Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Du flamenco pour Montréal au FFM

Pas besoin de paroles pour expliquer ce qu’est le fl amenco, juste d’un grand réalisateur. Carlos Saura.

Sa présence au théâtre Impérial a rendu d’autant plus unique la projection en première mondiale de son film Flamenco, Flamenco.
Qui ne serait ému par la rencontre, même de loin, d’un personnage public admiré ? On aurait dit qu’il venait nous livrer son émotion la plus profonde face à une danse étant un peu l’âme de l’Espagne. Pourquoi un « grand » réalisateur ? Comme le mentionnait le fondateur du Festival des Films du Monde, Serge Losique, Carlos Saura a su créer un cinéma d’envergure internationale même durant la dictature de Franco, exploit que nous avons peut-être du mal à mesurer aujourd’hui. Il a aussi su allier ses talents a ceux de plusieurs générations de danseurs, se positionnant un peu comme un intermédiaire paré d’une sensibilité aigüe entre le grand public et les racines culturelles de l’Espagne.

Je me rappelle d’un spectacle de fl amenco, chant et guitare, que j’avais vu à Valladolid, dans le nord de l’Espagne. Assise à côté de mon ami australien, tout deux emplis malgré nous d’une notion de l’attitude en public bien anglo-saxonne, qu’elle ne fut pas notre surprise lorsque les gens du public se mirent à accompagner les artistes en criant
« Olé, Olé » à chaque tremblement tragique de la voix ou de la guitare.
Le spectacle devenait vivant et non plus figé. L’émotion suscitée était si troublante qu’il était normal et même sain de l’exprimer. Car le fl amenco, chanté, dansé ou joué, s’adresse à une force viscérale passionnelle qui vit en nous. Et qui de mieux placé que Carlos Saura pour vous la communiquer ?

Le film commence d’ailleurs par ce passage du figé au vivant, en nous promenant visuellement entre des tableaux présentant des scènes de flamenco, avant que celles-ci ne s’animent aux rythme marqué du pied par les danseurs actuels en action. Des artistes comme Anglada-Camarasa ou Romero de Torres ne sont peut-être pas considérés aujourd’hui comme les plus avant-gardistes des artistes espagnols du XXe siècle, mais leurs oeuvres transmettent certes un côté folklorique et sensuel de l’Espagne d’alors.

Comme un recueil d’instants, comme un reportage poétique sur le fl amenco d’aujourd’hui, le cinéaste entrelace les vues d’ensemble et les détails raffinés. Une artiste comme Sara Baras vit devant nous avec plus d’intensité que si nous la voyions en spectacle à Madrid : zoom sur ses yeux qui brûlent du feu de la danse. Nous tressaillons de douleur et de ravissement au froncement de sourcils affl igeant d’un chanteur.
Deux pianos se confrontent et s’unissent comme l’auraient fait deux danseurs.
Des chorégraphies de groupe, inspirées par exemple du rythme que l’on retrouve en procession durant la Semana Santa, alternent avec des chorégraphies au danseur individuel entouré d’une joyeuse compagnie.
Paco de Lucía nous envoûte; deux danseurs aux mouvements tragiques unissent leurs pas à la pluie. En somme, 90 minutes d’émotion pure, de beauté poignante.

Pour se plonger encore plus dans l’univers du fl amenco : voir la Trilogie Flamenco de Carlos Saura-
Bodas de Sangre, El Amor Brujo et surtout Carmen.

Image article Du flamenco pour Montréal au FFM 621

Image article Du flamenco pour Montréal au FFM 620




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

À la découverte de Çaturn

7 novembre 2008

Un spectacle de danse qui repousse les limites entre les genres. Une création inédite qui utilise à la fois la danse et le cinéma pour peindre la toile narratrice d’une histoire intergénérationnelle. Une production qui met entre les mains de l’interprète l’entière responsabilité du projet artistique. Des collaborations avec Robert Lepage, conseiller artistique, ainsi que Richard Reed Parry et Matthew Banks, deux membres d’un certain groupe de musique rock montréalais (Arcade Fire quelqu’un?). Tous...

Caminos de la memoria, vers la dignité de la mémoire collective

24 septembre 2010

Cette semaine, je serais tentée de vous parler des gaz de schiste et autres dégâts écologiques et sociétaux, ou comment une société arrive elle-même à saboter la beauté de son patrimoine naturel, son estime de soi ainsi que son image à l’étranger. Mais je m’en tiendrai à la diffusion d’aspects d’ordre culturel, bien que comme vous le verrez, une manifestation artistique peut porter en elle toute la force d’une grève générale ou d’une mobilisation...

Impliques-toi !

20 août 2010

C’est ta première session à l’École. Les cours te semblent insurmontables, tout comme les 120 prochains crédits qui t’attendent. Commencer lundi matin à 8h30 au 1er de Lassonde par calcul I et suivre avec deux heures de thermodynamique au 6e étage de l’ancien batiment, bref, rien de bien joyeux, surtout que c’est juste lundi matin... Réjouis-toi néanmoins, car Poly ce n’est pas juste une longue épopée sans issue à travers des cours, des remises...