Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’externe en manque !

Par Laurent Gauthier

Comme vous le savez sûrement, l’AEP est divisée en quatre volets. Toutefois, contrairement aux volets interne et éducation, qui regroupent à eux deux plus de 300 impliqués, il n’y
a qu’une poignée de personnes qui prennent réellement part aux dossiers externes. Pourtant, c’est un volet qui touche tous les membres de l’AEP.

En effet, c’est à l’externe que se discute des dossiers tels que l’aide financière aux études, la différenciation des frais de scolarité par programme d’études, la gestion des frais des étudiants internationaux et la reconnaissance du statut temps plein pour un étudiant en stage. L’externe est également responsable de l’organisation de la Compétition Polytechnicienne d’Ingénierie (CPI), ainsi que de l’encadrement des délégations de la Compétition Québécoise d’Ingénierie (CQI) et de la Compétition Canadienne d’Ingénierie (CCI).

Notre projet

Comme nous l’avons mentionné plus haut, la structure actuelle de la régie externe ne favorise pas l’implication des membres de l’AEP. L’exécutif actuel a donc décidé de réviser sa structure et de faire appel aux comités à l’éducation pour combler le vide. Pourquoi les comités à l’éducation? Tout simplement car ils représentent déjà la totalité de nos membres et la diversité de leurs opinions. De plus, l’externe est en somme une extension du volet éducation au plan provincial.

L’objectif est double : élargir le bassin de personnes participant aux décisions relevant de l’externe et diffuser l’information pertinente sur ce volet. En effet, qui sait pourquoi nous payons 2,50 $ chaque session à la FEUQ ? Et d’abord, qu’est-ce que la FEUQ ? Que l’AEP fasse partie de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) est hautement bénéfique pour les étudiants de Polytechnique. Tellement qu’aucun Conseil d’administration et aucun Conseil exécutif depuis 20 ans n’a remis en cause la pertinence que l’AEP siège autour de la table de cette fédération. Il y a donc un problème de diffusion de l’information et c’est à nous de le régler.

Cette année, nous avons mandaté les comités à l’éducation de chercher, et idéalement trouver une ou des personnes qui pourront les représenter sur la régie à l’externe. Ces personnes nous aideront ainsi à articuler la politique externe de l’AEP : nos opinions, nos stratégies, etc. Elles pourront également ramener dans leurs comités des nouvelles de ce qui se prépare ou s’accomplit au niveau du gouvernement, de l’Ordre des Ingénieur ou du Bureau canadien d’agrément des programmes de génie (l’entité chargée de décider si un étudiant sortant du programme est admissible à son ordre provincial : s’il peut être ingénieur).

Un appel?

Si vous vous êtes senti interpellés par ce texte, vous feriez sans doute un excellent candidat pour la régie externe. Si vous ne faites pas partie d’un comité à l’éducation, n’hésitez pas à écrire à externe, aep.polymtl.ca pour connaître les façons de participer aux dossiers de l’externe!
L’augmentation de l’implication à l’externe ne peut qu’être bénéfique !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.