Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Agora de la danse : Lina Cruz – Soupe du jour

Que peut nous apporter une chorégraphe née en Colombie, formée en Espagne et aux États-Unis et travaillant à Montréal? Et bien, tout un univers extravagant à partir duquel nous construisons mille histoires dans notre esprit. Le magicien délirant, créateur de musique sur scène, entraîne tour à tour les danseurs dans des moments d’apathie collective et dans une marche révolutionnaire revendiquant le droit à la poésie de l’instant. Il nous est parfois difficile de sortir d’un carcan social qui stipule la bonne conduite. Mais combien de fois avez-vous eu envie de crier dans la rue, ou de vous mettre à danser de joie ou de peur? Si nous gardons la plupart du temps ces envies enfouies en nous, la danse contemporaine, elle, permet comme une libération autorisée, une douce folie qui apaise. Bien que s’éloignant de notre réalité par le saugrenu des actions, nous pouvons toutefois percevoir des comportements humains qui semblent bien s’inspirer d’une observation de tout un chacun. La fierté ridicule de posséder plus, que cela soit de vieilles canettes agencées en chaussures ou le nouveau téléphone à seulement 150$ par mois, nous fait rire du comique de l’humain, toujours égal à lui-même.

Si ces instants de gentil délire vous rebutent, vous trouverez toutefois un grand plaisir à vous immerger dans la contemplation des duos. Homme-homme; femme-femme; femme-homme, chaque couple délicat et émouvant parle un langage différent, qui nous entraîne dans nos propres souvenirs ou dans un univers improbable et nouveau. La proximité aux danseurs que permet la scène de l’Agora de la danse est une condition privilégiée pour le spectateur, qui apprécie d’autant plus cette communication directe avec l’imaginaire de l’interprète.

Puisque nous ne fêtons pas le carnaval ou mardi gras, pourquoi ne pas décompresser en partageant le burlesque aimable de la danse contemporaine, tout en s’initiant au beau de l’expression corporelle? Car les interprètes maîtrisent véritablement un langage propre et original, qu’ils déploient avec aisance et spontanéité.

Image article Agora de la danse : Lina Cruz – Soupe du jour 823




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Pop Montreal

2 octobre 2009

«Quoi ? Encore de la culture ? Je commence à en avoir assez de lire des articles à propos de groupes dont j’ai rien à faire et de festivals qui m’ennuient. » Eh oui, encore de la culture. Eh oui, pourquoi pas ? Il est vrai que cette année on vous a beaucoup entretenu de sujets « culturels » : entrevues avec des groupes de musique, compte-rendus de spectacles, recommandantions pour des concerts à venir ou portraits de groupes. Pour ce...

Un début de festival en bonne et due forme

20 janvier 2012

Devons-nous encore présenter ce festival ? Si oui, je vous réfère à l’article à gauche, ou alors à notre article de la semaine dernière, ou encore aux articles sur notre site web ! Si vous lisez cette série d’articles pour la première fois, c’est que forcément vous avez raté la première semaine de l’Igloofest. Honte à vous ! Le Polyscope tentera de rapporter autant visuellement que littéralement les différentes soirées prévues par les organisateurs. C’est...

Comment brutaliser une Maison de la Culture

12 mars 2010

Les mots « show de heavy métal gratuit », lorsque présentés dans cet ordre, sont capables de m’emplir d’une incomparable vague de scepticisme. En général, on s’attend à ce genre de prestation de la part d’un groupe débutant, tentant de se faire un nom. Vous imaginerez ma surprise, sexy lecteurs, lorsque j’appris que le groupe québécois Les Ékorchés allait justement présenter un tel évènement. J’ai déjà, dans une précédente itération de mes chroniques sur-testostéronées, glissé...