Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ras G, de L.A. à Montréal

C’est un extrait de la magie qui se produit sous le toit du Airliner de Los Angeles et de sa soirée Low End Theory à laquelle on a eu droit le vendredi 22 octobre dernier, alors que l’incomparable Ras G – du collectif BrainFeeder – est venu offrir une performance en compagnie de l’esprit de la côte Ouest qu’il a amené avec lui parmi ses bagages.

À la frontière des différents genres, à cheval sur plusieurs registres, c’est un large éventail de rythmes que couvre l’artiste de Los Angeles, qui les combine de façon à faire ressortir les particularités de chacun au sein de cet amalgame. Ainsi mis en valeur et mis en relief avec les autres éléments du spectre, c’est une combinaison unique de dub, de glitch et d’échantillons variés qui se marient, se chevauchent et s’entrecroisent pour créer un son unique, qui semble provenir d’une autre planète. De ce chaos organisé et savamment orchestré ressortent des nuances aux teintes de jazz, mais aussi aux sonorités étrangères, comme une mixtape ininterrompue venue de l’espace.

Son inspiration provient en partie de l’influence des autres membres du collectif BrainFeeder avec qui il partage la scène de Los Angeles. Des artistes tels que Flying Lotus, Daedelus, Samiyam, The Gaslamp Killer, qui, tout comme lui, redéfinissent les frontières entre les genres en apportant leur philosophie personnelle aux croisements qu’ils parviennent à créer, et qui semblent toujours si naturels. Mais le rayonnement de ce bassin de talent ne se limite pas aux relations qu’entretiennent les membres de ce collectif, il s’étend également à l’ensemble de une nouvelle génération d’artistes. Une génération qui a grandi en compagnie de séquenceurs, de contrôleurs MIDI et de laptops, et qui a révolutionné la façon que l’on avait de percevoir la composition, avec une attitude do it yourself qu’ont en commun quelques passionnés qui ont débuté par produire de la musique depuis leur chambre à coucher. C’est ainsi que de ce bassin ont émergé nombre d’artistes originaires de L.A. tels que Nosaj Thing, Shlohmo, TOKiMONSTA et Free the Robots.

Pour assister la performance de Ras G, c’est le penchant montréalais de ce mouvement qui a complété la programmation de cette soirée au Belmont, avec Hovatron, Rilly Guilty et Lexis, qui ont partagé leur savoir-faire qu’ils ont passé des années à mettre au point avec ardeur de ténacité. C’est ainsi que l’on a pu apprécier la polyvalence de Rilly Guilty aux commandes du système de son du bar s’affichant maintenant de plus en plus comme salle de spectacle respectable, et qui a démontré une fois de plus ses talents tant au maniement des tables tournantes qu’au mixer. Une sélection fluide et naturelle, sans aucun heurt dans les transitions, avec un choix de beats uniques et inédits, qui s’incorporent avec justesse dans la progression musicale de la soirée.

En prime, c’est un cadeau sous forme de cadavre exquis que se sont offerts Guilty et Hovatron en fin de soirée, en s’échangeant à tour de rôle la place derrière la console pour clore la performance en se relançant successivement dans le choix de quelques morceaux. Digestif idéal après une soirée de plusieurs couverts musicaux bien équilibrés.

À venir

Quelques suggestions d’évènements à venir, dans le même registre :

  • 3 nov: Bass Drive Wednesdays , Le Belmont, avec Vilify, Construct, Rilly Guilty et VNDL
  • 12 nov: Karnival v.6 , Le Belmont, avec Rilly Guilly, Poirier et J-Wow (de Buraka Som Sistema)

***

Vidéo par lukewarmgirls.com :

Photos par For Your Benefit:














*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.