Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Du flamenco pour Montréal au FFM

Pas besoin de paroles pour expliquer ce qu’est le fl amenco, juste d’un grand réalisateur. Carlos Saura.

Sa présence au théâtre Impérial a rendu d’autant plus unique la projection en première mondiale de son film Flamenco, Flamenco.
Qui ne serait ému par la rencontre, même de loin, d’un personnage public admiré ? On aurait dit qu’il venait nous livrer son émotion la plus profonde face à une danse étant un peu l’âme de l’Espagne. Pourquoi un « grand » réalisateur ? Comme le mentionnait le fondateur du Festival des Films du Monde, Serge Losique, Carlos Saura a su créer un cinéma d’envergure internationale même durant la dictature de Franco, exploit que nous avons peut-être du mal à mesurer aujourd’hui. Il a aussi su allier ses talents a ceux de plusieurs générations de danseurs, se positionnant un peu comme un intermédiaire paré d’une sensibilité aigüe entre le grand public et les racines culturelles de l’Espagne.

Je me rappelle d’un spectacle de fl amenco, chant et guitare, que j’avais vu à Valladolid, dans le nord de l’Espagne. Assise à côté de mon ami australien, tout deux emplis malgré nous d’une notion de l’attitude en public bien anglo-saxonne, qu’elle ne fut pas notre surprise lorsque les gens du public se mirent à accompagner les artistes en criant
« Olé, Olé » à chaque tremblement tragique de la voix ou de la guitare.
Le spectacle devenait vivant et non plus figé. L’émotion suscitée était si troublante qu’il était normal et même sain de l’exprimer. Car le fl amenco, chanté, dansé ou joué, s’adresse à une force viscérale passionnelle qui vit en nous. Et qui de mieux placé que Carlos Saura pour vous la communiquer ?

Le film commence d’ailleurs par ce passage du figé au vivant, en nous promenant visuellement entre des tableaux présentant des scènes de flamenco, avant que celles-ci ne s’animent aux rythme marqué du pied par les danseurs actuels en action. Des artistes comme Anglada-Camarasa ou Romero de Torres ne sont peut-être pas considérés aujourd’hui comme les plus avant-gardistes des artistes espagnols du XXe siècle, mais leurs oeuvres transmettent certes un côté folklorique et sensuel de l’Espagne d’alors.

Comme un recueil d’instants, comme un reportage poétique sur le fl amenco d’aujourd’hui, le cinéaste entrelace les vues d’ensemble et les détails raffinés. Une artiste comme Sara Baras vit devant nous avec plus d’intensité que si nous la voyions en spectacle à Madrid : zoom sur ses yeux qui brûlent du feu de la danse. Nous tressaillons de douleur et de ravissement au froncement de sourcils affl igeant d’un chanteur.
Deux pianos se confrontent et s’unissent comme l’auraient fait deux danseurs.
Des chorégraphies de groupe, inspirées par exemple du rythme que l’on retrouve en procession durant la Semana Santa, alternent avec des chorégraphies au danseur individuel entouré d’une joyeuse compagnie.
Paco de Lucía nous envoûte; deux danseurs aux mouvements tragiques unissent leurs pas à la pluie. En somme, 90 minutes d’émotion pure, de beauté poignante.

Pour se plonger encore plus dans l’univers du fl amenco : voir la Trilogie Flamenco de Carlos Saura-
Bodas de Sangre, El Amor Brujo et surtout Carmen.

Image article Du flamenco pour Montréal au FFM 621

Image article Du flamenco pour Montréal au FFM 620

Articles similaires

Oroonoko

26 février 2013

Je n’ai jamais été enclin à utiliser un style d’écriture précis, n’y d’utiliser un modèle préparé à l’avance. Quand je lis un article où une critique sur une pièce de théâtre, je n’ai pas envie de me heurter à un style scientifique ou encore à un article typique dénué d’âme et ne servant qu’à décrire sans artifice une chose. Ceci est un bien drôle de préambule me direz-vous et je vous y donnerai raison,...

Roadkill

12 février 2010

Voyage au cœur de l’agoraphobie et de la solitude de l’outback australien, Roadkill, nous plonge littéralement dans la tête de ces trois personnages. L’œuvre explore leurs peurs et leurs perceptions faussées du paysage et de ses dangers. Un couple perdu dans le désert, et une âme bienveillante venue pour aider... Étrange. C’est un nom qui pourrait correspondre à ce ballet théâtral. L’histoire commence comme tel : Une voiture dans le désert australien, en panne....

Daniel Bélanger – Joli Chaos

18 août 2009

Vrai, Daniel Bélanger n’est pas l’artiste le plus prolifique de la belle province, avec sept albums parus depuis ses débuts en 1992. Qu’importe, chaque nouvelle parution nous replonge dans l’univers planant de cet artiste attachant, qui sait comment emmener son public avec lui lors de ses nombreuses excursions. N’est-il pas plus grande qualité chez un musicien que celle de savoir constamment se renouveler ? Cette année, c’est à deux spectacles qu’étaient invités les fans...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.