Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Avant-dernier Piknic Électronik de la saison

Difficile de suivre le rythme de la température en cette fin de saison du Piknic Électronik, alors que les dimanches ensoleillés se font plutôt rares. On peut malgré tout se considérer chanceux, même sous un ciel couvert, compte tenu du temps exceptionnel auquel on a eu droit tout au long de l’été, et ce dès le premier week-end de la fin du mois de mai.

Loin de se laisser impressionner par les nuages, le public s’est passé le mot pour venir assister à cet avant-dernier rendez-vous estival, attiré sans doute par la réputation des artistes invités pour l’occasion.
C’est ainsi Vincent Gauvin qui a ouvert le bal en début d’après-midi, avant de céder les commandes à
X-Cube et au saxophoniste John Juster qui se sont adonnés à un minimal-tech aux accents de jazz.
Une expérience qui paraît audacieuse, mais qui produit un résultat d’une fluidité toute naturelle ; un amalgame déconcertant que l’on que l’on souhaite voir à nouveau dans le futur. En effet, dans un milieu où il est parfois difficile de faire la distinction entre deux artistes tellement leur nombre est grand pour une plage de sonorités aux variations restreintes, on applaudi l’initiative de ceux qui osent prendre des chances pour se démarquer du lot.

Ainsi, on espère que le fait de souligner le succès de cette approche pourra encourager davantage d’artistes à tenter l’expérience de sortir de leur zone de confort en intégrant de nouvelles dimensions à leur son, tout comme on espère que l’organisation du Piknic Électronik
continuera d’offrir une tribune à ces artistes qui osent parfois emprunter des sentiers encore peu arpentés.
Il faut cependant reconnaître que l’organisation réserve déjà une place importante à ce genre d’expérimentation ludique, parfois abstraite, sur la scène locale STM.
En effet, cette scène parrainée par
BandeAPart.fm, où se produisent exclusivement des artistes locaux, permet déjà à plusieurs artistes de jouir de la visibilité qu’offre le Piknic
pour partager leurs compositions à la frontière de plusieurs genres. On pourra ainsi penser notamment à
Aun, le duo qui s’y était produit à la fin du mois d’août, et qui intégrait black-métal, musique ambiante et avant-garde.

La semaine prochaine sera déjà la dernière de la saison 2010 du
Piknic Électronik. Pour l’occasion, l’organisation s’associe cette année encore à POP Montreal pour présenter une programmation aussi variée que tous les différents genres musicaux présentés au cours des cinq jours du festival.

Artistes locaux et étrangers se produiront ainsi côte-à-côte sur les deux scènes du Piknic, alors que les montréalais Pheek et Q.G.
occuperont la scène STM et que les canadiens Terence Kissner
et Hatchmatik et les britanniques
Swayzak et Meat Katie fouleront les planches de la scène principale.
Parmi ceux qui partagent le même passeport que nous, un mot sur Hatchmatik, le membre du
« party crew » de Peer Pressure, qui emmènera avec lui des beats à faire break-dancer Frédéric Chopin, de même que sur Pheek, l’habitué de
Mutek, qui poursuivra ses explorations sonores habituelles, en plein air cette fois.

Pour davantage d’information sur les moyens d’accéder au lieu de l’évènement, pour des retours en photos et en vidéos sur les fins de semaines de l’été 2010 qui est maintenant presque complètement derrière nous, rendez-vous sur le site du Piknic Électronik au www.piknicelectronik.com. Plus de détails quant à la programmation de POP Montreal
sont disponibles sur le site du festival, au www.popmontreal.com.

Image article Avant-dernier Piknic Électronik de la saison 711

Mots-clés : Piknic Electronik (46)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.