Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

TSB pour oublier 2010

Lundi matin, 10 janvier 2011, 8h30, cours de thermodynamique statistique biomoléculaire.
Je pense que le TSB (magique abréviation de mon nouveau cours préféré),
sera mon compagnon durant de longues nuits blanches au cours de cette session, ma drogue de prédilection pour les semaines à venir. Premier pas plutôt incertain donc en 2011, avec surtout le premier devoir qui plane au dessus de moi, à rendre dans quelques jours…
Espérons qu’une année n’est pas déterminée par son commencement, sinon je risque d’en baver, et pas qu’un peu !

L’année 2010 s’est donc terminée, refermant derrière elle une année d’évènements et de dossiers autant scandaleux qu’exceptionnels, mais aussi terribles et joyeux. L’année a marqué aussi la fin de la première décennie du second millénaire, début de millénaire à l’image de notre société, empreint de changement. Rappelez-vous il y a 10 ans, nous venons tout juste de survivre au terrible et insignifiant bug de l’an 2000, il était possible d’aller visiter la cabine de pilotage des avions sans aucun problème, la procrastination était un concept encore inconnu parmi les étudiants, le terrorisme n’était pas une raison pour envahir un pays, et les Twitter, Facebook et MySpace n’avaient pas encore vu le jour.

Bien du changement donc en seulement une dizaine d’année. Tandis que 2001 s’annonçait pleine d’espoir les guerres et catastrophes qui ont frappé la planète ont su faire douter de cette vision idyllique du futur. La dernière année fut à l’image de la décennie tout juste terminée, l’année fut jalonnée par une série d’évènements regrettables.
Retour sur les faits marquants des douze derniers mois.

Haïti

Une bien triste date a été commémorée il y a quelques jours. Janvier 2010, l’année a débuté par un tremblement de terre de 7,1 sur l’échelle de Richter.
Plusieurs autres secousses sismiques similaires surviennent à travers le monde, néanmoins, cette manifestation naturelle a réduit en poussière le pays d’Haïti. Plus de 220 000 morts, les institutions et les infrastructures effondrées, un pays réduit en mode survie. Et ce ne fut que le premier des malheurs à s’abattre sur ce petit pays des Caraïbes.
S’ensuivirent inondations, cyclones et plus récemment le choléra et les violences civiles dues à l’exclusion du second tour aux élections présidentielle du candidat Martelly. Pour un pays dont la moitié du PIB provient soit de la diaspora haïtienne soit des aides internationales, se relever de ces catastrophes sera ardu, et de nombreuses responsabilités reposeront sur les épaules du prochain président à être élu, que ce soit Jude Celestin ou Mirlande Manigat.

Crise économique

Crise économique, vous dites ? Ça fait tellement 2008, et ce malgré les annonces positives émises dans les médias. Néanmoins, elle n’est pas terminée, et nous sommes au milieu de cette crise qui ne connut de précédent qu’en 1929. Lorsque’on voit les Grecs devoir emprunter des milliards pour sauver leur pays de la banqueroute (un pays en banqueroute !??!), les mesures d’austérité imposées aux gouvernements du Portugal, de l’Irlande et de l’Espagne, les avantages sociaux réduis pour sauver les meubles, on peut se demander si la crise est réellement passée. De nombreuses violences sont survenues, et continueront dans les années à venir, comme on a pu observer au Royaume-Uni avec les étudiants qui descendirent dans les rues. Les temps s’annoncent sombres sur ce dossier, à moins qu’un changement dans les habitudes du monde financier survienne… à suivre avec très grande attention.

