Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Samsung : un regard neuf

Vous l’avez peut-être remarqué sur vos réseaux sociaux ou alors sur vos forums geek, une nouvelle vidéo sur Samsung vient juste de sortir. Ode pour la marque bleue ou mise en garde, les avis sont nombreux. Réalisée par une chaîne française, elle met en scène la société au logo bleu. Vous pensez être épargné du lot ? Malheureusement, il n’en est rien : ils sont devenus les leaders mondiaux dans beaucoup de domaines tels que les semi-conducteurs. D’ailleurs, utilisateurs d’iPhone vous en êtes fiers, non ? Eh bien sachez que sous la coque se cache un composant sorti de leurs usines coréennes…

Mais repartons depuis le début, Samsung signifie trois étoiles. Chacune des étoiles représente le symbole de « Grand, Puissant et Nombreux » et on peut dire que cette entreprise a tout fait pour représenter cette vision. À la fin des années 1960, la marque crée sa filiale Samsung Electronics, mais ce n’est qu’une trentaine d’années plus tard que le groupe décide de se lancer à la conquête du monde en essayant de s’implanter un peu partout dans le monde en construisant des usines dans différentes villes stratégiques.
On arrive facilement à deviner la suite de l’aventure : la société se développe et arrive à s’implanter (presque) partout. Leur différence majeure est celle de pouvoir investir en masse dans n’importe quel domaine et d’obtenir très rapidement un résultat plus que satisfaisant.

En effet, Samsung est bien plus qu’un simple constructeur de téléphonie. Samsung s’est investi dans énormément de projets et a la capacité de pouvoir attirer les bons cerveaux dans son entreprise. En 2009 plus de 263 000 personnes étaient employées par Samsung, dont plus de 40 000 ingénieurs, toutes catégories confondues. C’est ainsi que la société coréenne s’est dotée d’excellents ingénieurs autant dans le domaine du BTP (bâtiment et travaux publics) que dans le domaine mécanique.

Si vous avez la chance d’aller en Corée, tout le monde vous le dira, la marque bleue est la grande fierté du pays. Ils ne sont partis de rien et ont réussi à construire un empire. Mais je dirais que c’est un empire à l’image du pays. Bien qu’elle soit reconnue comme une république, la Corée agit énormément en dictature « civilisée ». Formation militaire obligatoire et placement universitaire choisis par le gouvernement suivant le grade, culte des dirigeants… Mais c’est également cela qui rend ce pays économiquement fort et tant qu’ils y arriveront, ils ne verront pas de raison de changer. Mais après tout, pourquoi pas ? Dans le reportage proposé, nous y voyons un jeune Coréen ayant grandi dans cette culture du travail sans y compter les heures. Le reportage nous dit que les personnes vivant en Corée travaillent environ 40 % de plus que les Nord-Américains. Pour donner un ordre de grandeur, un travailleur moyen canadien travaille environ 1900 heures en un an. Durant cette même année, le travailleur coréen aura travaillé 2900 heures.

Son fondateur est également une plaque tournante de l’entreprise. Très charismatique, les Coréens lui vouent un véritable culte. Ce n’est évidemment pas sans rappeler les É-U, qui ont eux aussi un visionnaire faisant l’objet d’un culte : Steve Jobs. Cofondateur de la pomme croquée, il a aussi ses hordes de fans qui ne vivent que par et pour Apple. Cependant c’est à un autre degré, car la vision la société de Cupertino est beaucoup plus tournée sur l’image de marque, comparativement à celle de Samsung qui est tournée vers un ensemble plus général et dont les adeptes sont essentiellement coréens.

Mais qu’est-ce que cet esprit au final ? Une chose que l’on remarque dans la société coréenne, c’est que chaque personne veut faire partie d’un tout. Du plus petit employé jusqu’au plus haut dirigeant, il existe cette fierté d’appartenir à un ensemble de valeur. La culture coréenne est influencée par celle de la Chine. Par son habileté à reprendre les connaissances dans le monde occidental et de pouvoir les ramener dans son pays en les développant, les adaptant et, au final, en réussissant à créer quelque chose de nouveau. Et c’est vraiment là le vrai pouvoir de la Corée. Si on regarde leurs technologies, il n’y a rien de nouveau. Bien sûr, le marché des nouvelles technologies offre beaucoup de possibilités et de développement et ils commencent à nous dépasser. Mais dans les années précédentes, ils prenaient ce qui avait été fait, puis ils l’amélioraient. Cela a notamment été le cas de l’iPad. En réaction à sa sortie, le groupe a décidé de faire sa propre tablette et, en moins de temps qu’il en faut pour le dire, ils ont pu être les premiers concurrents d’Apple à sortir un équivalent qui se défend très bien. Tellement bien qu’en un mois d’exploitation ils ont pu écouler plus d’un million d’exemplaires.

Et si c’était ça, la véritable menace ? Que nous ne voyions pas arriver la montée en puissance de la société sud-coréenne.

Attention, cet article ne vise pas à mystifier ou à stigmatiser telle ou telle marque, mais reflète seulement quelques faits.

Mots-clés : Gui-ik (11)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Portrait des disparus

22 janvier 2010

Les dernières semaines ont été difficiles dans le monde musical, avec le décès de plusieurs artistes tels que Jay Reatard, Lhasa de Sela, Vic Chesnutt et Kate McGarrigle. Sombre début pour l’année qui s’amorce, avec la disparition des trois derniers artistes touchant de près la communauté artistique de la région de Montréal. Un bref portrait de ceux qui nous ont quittés dernièrement. Jay Reatard (1980 – 2010) www.jayreatard.com Une des icônes de la musique...

Cocktail de la semaine

20 mars 2008

Depuis le début de la civilisation (c.-à-d. quand les Russes ou Polonais inventèrent la vodka, qui signifie petite eau en russe ou polonais), l’être humain se pose des questions existentielles, surtout lors de lendemains de veille : Où suis-je? J’ai fais quoi? Que vais-je faire? Pourquoi est-on trois dans le même lit? Il s’est également questionné de quelle manière il pourrait utiliser la vodka restante dans la bouteille déposée à côté de la toilette...

Tu veux-tu venir icite ?

26 septembre 2008

Une française@Montréal Allô amis de la Poly! J’espère que votre semaine a été bonne. Comme vous pouvez le constater, le public ne m’a pas éliminée et j’ai eu le droit de revenir en deuxième semaine. Bon, comme je vous le disais la dernière fois, ma chronique va traiter des différences culturelles entre les francophones du Vieux et du Nouveau Continent. En fait depuis que je suis arrivée à Montréal, j’ai été confrontée à des situations...