Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Carabins surpris par les Stingers

L’équipe de football des Carabins de l’Université de Montréal s’est inclinée 21 à 14 face aux Stingers de Concordia vendredi soir au CEPSUM. Dans un match dicté par les revirements, le maraudeur Julien Hamel (éducation physique et santé)
a réalisé quatre interceptions et ainsi égalé le record canadien.
Dès la première séquence à l’attaque, les Bleus ont été victime d’une interception de Paul Spencer. Sur la séquence offensive suivante des Stingers, ces derniers ont raté leur botté de placement. Cependant, Frank Bruno (arts et sciences) a échappé le ballon en tentant de s’enfuir avec celui-ci.
L’équipe de Concordia a repris le ballon à la ligne de 5 verges des Carabins et a rapidement converti cette opportunité en touché grâce à une passe de Terrance Morsink à Liam Mahoney.

Sur leur séquence à l’attaque suivante, les Bleus ont été victimes d’une autre interception. La troupe de l’entraîneur-
chef Gerry McGrath en a de nouveau profité pour marquer un touché sur une passe latérale à Sanchez Deschamps. Après un quart, les Bleus tiraient déjà de l’arrière 16 à 0 et n’ont jamais pu revenir dans le match.
Concordia devait absolument l’emporter pour demeurer dans la course aux séries. « Nous savions que nous allions jouer contre une équipe qui n’avait pas le choix de gagner, a dit l’entraîneur-chef Marc Santerre. Mais nous n’avons pas joué à leur niveau et nous n’avons pas été en mesure de profiter de plusieurs chances de marquer. »

Au début du deuxième quart, après une longue séquence à l’attaque où l’offensive a parcouru 99 verges, Alexandre Nadeau-Piuze (HEC Montréal, administration) a lancé une passe de touché de quatre verges à Vincent Pelletier-Bouchard (kinésiologie). La transformation de deux points a toutefois été ratée.

Sur le dernier jeu de la première demie, le botteur Rene Paredes a réalisé un placement de 41 verges contre le vent. À la suite d’un touché de sûreté concédé par les Bleus à la fin du deuxième quart, les Stingers menaient 21 à 6 au moment de retraiter au vestiaire.

Rien de moins que quatre interceptions pour Julien Hamel

Julien Hamel a réalisé pas moins de quatre interceptions face au quart Terrance Morsink. Il a ainsi fracassé le record québécois et est devenu le huitième joueur au Canada à réaliser l’exploit au cours d’un même match.
Deux de ses larcins ont été réalisés dans la zone des buts. Il a retourné le ballon sur 76 verges au total en plus d’ajouter 5,5 plaqués.
Le secondeur Jonathan Beaulieu-
Richard (pharmacie) a également réussi une interception alors que les Stingers cognaient à la porte des buts.
Les joueurs de l’UdeM se sont vus octroyer un touché de sûreté au début du quatrième quart. Le botteur Pierre-
Paul Gélinas (HEC Montréal, administration)
a réussi deux placements sur 17 et 12 verges, mais cela n’a pas suffi pour combler l’écart.

Les deux quart-arrières ont éprouvé des problèmes au cours de la soirée.
Nadeau-Piuze a terminé sa soirée de travail avec 17 passes complétées en 39 tentatives en plus de subir trois interceptions. Du côté des Stingers, Morsink a complété 19 passes sur 36 et lancé cinq interceptions.
Dans la défaite, le porteur de ballon des Carabins, Rotrand Sené, a accumulé 87 verges au sol pour battre la marque d’équipe de 1046 verges réalisée par Joseph Mroué en 2005.
Après huit matchs, Sené totalise 1073 verges et occupe toujours le premier rang au pays.

Pas moins de 3436 spectateurs ont bravé le vent et le froid pour assister au match. La prochaine rencontre des Carabins aura lieu samedi le 30 octobre prochain au CEPSUM. Ils seront les hôtes des Gaiters de l’Université Bishop’s. Le match sera diffusé en direct à la télévision sur les ondes de Radio-Canada et à la radio au CKAC Sports ainsi que sur leurs sites web respectifs.

Image article Les Carabins surpris par les Stingers 777

Mots-clés : Carabins (7)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+