Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Hormones et science

On a souvent entendu parler du stéréotype du petit scientifique studieux, asexué, plongé dans ses recherches, un peu le stéréotype négatif des sciences pures. Il est fort probable que, tous et chacun, nous connaissions un mec (ou demoiselle, occasionnellement) qui perpétue le stéréotype. Pourtant, on n’a
qu’à regarder les différents thèmes de recherche en physique, biologie, anthropologie et j’en passe, pour voir que les chercheurs sont souvent si absorbés par notre sympathique système reproductif qu’une telle obsession transparaît de façon carrément malsaine dans leurs recherches. Ce qui est joyeux, parce que, en tant que singe avec des clés de char, je préfère entendre parler d’hormones que de sous-particules atomiques. Mais ça, c’est probablement une des raisons pour lesquelles j’en ai encore pour longtemps à la Poly.

Lap-dance et phéromones

Prenons, par exemple, trois chercheurs de l’université de New Mexico qui se sont penchés sur la question des danseuses et de leur rémunération selon leur cycle de fertilité. Soit dit en passant, ici, dans ma section du Polyscope, quand je parle de danseuses, il s’agit de danseuses nues ou d’effeuilleuses, pas de ballerines ou je ne sais trop quelle fantaisie féminine, alors habituez-vous ou changez de page. Bref, summum de la pertinence, ces Américains ont comptabilisé une quantité invraisemblable de données sur le pourboire des danseuses en fonction d’où elles en étaient dans leur cycle menstruel. Selon leurs résultats.
il semblerait qu’il y ait effectivement une forte corrélation, où une danseuse à son apex de fertilité recevrait davantage de pourboire. Ça semble tomber sous le sens, vu que, après tout, c’est naturel pour l’animal d’être plus sensible aux femelles capable de continuer l’espèce. Pour les curieux : oui, l’étude est disponible en intégralité sur Internet.
Bon, on s’entendra tous pour dire que ça ne réinventera pas la roue, mais c’est précisément ce genre de recherche qui vient chatouiller le gros viking en moi. Oui, c’est hyper impertinent, mais au moins, la prochaine fois que vous irez dans un strip-club, vous serez plus à même de déterminer le cycle menstruel de chaque danseuse (ce qui risque de ruiner l’expérience). Ça, et aussi le fait que ça explique pourquoi vous êtes vraiment, mais alors là vraiment attiré par votre cousine une seule fois par mois. Ah, c’est juste moi ? Ah bon. Ahem.

Sexe et matière grise

Dans un ordre d’idée similaire, des chercheurs de Princeton ont révélé, cet été, une corrélation entre l’activité sexuelle et la quantité de neurones, du moins, chez les rats. En effet, des rongeurs qui avaient un accès régulier à un large stock de femelles étaient plus actifs intellectuellement et présentaient une quantité de neurones bien plus élevée que des rats qui n’avaient encore jamais eu l’occasion de se reproduire. Ce serait peut-être un peu trop rapide que de sauter aux conclusions et de déterminer que le sexe rend « plus intelligent ». Néanmoins, comme c’est une de mes spécialités que de sauter aux conclusions, je crois être en position d’affirmer que l’activité sexuelle améliore les performances intellectuelles. De fait, l’étude de Princeton démontrait l’effet apaisant et anti-stress d’une bonne grosse partie de baise bien malpropre. Outre le fait que ma cousine peut attester du fait que je tiens beaucoup à ma santé intellectuelle, il y a une conclusion bien importante à tirer de tout ça : le sexe est une composante primordiale du régime d’étude de l’universitaire moyen. J’irais même jusqu’à vous recommander de tirer un bon coup la veille d’un examen plutôt que de carburer à la boisson énergisante de votre choix pendant un sprint d’étude final. Bon, il faut admettre que « tirer un coup » est ma solution à pas mal de problèmes, à tel point qu’il est étonnant qu’il n’y ait pas, à ma connaissance, de mini-barbares d’un océan à l’autre.
Bref : procréez sauvagement, jeunes fous, procréez. Pour ceux qui ne sauraient pas exactement comment s’y prendre pour accomplir ladite
« procréation sauvage » ou pour trouver la femelle adéquate, une prochaine chronique-conseil vous sera dédiée.

Album métal de la semaine

Album : Back to Times of Splendor
Artiste : Disillusion
Genre : Death Metal Progressif
Année : 2004
M’étant farci cet album au moins une quinzaine de fois durant la dernière semaine, il me semble nécessaire de lui réserver mon honorable titre d’ « Album Métal de la semaine ». Le groupe Disillusion n’a jamais vraiment percé, et a souvent changé de style musical.
Mais selon mon avis d’expert, c’est en 2004 que ces Allemands connurent leur zénith musical : avec des textes conceptuels brillants, des riffs à se démonter la tête et plusieurs passes acoustiques, ce n’est certes pas du Death Metal standard. C’est un des rares groupes que je connais qui est capable de créer des atmosphères surpuissantes et épiques sans tomber dans les clichés du genre, ce qui, de base, est digne de mention. À déguster en observant un coucher de soleil du haut d’une montagne.

Mots-clés : Chronique barbare (22)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Avocat Crevette

14 janvier 2011

Préparation : 5 min Ingrédients : 1 avocat 1 œuf petites crevettes cuites 4 cuillères à soupe de mayonnaise sel et poivre curry (facultatif) Préparation : -Couper l’avocat en deux, enlever le noyau. Faire en parallèle un œuf dur, en le faisant cuire dans de l’eau en ébullition pendant dix minutes. Après qu’il soit refroidit, couper le en deux et garder de côté le jaune. -Dans un bol, hacher les blancs, ajouter la mayonnaise...

Cocktails de la semaine

31 octobre 2008

Et merde, l’Halloween n’est même pas commencé qu’il commence à neiger. Toutefois, une étudiante en échange qui vient souvent au Polyscope m’a dit mercredi que c’était la première fois qu’elle voyait de la neige à Montréal. Crois-moi, ma chère, ça ne sera pas ta dernière… Je ne crois pas que tu seras aussi optimiste quand une tempête couvrira la métropole de 2 pieds de neige. Par ailleurs, ne trouvez-vous pas cela bizarre que les...

L’Art de la productivité sans stress

28 septembre 2012

Centralisation de votre emploi du temps, de vos courriels, synchronisation avec smartphone, tout ce dont vous avez toujours rêvé et plus encore !   Pour gérer efficacement ses activités, qu’elles soient d’ordre professionnelles ou privées, la méthode GTD (Get Things Done) a le vent en poupe depuis quelques années. « Pour éviter la procrastination, comment on fait ?! » Première étape, le recensement : noter tout ce qui passe par la tête et qui pourrait requérir notre...