Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Du bonbon pour vos oreilles V.3

FALSE PRIEST
OF MONTREAL

Kevin Barnes, chanteur, compositeur et tête d’affiche de la formation Of Montreal (originaire de Athens, Georgia aux États-Unis), ne fait pas dans la dentelle. Tout comme la musique qu’il compose et qu’il produit, coloré et éclaté sont des qualificatifs qui lui collent parfaitement.
Souffrant de quelques problèmes mentaux – il en parle sur plusieurs chansons de ses précédents enregistrements – Kevin Barnes s’avère être un dangereux animal lorsque vient le temps de composer des mélodies pop accrocheuses, alors qu’on compare facilement son style à Prince ou David Bowie dans sa période androgyne. False Priest, déjà la dixième création du quintette depuis sa formation, disponible depuis mardi passé, s’inscrit bien (peut-être même trop) dans la lancée des précédents HissingFauna, Are You the Destroyer? et SkeletalLamping : chansons pop aux accents électroniques et funk et avec un son généralement éclectique. Un peu déconcertant à la première écoute, plusieurs morceaux continuent de nous habiter, et on en veut toujours plus. Les thématiques abordées restent un peu toujours les mêmes : amour, sexe, jalousie, obsession, identité, adolescence… La musique, très théâtrale et éclatée, se traduit sur scène par cette même folie (à voir absolument!).
False Priest est probablement l’oeuvre la plus achevée du groupe, avec, finalement, un enregistrement studio de qualité qui donne un réel panache aux chansons. Barnes est à son meilleur, explorant à souhait de nouvelles textures, ouvrant la porte à de nouveaux horizons pour le groupe. Car, avouons qu’après dix albums, on peut se demander si on n’est pas un peu en train d’étirer la sauce ?

Image article Du bonbon pour vos oreilles V.3 688

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+