Gaz de schiste

Dossier par excellence de la dernière session, porté à bout de bras par Polysphère et Marc-André Legault qui produisirent un mémoire au BAPE avec leurs recommandations quant à l’utilisation de la technologie des gaz de schiste au Québec. Pour ceux qui sont restés coincés à la bibliothèque durant les 6 derniers mois, un petit rappel des faits. La vallée du St-Laurent contient dans ses sous-sols des réserves de gaz naturel. De nombreuses compagnies minières veulent exploiter cette ressource, via une méthode des plus destructrices au niveau écologique. Malgré une opposition presqueunanime de la part de la population, le gouvernement Charest continue d’aller de l’avant dans le dossier, malgré des mises en garde et des précédents de désastres environnementaux aux États-Unis. C’est à se demander si certaines pattes n’ont pas été graissées pour que le gouvernement se campe sur ses positions.

Deux présidents ivoiriens

Deux présidents élus dirigeant un même pays ? Au cours du mois de décembre dernier, Laurent Gbagbo, président sortant au pouvoir depuis 10 ans (au lieu du mandat officiel de 5 ans) perd les élections par une très mince majorité face à son rival Alessandre Ouattara (reconnu vainqueur par les différents états de la communauté internationale).
Ce dernier se retrouve expulsé du pouvoir tandis que le président sortant (et perdant), contrôlant l’armée, s’investi des plus hautes fonctions du pays. Fraudes électorales, renvois des ambassadeurs, mise à dos de l’ONU, population au bord de la guerre civile, Gbagbo s’enlise dans un bourbier où il ne pourra que perdre la face dans le meilleur des cas, et dans le pire, fera souffrir la population de Côte d’Ivoire divisée entre les deux candidats.

Wikileaks

Deuxième sujet par excellence de la dernière session. Entre les pro-divulgations et transparence et les anti-
Julian Assange, le sujet ne laisse pas indifférent. Les actions de l’activiste ne fut que des plus louables, surtout en dévoilant les erreurs tragiques des soldats américains qui tuèrent civils et journalistes. Néanmoins, son action demeure contestable, surtout depuis les révélations des communications diplomatiques des différents États.
Un sujet des plus complexes, surtout depuis que Julian Assange permet de faire vendre bon nombre de journaux grâce à ses frasques, révélations et opinions. Un autre dossier à suivre au cours des prochains mois !

Tea Party

Dernière trouvaille de Sarah Palin, Obama est socialiste, pire encore, communiste ! Sa tentative de couverture médicale n’est que le reflet de son désir de détruire de l’intérieur le plusmeilleur-puissant pays du monde. Cette dernière fonde alors le Tea Party, grâce à la montée du nationalisme chez nos voisins du sud. Surfant sur cette vague de popularité, il faudra surveiller cette prétendante à la présidence américaine selon qui Obama n’incarne que le pire qui ait pu arriver aux USA, ce même Barack Obama qui tente tant bien que mal de réparer les 10 dernières années de gouvernance républicaine (ô tiens, le parti de Palin…), mais bon, ça elle l’oublie il me semble !

Comme vous pouvez l’imaginer, toute l’équipe du Polyscope s’est mise en mode 2011 pour aborder la nouvelle session du bon pied. Après deux mois de vacances, nous vous présentons donc le premier journal de la nouvelle année avec du contenu tout feu tout flamme (beau clin d’oeil à notre page couverture). Après le mien, vous retrouverez à travers nos pages de nombreux tops et flops de 2010. En page 7, Phil nous replonge dans les derniers mois de la musique électronique à Montréal, avec comme figure majeure le DJ Ghislain Poirier. Guillaume inaugure sa nouvelle chronique geek et débutant par les bons et moins bons coups des firmes technologiques. Avis aux amateurs de 2 dans les systèmes binaires, cette chronique s’annonce sanglante, surtout envers le Messie Steve Jobs !
Pour finir, Gaëtan, depuis l’Europe, vous propose sa revue des séries télévisées et des films de la dernière année.

Dernier point : pour les finissants, n’oubliez pas de postuler aux différents profils proposés par l’École Polytechnique (international, DaVinci, Action-Poly) ; vous avez jusqu’au 28 janvier pour cela. Autre date importante à retenir, le 31 janvier sera la date limite pour déposer votre dossier d’échange au SEP (C-240). Ne manquez pas cela !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.