Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cuba : Le début de la fin ?

Huit apparitions en moins d’un mois, depuis le 10 juillet l’ex-Líder Máximo (devenu camarade depuis peu) Fidel Castro est sorti de sa silencieuse retraite médiatique. Résurrection miraculeuse
? Envie de reprendre du pouvoir et de l’infl uence sur son île ? Simple Barrou d’honneur avant le déclin définitif du leader ? Et si sa réapparition n’était due qu’au besoin de rassurer la nomenklatura cubaine (élite communiste du pays soutenant le pouvoir).
En effet depuis quelques mois, Cuba libère par vagues successives des prisonniers politiques et essaye d’obtenir à moyen terme un assouplissement de l’embargo américain.

En mai et juin dernier, le cardinal cubain Ortega de l’église catholique a négocié avec le président Raul Castro la liste de 52 prisonniers politiques à libérer, à condition que ces derniers acceptent un exil en Espagne. Cette négociation entre cubains a permis au pouvoir en place de garder la maitrise de sa souveraineté en rejetant toute idée d’une intervention extérieure. En réalité, le Cardinal Ortega est très populaire au près de la communauté cubaine de Miami (en grande majorité anticastriste),
cela oblige l’administration Obama à être très attentif à son travail sur l’île.
Fin juin, le cardinal se rendait à Washington pour présenter les avancées de ces négociations au gouvernement américains.

L’administration Obama s’intéresse de très pres à l’évolution du pouvoir cubain et à un éventuel infl échissement de la politique castriste sur l’île pour trois raisons. La première est historique depuis la fin de la guerre froide, les américains ont toujours gardé un oeil attentif à tout mouvement militaire ou terroriste sur l’île voisine située à 180 km de ses côtes fl oridiennes. La seconde est diplomatico-économique, l’embargo placé sur l’île depuis février 1962, est condamné d’une façon de plus en plus virulente par la communauté internationale (ONU, Union Européenne…), un assouplissement du régime permettrait de donner la légitimité à Obama d’aller devant le congrès pour demander un assouplissement de l’embargo. Enfin la troisième et sans doute la plus importante est électoraliste.
En novembre prochain aura lieu la première élection de grande ampleur après le raz de marrée qui avait permis aux démocrates d’obtenir le contrôle du congrès et de la présidence. Ce vote s’annonce extrêmement serré, plusieurs swing states (états indécis)
seront décisifs pour remporter le sénat.
La Floride a une population qui est à plus d’un cinquième d’origine cubaine, par conséquent les démocrates doivent les séduire pour gagner en novembre dans cet état. Et si Obama gagnait en novembre grâce à Castro, belle ironie du sort ?

Image article Cuba : Le début de la fin ? 633




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.