peut écrire. Heureusement, ce produit ne s’arrête pas là. Il fait aussi office d’enregistreur vocal, on peut y mettre de la musique, y télécharger des applications comme un traducteur ou des jeux. Au niveau de la capacité, il existe en quatre possibilités : 1, 2, 4 ou 8 Go. Pour donner un exemple, la version 1Go du Smartpen de base permet un enregistrement de 100 heures en audio et d’environ 16 000 pages de notes numériques. Mais voilà, notre jeune étudiant n’est pas toujours à l’heure et arrive souvent en retard. Il a donc souvent des places en fond de classe. Pas de souci car le stylo a un microphone conçu spécifiquement pour les environnements bruyants ou éloignés. Mais que fait concrètement ce stylo une fois que les notes sont enregistrées ? Vous le branchez à votre ordinateur, son pilote s’installe et avec le logiciel fourni, les pages sont entièrement décodées. Si vous avez écrit tout en ayant le microphone, vous pouvez vous repasser le morceau du cours. Par exemple, votre professeur veut savoir si vous suivez son cours. Il fait exprès une erreur de signe au tableau. Il met un signe négatif, fait les calculs et arrive à la fin et paf, le nerd de devant lui dit qu’il s’est trompé. Vous rectifiez votre faute, mais vous avez oublié de rectifier un signe. Quand vous revoyez votre leçon un mois plus tard vous ne comprenez plus pourquoi il y a une fois un signe négatif puis une fois un signe positif. Avec l’enregistrement du prof, vous avez tout le cours en audio. Ce stylo se rappelle aussi de l’ordre dans lequel vous avez écrit. Enfin, quand vous avez fini avec vos notes ,vous pourrez transformer vos notes en fichier PDF afin de les garder pour toute votre vie. Quelle joie de pouvoir relire ses notes de Calcul II à la fin de son baccalauréat !

On retrouve également sur la liste de Nathan un des nombreux ebook du début de la décennie. Etant donné la standardisation de 2013 vers le format de fichiers ePub, le Kindle n’est donc plus disponible et les étudiants ont le choix entre le Sony eReader tactile ou le Kobo. Tous les deux ont la possibilité de lire les fichiers PDF et les ePub. Dorénavant, la reprographie n’offre plus de service d’impression. Tous les livres sont disponibles en téléchargement direct sur le serveur de la Coop. Nathan se tourne vers le modèle tactile de Sony. Bien qu’un peu plus cher, il permettra à Nathan de prendre des notes sur ses PDF ou sur ses livres sans utiliser du papier. Oui, il faut sauver la planète. Doté de la technologie d’encre électronique et d’un écran de six pouces, le e-ink Pearl saura répondre aux attentes de Nathan qui recherche surtout un confort visuel. Cependant, son ami Tristan choisira le Kobo. Il n’a pas besoin d’écrire sur ses livres. En effet, Tristan possède une tablette Android qui lui permet de noter tout ce qu’il veut.

Armé de tous ces outils, Nathan est prêt à attaquer ses quatre années à Poly. Il ne lui restera plus qu’à se rendre au Polyscope pour avoir encore plus de fun.

Mots-clés : Gui-ik (11)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.