Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le monde est vert, vert…

ENFER ET DAMNATION ! Une autre année d’actualité automobile CRIÉE ! Commençons cette nouvelle saison avec une séance de rattrapage sur l’industrie automobile, le tout avec de la passion et une surdose de faits techniques.

Encore d’autres détails sur la Chevrolet Volt Ça y est, en juin dernier, la direction de General Motors a finalement annoncé le prix de la Chevrolet Volt.
Il vous en coûtera 41 000 $US à l’achat. Toutefois, un crédit de taxes américain de 7 500 $US ramène le prix à 33 500 $. Il est également possible de louer la Volt pour 350 $
par mois pendant 36 mois avec un dépôt initial de 2 500 $, un montant très similaire à celui de la location d’une Nissan Leaf électrique. Signe que GM a appris de son erreur avec la EV1 des années 1990, les clients qui louent une Volt pourront racheter leur voiture à la fin du bail.

Si 41 000 $ peut sembler cher pour une voiture de la grandeur d’une Chevrolet Cruze, GM tient à spécifier que la voiture sera très bien équipée : navigation, garantie de 8 ans/160 00 km sur la batterie, navigation OnStar et système de son Bose sont de série.
Deux ans après la mise en vente de la voiture, Chevrolet sortira une version moins chère de la Volt. GM semble ici vouloir profiter de l’effet de l’acheteur précoce. Dans le même esprit de pensée, une Toyota Prius très bien équipée peut se vendre au-dessus de 35 000 $. De plus, avec son moteur à essence 4 cylindres 1,4 L de 74 hp et son moteur électrique de 149 chevaux lui permettant de parcourir 64 km sans essence, la Volt est une voiture beaucoup plus sophistiquée que la Prius actuelle.

La production de la Volt démarrera le 11 novembre, et la Chevrolet Volt posera ses roues dans les concessionnaires au cours du mois de décembre. Charmant.
La 918 Spyder en production !
Le 12 mars dernier, dans le numéro 19 du Polyscope, j’écrivais à propos d’un concept très intéressant : la 918 Spyder de Porsche, une supervoiture hybride. Eh bien, ze big boss de Porsche, Michael Macht, a annoncé sa mise en production. Doté d’un V8 3,4 L de 500 chevaux ainsi que 3 moteurs électriques développant une puissance totale de 218 chevaux, la 918 Spyder peut rouler en mode tout électrique pendant 25 km : la consommation combinée est donc de 3 L/100 km, plus basse même que celle d’une voiture hybride conventionnelle. De surcroît, les performances sont au rendezvous
: 0-100 km/h en 3,2 secondes et vitesse de pointe de 320 km/h.
Le prix n’a pas été précisé, mais certains avancent le chiffre de 500 000 euros, soit environ 672 000 $CAN. Ouch. La Volt était combien déjà ?

Union entre Tesla et Toyota

Toujours dans les nouvelles écologiques, Tesla et Toyota ont conclu un accord de coopération sur le développement de véhicules électriques et des pièces associées.
Conséquence directe : Toyota utilisera de nombreuses composantes électriques de Tesla pour construire et commercialiser un RAV-4 100% électrique dès 2012.

La collaboration ne s’arrête pas là: Toyota achètera également pour 50 millions $US du stock commun de Tesla, et Tesla reprendra l’ancienne usine NUMMI désaffecté par Toyota à Fremont, en Californie. La compagnie de voitures électriques américaines y fabriquera donc sa berline Model S, une voiture de luxe 100% électrique pouvant parcourir jusqu’à 480 km avec le pack de batteries optionnel.
La grandeur de l’usine permettra également à Tesla de construire d’autres modèles dans un avenir rapproché. [NDLR : Super ! Enfin un article sur Toyota qui n’inclut pas le mot « rappel » !]

