Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le retour des classiques… et des spin-off

Cet hiver, un nom a été omniprésent dans le monde de la BD : Jean Van Hamme. Que ce soit avec Largo Winch ou Blake et Mortimer, où il est toujours le génial scénariste, ou que ce soit avec XIII Mystery et Thorgal-Kriss de Valnor dont il a créé les concepts, il était sur toutes les étales de bandes dessinées.
Quatre séries, quatre mondes, où le fantastique croise le réalisme, où l’aquarelle côtoie le crayon, où la réflexion s’additionne à l’action, bref des classiques qui ont perdurés dans le temps et ce sont inscrits dans le temple du 9è art. Toutes ces séries ont plus de 20 ans, se sont bonifiées, ont traversé plus de deux (voir trois) générations de lecteurs. Par leur succès, elles ont été élevées à des oeuvres littéraires s’adaptant à la télévision à travers des séries animées (Blake & Mortimer), des séries (XIII et Largo Winch) et au cinéma (Largo Winch). Bref, elles font partie du patrimoine littéraire francophone et quand quatre nouveaux tomes paraissent, on ne peut que les dévorer tel un dernier Harry Potter, SAS ou Millenium.

LES MONDES DE THORGAL – KRISS DE VALNOR – TOME 1 – JE N’OUBLIE RIEN ! De SENTE et DE VITA aux ÉDITIONS LE LOMBARD
GENRE: AVENTURE, FANTASTIQUE, MYTHOLOGIE NORDIQUE

NOTE A+
SCÉNARIO 4,0/5
DESSIN 4,5/5

Décidément, l’air du temps est aux spin-off, ces séries déviées de leurs grands frères. Thorgal, série anthologique se déroulant aux temps des vikings et de sa mythologie, n’a pas fini d’étonner. S’arrêtant (partiellement) en 2006, avec l’arrêt de Van Hamme d’écrire les scénarii de ce héros après plus de 26 ans de travaux ayant mené à la parution de 29 albums, la fin semblait toute tracée. Mais Rosinski, le dessinateur, avec la complicité d’un nouveau scénariste Sente relançait la série avec deux dérivés : un sur le fils de Thorgal (Jolan), dont trois albums ont déjà été publiés, et un autre sur Kriss de Valnor, ennemie jurée de Thorgal qui a eu un enfant avec lui en le droguant. Surfant sur cette nouvelle vague d’albums, Rosinski est même passé du crayon au pinceau, donnant une impression un peu plus surréaliste à ces personnages. Et quand à Sente, il nous ramène à l’avant-dernier album de Thorgal, où Kriss de Valnor décidait de se sacrifier pour protéger le héros, sa femme et ses enfants. Dans ce premier album du tryptique, elle doit se justifier de ces actes devant un tribunal dirigé par les Valkyries qui décidera de son sort dans un autre deux mondes sous forme de purgatoire. On découvre donc l’enfance de cette femme téméraire, cruelle et égoïste. On découvre l’origine de ces traits de caractère. On découvre aussi une forme remplie de courage, d’insouciance maîtrisé, de volonté, de vengeance. Tout au long de l’album, on voit l’adolescente se construire au fur et à mesure de ses rencontres, de ses coups durs et de ses exploits. Kriss de Valnor tient toutes ses promesses et naît un énième antépisode. L’histoire est intéressante, mais nous laisse (mal)heureusement sur notre faim en attendant les deux prochains albums et en espérant qu’ils seront aussi bons que celui-ci.

Largo Winch – Tome 17 – Mer Noire

De Van Hamme et Francq aux éditions Dupuis

Genre : intrigue policière, aventure

Note B+ ; Scénario 3,5/5 ; Dessin 4,0/5

Cela devient presqu’une habitude, Largo Winch est impliqué dans une histoire de trafics d’armes et se retrouve poursuivi par le FBI. Van Hamme nous amène tout au long de cet album dans des lieux connus : dans le Montana, en Suisse, en Turquie, où il fait un clin d’œil aux aficionados de la série, en retrouvant quelques anciens personnages, que Largo avait croisés du côté de la Mer Noire, lors des premiers albums. Ancré dans l’époque, avec une volonté des auteurs d’inscrire cet album dans l’actualité : gestion de la crise économique au sein du groupe, problèmes entre les présidents des différentes filiales et les volontés de Largo Winch. Van Hamme & Francq innovent 20 ans après avoir sorti le premier tome de Largo Winch en intégrant de nouvelles formes : lettre, article d’une revue économique, etc. Entre humour et action, cet album nous réconcilie avec Largo Winch qui avait accusé le coup lors des quatre albums précédents, où la surprise et l’originalité avaient laissé place à la simplicité.

XIII Mystery – Tome 3 – Little Jones

De Yann et Henninot aux éditions Dargaud Genre: aventure, historique

Note A++ ; Scénario 4,5/5 ; Dessin 4,5/5

XIII Mystery est sans doute le spin-off (déclinaison d’une série de BD existante) la mieux réussie de ces dernières années. Le principe, à la fin de la série XIII (un amnésique à la recherche de son passé) en 2007, les fans ont été tellement frustré de voir la série s’arrêté qu’ils ont écris en masse à l’éditeur pour faire une suite. Celui-ci a imaginé faire un album pour mieux connaître les personnages principaux qui gravitent autour de XIII, avec à chaque fois, un duo scénariste-dessinateur différent. Little Jones est le troisième et a été précédé par le portrait de La Mangouste et Irina, les deux grands tueurs en série de l’aventure, pourchassant XIII à travers les albums. Cette fois-ci, Yann, le scénariste, nous plonge dans l’enfance de Jones, fille adoptive du Général Carington et fidèle parmi les fidèle auprès du héros XIII dans sa quête de vérité. Au cœur de l’Amérique des Black Panters, de leur lutte, des conflits raciaux, on découvre le Chicago des années 60 où la petite Jones a grandi, entre violences et découvertes. Pour les néophytes de XIII, une belle histoire; pour les connaisseurs, une perle, sans doute l’album le plus réussi des XIII Mystery. Yann, peu avare d’intrigues, a décidé d’y rajouter l’histoire (surprenante) du Général Wittaker et de donner à Jones un prénom (enfin !) dont on comprend sa lourde signification dans les dernières bulles de ce formidable préquelle. Espérons que le prochain sur le Colonel Amos (prévu en automne 2011) sera aussi réussi.

La Malédiction des Trente deniers – 2e partie

tome 20 – La Porte d’Orphée

De Van Hamme et Aubin aux éditions Blake et Mortimer

Genre: aventure, historique

Note A+ ; Scénario 4,0/5 ; Dessin 4,5/5

Blake et Mortimer ne vieillissent pas et continuent dans des aventures mélangeant le fantastique, l’historique et l’action. Cette fois-ci, les deux héros sont plongés dans l’histoire messianique des trente deniers touchés par Judas pour avoir vendu le Christ. Ils doivent lutter contre le comte Rainer von Stahl, un ancien officier nazi des SS, épaulé par l’ennemi éternel du duo Ulrich, qui compte s’emparer du trésor pour dominer le monde. Blake et Mortimer sont aidés par le FBI et le MI5 pour dénouer l’intrigue et protéger le patrimoine archéologique du pays. Au cœur de la Grèce, on y découvre des paysages et des bâtiments fantastiquement bien dessinés. On imagine alors facilement la chaleur du soleil grec ou de la brise méditerranéenne. L’intrigue est bien tournée, maline, mais loin de surprendre. Bref, un bon Blake et Mortimer dans la lignée de la série, voire un peu plus au-dessus du lot des dernières parutions.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.