Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

Dernier Piknic Électronik de la saison

Publicité-- --Publicité

Avec la collaboration de Simon Lelong

Signe incontestable que la saison estivale tire à sa fin, le Piknic Électronik en était déjà à sa dernière fin de semaine musicale le 3 octobre dernier. Fini les couchers de soleil derrière le centre-ville, fini les hotdogs, fini les pique-niques sur le bord de l’eau et fini les filles cutes qu’on peut regarder parce qu’elles ne portent pas (encore) leurs gros manteaux d’hiver.

C’est avec une programmation échafaudée en collaboration avec le festival Pop Montréal que le Piknic présentait en ce dernier dimanche quelques grands noms locaux et internationaux.
La programmation devait demeurer secrète jusqu’à quelques jours avant la date fatidique, mais diverses fuites ont contraint les organisateurs à dévoiler l’ensemble des artistes qui occuperaient les scènes du parc Jean-Drapeau pour cette dernière célébration en plein air plus tôt que prévu.

Ainsi, ce sont les canadiens Pheek,
Q.G., Terence Kissner, Hatchmatik
ainsi que les britanniques Swayzak
et Meat Katie qui ont présenté leurs classiques tout comme leurs récentes créations, pour le plus grand bonheur des gens venus en grand nombre pour l’occasion. Difficile, pour les convertis rassemblés pour la grande messe, de résister à la tentation d’un ultime Piknic
par un soleil aussi radieux, et par une brochette d’artistes aussi variés et aussi représentatifs de leurs genres respectifs. En effet, on s’est réjouit d’entendre un mélange de dance et d’électro, des registres un peu plus variés que la techno ou la house qui semblent avoir été proéminents au cours de la saison.

Sans vouloir être nostalgique, puisque l’on préfère toujours regarder au loin vers le futur plutôt que de rester enchaîné au passé, on ne peut s’empêcher de se remémorer quelques bons moments de la saison 2010 du Piknic Électronik.

Parmi ceux-ci, quelques incontournables dont le tout premier de l’année 2010, en mai dernier. Une température idéale, un soleil omniprésent, un thermomètre dépassant la trentaine de degrés et une foule prête a entamer l’été en force avec une énergie qui donnait le ton des dimanches des mois à venir. Performance toute aussi énergique de Dirtyphonics à la fin du mois de juin, qui avait surpris par son mélange de hip-hop, de break et de drum ‘n bass carburant à l’adrénaline. Idem pour
Bassnectar a qui profité de la journée thématique dubstep au mois de juillet pour présenter des remix de quelques classiques avec une généreuse dose de basses fréquences.

Et que dire de la fin de semaine double qui avait permis entre autres à
Major Lazer, Lazer Sword, à Lunice
et à Mary-Anne Hobbs de se produire dans le cadre du festival Osheaga. On doit toutefois souligner une fois de plus que l’on conserve un goût amer en bouche du fait qu’il était nécessaire de détenir un billet Osheaga pour assister aux performances présentées dans le cadre de ce festival. La formule employée l’année précédente semblait être plus démocratique, alors que les détenteurs de billets Osheaga pouvaient accéder gratuitement au site du Piknic,
alors que les autres n’avaient qu’à
payer le prix régulier de 10 $ pour leur après-midi.

Il n’en demeure pas moins que les performances présentées dans le cadre de cet évènement demeureront indélébiles dans la mémoire de ceux qui ont eu la chance d’y assister, et que l’on attend déjà avec impatience le dévoilement de la programmation de la prochaine saison du Piknic, qui en sera à sa 9e saison.

Rendez-vous dans quelques mois pour l’Igloofest, l’équivalent hivernal du Piknic Électronik, alors que les courageux se dirigeront au Vieux Port pour danser.
Des sources sûres nous assurent déjà que les files en Canada Goose seront de la partie pour les trois dernières fins de semaine de janvier 2011.

Image article Dernier Piknic Électronik de la saison 710




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité