Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Fais l’histoire !

Le Polyscope, en collaboration avec Polyphoto, continue son concours  »fais ta cover » et vous offre la chance de figurer en première page de la prochaine édition du journal.

Veuillez envoyez vos photos ou montage numérique en haute résolution, ainsi que votre titre de la semaine à l’adresse de la rédaction : article, polyscope.qc.ca.

Date de clôture du concours : mercredi 2 février 2011 à 17h.

Bonne chance à tous les participants !

Image article Fais l’histoire ! 978




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Petit précis de littérature tchèque

20 août 2010

La littérature tchèque est sans contredit un des derniers sujets auxquels vous auriez pensés en prenant les pages de votre journal. Certes être dans une école d’ingénierie ne signifie pas nécessairement se fermer l’esprit, et c’est dans cette optique que je vais tenter de vous faire découvrir deux livres marquants de la Ceska Republika. Au cours de mon dernier échange universitaire en Europe, mes amis de Prague m’ont conseillé deux livres, le Brave soldat...

Toto-Dit-é

9 octobre 2007

Enfin nous voici à la semaine des intras. Une semaine tant attendue par tous, celle où l’on se pose la fameuse question : ai-je bien fait de choisir Poly? Après une série d’intras et de rapports on se dit forcément que non, que l’on aurait pu trouver mieux comme école (peut-être l’ÉTS). Mais quand on s’en débarrasse, on prend le temps de réaliser que nous avons passé l’une des semaines les plus effroyables de...

Se redonner des lettres de noblesse

18 février 2011

Ma dernière fin de semaine a été des plus formatrices. Réfugié à Lotbinière, c’est sous les couches de neige et de froid, au milieu d’une forêt de pins et de bouleaux que j’ai pu prendre un peu de recul face au rythme effreiné de Polytechnique. Me ressourcer, comme diraient certains. C’est au cours des discussions faites proche du poêle, une tasse de café chaud à la main, que m’est apparu le sincère et profond...