Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Funambulisme

Pour les amateurs de cirque, la TOHU a amorcé l’année en présentant Les Colporteurs du mardi 14 septembre au samedi 2 octobre. Le spectacle débute avec une narration d’un personnage du groupe expliquant qu’un terrible accident est survenu, laissant le funambule sans l’usage de ses jambes. En effet, Antoine, le cofondateur des Colporteurs, a été victime d’un accident ne lui permettant plus de se déplacer sur un fil. Il est important de savoir que la scène consiste uniquement en plusieurs fils de 12 mm interreliés et de différentes hauteurs.

Afin de détendre l’atmosphère, le numéro qui a suivi avait un brin d’humour avec une performance un peu maladroite presque clownesque.
Les sept artistes partageaient la scène de façon un peu désordonnée pour le spectateur. Ils partaient, puis revenaient, ou restaient tout simplement perchés sur un fil, admirant les prouesses d’un autre. Chaque artiste apportait sa touche personnelle avec sa spécialité fildefériste. Les Colporteurs se catégorisent en tant que nouveau cirque ou cirque contemporain. De par ce fait, le public a eu droit à un mélange exceptionnel de théâtre, de danse, d’acrobatie et bien sûr de cirque.

Le numéro de tango en couple était époustoufl ant. On ne pouvait s’imaginer la fougue du tango transposé sur un simple fil de fer. Pour ceux qui se demandent s’il est possible de faire du ballet sur un fil avec des pointes, nous avons eu la preuve que cela est possible avec une performance délicate de la rousse aux longs cheveux du groupe.
Non seulement c’est une ballerine élégante, mais elle est aussi acrobate, car elle a traversé la corde raide sur la tête en tirant avec ses mains. Malgré les longueurs à certains moments, l’énergie a toujours été retrouvée avec un numéro plus dynamique qui suivait.
C’était le cas avec un numéro en talon aiguille. Agathe, la cofondatrice, en a surpris plusieurs en augmentant la barre de difficulté à un autre niveau.
La performance s’est terminée avec le défilement de toute l’équipe sur un même fil pour faire place à Agathe et Antoine ensemble.

Les musiciens ont partagé la scène avec les funambules pour nous rappeler que la musique live est toujours plus agréable à entendre, créant une complicité entre les groupes. Honnêtement, je n’ai pas pu faire le lien avec la neige du titre, mais cela a été très divertissant.
Pour les amateurs de funambulisme, c’est un spectacle à ne pas manquer avec 90 minutes démontrant tous les styles. Pour les autres, c’est une façon de découvrir cet art à son meilleur.

Mots-clés : Cirque (54)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+