Des bornes de chargement rapide

Avec tous les nouveaux modèles de voitures électriques qui seront bientôt commercialisés, il est normal de s’inquiéter sur le problème complexe de la recharge des batteries. Voici une solution tout à fait appropriée: récemment, la ville de Portland, en Oregon et la compagnie de composantes électroniques NEC ont ouvert une station de recharge rapide pour voiture électrique à usage publique.
Les bornes fournissent un courant de 50 kW (50-500V, 0-125A). Ainsi, les batteries d’une voiture électrique peuvent être chargées à 80 % en 20 à 30 minutes. Bon, j’ai dépassé mon quota de nouvelles écologiques, passons aux vrais nouvelles !

Bugatti Veyron Super Sport : 431 km/h !

Les dirigeants de Bugatti doivent sûrement avoir un égo aussi gros que celui de Kanye West (presque). Outrés que leur record du monde de vitesse de pointe pour une voiture de production ait été battu par la « vulgaire »
Ultimate Aero de Shelby Supercars, les ingénieurs de Bugatti ont modifié la Veyron de fond en comble : plus de puissance (de 1001 à 1200 chevaux),
un châssis renforcé ainsi qu’une carrosserie plus aérodynamique et plus légère.

C’est ainsi que le 4 juillet, sur la piste Ehra-Lessien du groupe Volkswagen, en présence d’officiels du livre des records Guiness, la Bugatti Veyron Super Sport a atteint une moyenne de 431 km/h dans les deux directions. 431 km/h. C’est environ 120 mètres À LA SECONDE. Toutefois, la version destinée au client sera
« limitée » à 415 km/h afin de protéger les pneus. Il convient ici de préciser qu’à cette vitesse, les pneus sont complètement usés en 15 minutes.
Par contre, le réservoir d’essence se vide encore plus vite (en 12 minutes),
et c’est encore plus vrai à 430 km/h.
Autre fait « overkill » : la Super Sport coûte 3 millions $US…

La nouvelle Jetta 2011

Dans le département des nouvelles du monde réel, Volkswagen a dévoilé la nouvelle mouture e la Jetta. Par rapport au modèle précédent, elle est plus spacieuse et propose un style plus sérieux, plus distinctif.
Ce n’est pas une voiture particulièrement agréable à regarder, car elle a une allure très conservatrice, mais la génération précédente était carrément anonyme : selon l’angle de vue, elle ressemble vaguement à une Corolla. En fait de motorisation, la Jetta 2011 reprend les mêmes moteurs que sa devancière : un 5 cylindres 2,5 L, un 4 cylindres 2,0 L diesel et un 4 cylindres 2,0 L turbo de 200 chevaux. Par contre, ce qui est particulièrement intéressant avec la nouvelle Jetta, c’est qu’elle est devenue beaucoup plus abordable: elle se vend dorénavant à partir de 15 875 $, comparativement à 22 175 $
auparavant. Pour ceux qui ne jurent que par l’ingénierie allemande, c’est toute une aubaine.

Brièvement

Au cours de l’été, Ford a été assez occupé : tout d’abord, la compagnie automobile de Dearborn a (finalement)
décidé de fermer sa division Mercury. Bien que cette marque n’existait plus au Canada, elle était encore présente aux États-Unis, mais puisque cette bannière ne proposait que des modèles « rebadgés », Ford a décidé d’imiter GM et de supprimer les divisions inutiles. Soit dit en passant, la véritable raison pourquoi je suis content de l’éradication de Mercury est que mon père avait une Mercury Topaz et que cette voiture était une véritable dompe/citron/
poubelle ambulante. Toutefois, Ford a sûrement commis une bévue en vendant Volvo au constructeur chinois Geely pour 1,3 milliard $US. On verra dans les mois prochains ce que ça donnera…

Mais encore…

Il y aura du nouveau cette année dans ma chronique automobile ! Dans certaines parutions du Polyscope, je ferais le compte rendu d’un essai routier d’un véhicule. Et oui, je vais faire un Jacques Duval de moimême
! D’ici là, bonne semaine et bonne initiation !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.