Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Critique de bandes dessinées

Image article Critique de bandes dessinées 1044

Green Manor – Intégrale 1 – 16 charmantes histoirettes criminelles
De Bodart et Vehlmann aux éditions Dupuis Genre : intrigue policière, humour

Note A+
Scénario 4,5/5 Dessin 4,0/5

Une poignée de délicatesse, une louche de subtilité, une pointe d’élégance, sans oublier une pincette d’arrogance et d’orgueil, ainsi s’égrènent les éléments des seize meurtres dépeints dans cette magnifique bande dessinée pleine de surprises. Transporté dès les premières pages dans un club londonien huppé de l’époque victorienne (fin du XIXe siècle), on peut y voir les discutions des – plus ou moins – gentlemans du très select Green Manor Club. Derrière une façade de luxe et de faste se cache une bande de voyeuristes en quête d’histoires sordides et d’assassins en puissance qui sombrent à la première occasion dans leurs pulsions les plus meurtrières. Ces seize petites nouvelles d’une dizaine de pages ne sont pas sans rappeler une certaine Agatha Christie. Fans d’Hercule Poirot, de Sherlock Holmes, de Miss Marple : voici la transposition très réussie d’histoires de polar sous forme de BD.

Conçue comme une parenthèse « pour se reposer entre deux gros projets » en 1998 pour un journal, Bodart et Vehlmann ne pensaient pas que la série aurait autant de succès. Ils le considèrent toujours comme un travail « distractif » mené entre différents projets, rendant le rythme de parution assez irrégulier. Un premier album était sorti en 2001, un second en 2002, un troisième en 2005, voici donc l’intégrale de ces différents albums. Il faut pourtant souligner que la « distraction » n’est en rien bâclée, avec de très beaux décors et costumes d’époque, les détails ont toute leur importance. Cependant, le point fort de ces nouvelles est leur écriture, voguant entre humour noir, rebondissements et suspense. On ne s’ennuie jamais au long de ces 160 pages à déguster comme un bon livre. Il faut juste espérer à ne pas devoir attendre 2022 pour découvrir un nouvel opus…

Image article Critique de bandes dessinées 1045

Les Aventures de Lucky Luke d’après Morris Tome 4 – Lucky Luke contre Pinkerton De Achdé, Pennac et Benaquista aux éditions Lucky Comics Genre: Cow-Boy, humour

Note A Scénario 4,0/5 Dessin 4,0/5

Morris l’avait instauré comme tradition, ces successeurs n’ont pas failli à la coutume : toujours inclure un personne historique dans les épopées de Lucky Luke. Cette fois-ci, c’est Allan Pinkerton, cet écossais qui a émigré en Amérique, est surtout connu pour avoir créé l’une des premières agences de détectives privés en 1850 (toujours existante à l’heure actuelle) avec comme fait d’arme d’avoir sauvé le président Lincoln de la tentative d’attentat de Baltimore en 1861. Son histoire est parfaitement mise en abîme dans l’univers de Lucky Luke, le célèbre détective mettant prématurément le plus célèbre des cow-boys à la retraite. Quel sera sa réaction ? Parviendra-t-il à restaurer sa réputation au sein du Far West ? Toujours aussi bien dessiné et narré, Achdé et les différents scénaristes confirment d’album en album que l’héritage de Morris fructifie aux fils des années. Un bon livre.

Mots-clés : Littérature (20)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.