Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Samiyam, Teebs, Kenlo, Lexis & Guilty

Il y a encore 18 mois de cela, on n’aurait pas été si surpris d’assister à un concert mettant en vedette des collaborateurs proches de Flying Lotus au Zoobizarre. Mais ça, s’était avant la fermeture soudaine de l’établissement la veille du début de l’édition 2009 du festival Pop Montréal, qui a mis à la rue une portion non-négligeable de la scène underground montréalaise.

Les relations avec les voisins et certains jeux de coulisses avaient eu raison de cette salle sans prétention aux dimensions modestes, à la faveur du Belmont qui aura rapidement repris une partie du booking de l’endroit au cours des mois suivants la fermeture de l’endroit. C’est pour cette raison que l’on aura été quelque peu surpris d’apprendre la venue de Samiyam et de Teebs au CFC — la nouvelle incarnation du Zoobizarre, opérée par les propriétaires du Club Lambi — plutôt qu’au Belmont, où l’on verrait typiquement ce line-up à la lumière d’aujourd’hui.

Il faut dire que le mot « Zoobizarre » occupe une place spéciale dans le cœur de tout individu le moindrement actif au sein de la scène underground à Montréal au cours de dernières années. En effet, l’endroit accueillait jadis des événements légendaires de la métropole tels que les soirées mensuelles Turbo Crunk ou encore les soirées Boomboxx au creux de son architecture unique qui faisait davantage penser à une grotte ou aux voûtes des catacombes d’une église qu’à une salle de spectacle.

Mais la petite salle de la rue St-Hubert qui était occupée à pleine capacité et d’où se dégageait une chaleur suffocante — été comme hiver — était devenue silencieuse jusqu’à tout récemment, laissant du même coup un vide au sein de la scène qui voyait en cette salle un quartier général où se rassembler, réunissant un public varié et de toutes origines. Pour dire autrement, bien que des salles telles que le Belmont ont pu subvenir aux besoins du public en récupérant une bonne partie des concerts qui se seraient autrement produits dans cette salle aux dimensions exiguës, l’absence de son cachet unique se faisait sentir.

On attendait ainsi son retour depuis des lunes en espérant que l’endroit ne serait pas défiguré de son ambiance légendaire, et c’est heureusement ce que l’on a retrouvé à l’occasion du retour en ville de Samiyam et de Teebs, accompagnés de Kenlo, de Lexis et de Rilly Guilty.

L’endroit avait à nouveau ouvert ses portes en novembre dernier sous son nouveau nom, le CFC (pour « Centre Fusion Culturelles »), sans toutefois provoquer de grands remous au sein de son ancienne clientèle. C’est cependant un nouveau baptême de l’endroit qu’ont célébré Guilty et Lexis, sans doute le duo le plus prolifique de Montréal parmi les temps qui courent, pour redonner à l’endroit ses lettres de noblesse des temps passés. Les deux ont ouvert la soirée en pigeant parmi tout le matériel qu’ils maîtrisent comme autant de cordes à leurs arcs pour jeter les bases de ce qui construirait le reste de la soirée. Samiyam et Teebs ont par la suite poursuivi en faisant la démonstration de leurs talents par une sélection oscillant entre mélodie venue des confins de l’espace et rythmes plus profonds, parsemés de quelques soubresauts d’échantillons au tempo plus vif. Ils ont ainsi su viser juste en parvenant à atteindre le juste équilibre entre ambiance contemplative et participation physique active de la part des spectateurs. Spectateurs d’ailleurs venus nombreux pour assister au lancement de cette nouvelle incarnation de la salle, et il ne s’agit pas là que d’une impression produite par les dimensions restreintes de la salle.

On espère ainsi pouvoir voir florir à nouveau ce lieu mythique de la culture underground montréalaise qui avait été l’hôte de si nombreuses soirées aux durs lendemains. Le calendrier des prochains événements à s’y tenir semble pour l’instant être encore en train d’être mis sur pied, mais si le booking des prochaines soirées est du même calibre que celle qui vient de s’y tenir, il y a fort à parier que la pérennité de ces lieux soit assurée.

***

En attendant le prochain événement à se tenir au CFC, la famille élargie de Lucky Me organise un grand pow-wow vendredi prochain au Club Lambi avec Lunice, Machinedrum, Cubic Zirconia et Ango.

***

Pour davantage d’information :

Image article Samiyam, Teebs, Kenlo, Lexis & Guilty 991
Image article Samiyam, Teebs, Kenlo, Lexis & Guilty 992
Image article Samiyam, Teebs, Kenlo, Lexis & Guilty 993
Image article Samiyam, Teebs, Kenlo, Lexis & Guilty 994
Image article Samiyam, Teebs, Kenlo, Lexis & Guilty 995

Articles similaires

Wave

12 septembre 2008

Présenté à l’Usine C, Wave vient clore le cycle de la Climatologie des corps (Après Pluie en 2004 et Temps de chien en 2005). Cette nouvelle création nous transporte dans un univers où le climat devient métaphore des éléments extérieurs qui affectent la vie des êtres. Porté par cinq danseuses remarquables, Wave explore notre capacité et notre désir individuels à nous fondre dans un environnement de plus en plus vaste et multidimensionnel; une nature...

Lancement du second numéro hors-série culturel

25 juillet 2009

Nous sommes heureux de vous présenter la deuxième édition du projet estival du Polyscope, spécialement consacrée aux évènements culturels de Montréal pendant l’été (concerts, entrevues, festivals...). Dans ce numéro, vous pourrez lire des compte-rendus du Festival de Jazz et du Virgin Festival, en plus d'un retour sur les célébrations de la fête de la St-Jean. En musique, un tour d'horizon de Clues à Behemoth en passant par Subhumans et en entrevue, Cœur de Pirate....

Les Grands Ballets Canadiens : La Dame de Pique

23 octobre 2008

Si seulement toute la grâce des ballets pouvait accompagner la vie de tous les jours! Mais avant tout il vous faut savoir l’histoire de La Dame de Pique, ballet merveilleusement adapté du roman de Pouchkine. Le spectacle débute dans un café, où des officiers accompagnés de leurs belles jouent aux cartes. La tension règne dans cette assemblée, qui ne remarque pas qu’elle est observée de loin par un jeune homme. Hermann, officier de l’armée...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+