Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cafés étudiants de l’UdeM : Triton et CaféKiné

La session passée, j’avais entamé un dossier sur les divers cafés étudiants de l’Université de Montréal.
Au tout début, je m’attendais à ce que tous les cafés se ressemblent.
J’avais tort : au risque de faire une comparaison clichée, les cafés étudiants de l’Université de Montréal sont aussi divers que ses étudiants. Voici la suite de mon enquête à haute teneur en caféine
[NDLR : Encore un cliché ! ]

Le Triton, café des étudiants en musique

Il faut être très, très, très motivé à aller au Triton si on n’est pas étudiant en musique : le pavillon est situé en haut d’une colline, passé le CEPSUM. Certes, la finition du décor est très professionnelle, mais il y a peu d’ambiance
: comment se fait-il qu’il n’y a aucune musique alors qu’on est au pavillon de musique ? J’ai beau croire que certains étudiants chantonnent quelques notes de leur partition, mais quand même! À cette reproche, le commis du café m’a
expliqué que puisque les étudiants étudient et pratiquent la musique à journée longue, ils aiment bien se détendre un peu…

Une autre chose que j’aime moins de ce café étudiant est qu’il est très exigu : il comporte une table, deux comptoirs, et c’est tout. Et malgré le peu de place, c’est très serré. Cependant, il est situé tout juste à côté d’une grande cafétaria, où des micro-ondes, 2 frigos et des tasses réutilisables sont laissés en libre-service. Évidemment, il y a le potentiel danger de bio-contamination (plats laissés à l’abandon dans les frigos), mais l’idée est bien songée. Des revues artistiques sont également mises à la disposition des clients, pourvu que ces derniers laissent leur carte étudiante en otage. Les heures d’ouverture sont également très convenables : 8h30 à 20 h du lundi à jeudi, 8h30 à 19 h le vendredi et 9 h à 15 h le samedi.
La tarification et la diversité de la nourriture sont très raisonnables. Tout d’abord, un petit café coûte 1,20 $ et un grand en coûte 1,40, mais si vous apportez votre tasse, le prix tombe à 90 sous. Ensuite, de nombreux combos sont proposés. Il y a « ZE duo » à 2,30 $,
c’est-à-dire une boisson (jus, café, soda…) plus une collation (biscuits, chips, chocolat, pâtisserie, muffin…). Il y a aussi des trios sandwich (5,25 $), des trios de repas chaud (6,00 $), un trio de soupes et des duos de salade.
Huit étudiants travaillent pour le compte du Triton. Un gérant et un assistant (tous deux aux études également)
coordonnent les opérations du café étudiant. Tous sont rémunérés d’ailleurs.

En somme, le Triton est un café étudiant qui s’est carrément transformé pour le mieux au cours des deux dernières années, mais il demeure un café conçu d’abord et avant tout pour desservir les étudiants en musique. Fait insolite : saviez vous qu’un violoncelle usagé coûte environ 15 000 $ ? Ouch !
C’est une sous-compacte neuve ça !
Le Triton, local B-261.

Le CaféKine, café des étudiants en kinésiologie et en éducation physique

Comparativement au Triton (et à la majorité des cafés étudiants), le Café-
Kiné est situé dans un emplacement idéal, tout juste à côté des tourniquets du CEPSUM. Dès qu’on y rentre, on est impressionné par les murales de football et de volleyball ainsi que le plancher à thème sportif. Par ailleurs…
OH CRAP ! QUE VOIS-JE ? UN FRIGO DE BIÈRE ! INCROYABLE ! Effectivement, le CaféKiné possède un permis de vente d’alcool en règle. Le café est donc réservé aux 18 ans et plus (est-ce réellement un problème à l’université ? ) On y vend de la Labbatt et de la Budweiser, mais également de la Alexander Keith (3,00 $) et de la Hogaarden (3,50 $).
Je suis vendu.

La grande nouveauté cette année est l’agrandissement du café : une section lounge, incluant de confortables sièges en cuir, y a été aménagée. Mieux, deux grandes télévisions à écran plat ainsi qu’un système de son performants seront bientôt installés : cela complémentera fort adéquatement les deux autres téléviseurs du café, qui diffusent sans relâche des émissions de RDS et TSN. Encore mieux, on pourra bientôt profiter de tout ça avec une bière dans les mains.

Le choix de bouffe est comparable avec ce qui est offert par les autres cafés étudiants. On s’attend donc à une large sélection de sandwichs, de boissons et de pâtisseries, ainsi que des plats de sushis, de pâtes froides et de salades.
Par contre, les prix sont au-dessus de la moyenne : les sandwichs se détaillent entre 2,50 $ et 4,50 $, et un petit sac de chips coûte 1,30 $. Il n’y a pas non plus de combo, mais cela pourrait changer.
Même le café est un peu plus dispendieux
: il se vend 1 $ si on apporte sa tasse, ou 1,25 $ sinon. Mais le CaféKine vend également de la bière.

En fait d’animation, les responsables du café diffusent les matchs importants de hockey sur projecteur.
Ces événements attirent beaucoup de personnes, et des hotdogs sont préparés pour l’occasion. Ah oui, il y a également des spéciaux sur la bière…
Malgré les tarifs élevés, je vous recommande fortement de visiter le CaféKiné lorsque de votre prochaine visite au CEPSUM, car son aménagement, son ambiance et surtout, son permis d’alcool [NDLR : ça va, on a compris…] ont tout pour plaire.
Le CaféKine, local 3222.

Image article Cafés étudiants de l’UdeM : Triton et CaféKiné 639

Image article Cafés étudiants de l’UdeM : Triton et CaféKiné 640




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Un dégel sous le soleil du mois de juin

21 septembre 2007

Le 28 juin 2007, alors que les campus sont vides et que les étudiants travaillent à gagner de quoi payer leur facture universitaire, la ministre Michelle Courchesne procède à une annonce qui touche directement les prochaines générations. Les mesures annoncées se répartissent sous trois volets : hausse des frais, amélioration de l’aide financière aux études (AFE) et consultation sur les frais afférents. Les frais de scolarité Tout d’abord, la ministre confirme que les frais...

Retrait d’une ambassade ou l’art de s’assumer dans sa carence en politique étrangère.

14 septembre 2012

  Vendredi le 7 septembre, le Canada rompt ses relations diplomatiques avec l’Iran. Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, explique cette décision par le fait que « Le régime iranien fournit une aide militaire croissante au régime Assad [Syrie]; il refuse de se conformer aux résolutions des Nations unies concernant son programme nucléaire; il menace régulièrement l’existence d’Israël et tient des propos antisémites racistes en plus d’inciter au génocide ». Ce retrait est...

Mécanisme du séisme et du tsunami au Japon

18 mars 2011

Dans l’optique de comprendre en profondeur les diverses implications du désastre nippon, Le Polyscope a rencontré M. Serge Occhietti, géologue et professeur à l’UQAM. Le but de cette entrevue est d’analyser les causes d’un tel séisme et du tsunami...