Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le Polyscope en Thaïlande

Je ne sais pas ce que vous avez fait pendant cet été cher lecteur de notre bien aimé Polyscope, mais moi j’avais un mois de repos donc je me suis fais une petite excursion en Thaïlande. Sac à dos, et chapeau d’aventurier et direction …
Krabi ! D’abord avant de commencer à raconter quoi que ce soit sur cette ville il faut d’abord la situer. Krabi est une ville dans le sud de la Thaïlande, à environ 200km de Phuket. Quand je voyage, je préfère me retrouver dans des petits villages loin des endroits «
attrape touristes », pour se retrouver dans un hôtel et finalement faire tout à l’européenne et ne pas être acteur de mon voyage. Je fus accompagné lors de se séjour ce qui l’a rendu d’autant plus agréable…

Je suis donc arrivé le 3 août après un voyage de près de 12 heures, passant par Dubaï, et la plus grande zone duty free au monde (soit dit en passant, arriver à Dubaï à 2 heures du matin, voir une duty free ouverte, et entendre que la température extérieure frise les 40 degrés Celsius, on se demande comment font les gens… heureusement qu’ils ont du pétrole pour payer leur facture de climatisation ! ) j’arrive enfin à Bangkok. Là je descends de l’avion, il est actuellement midi, la température extérieure est d’environ 35 degrés avec un pourcentage d’humidité de 70 %. Vive la mousson ! Après avoir voyagé avec Emirates, (sans doute l’une des meilleures compagnies du moment), j’ai pris une autre compagnie plus low cost : Air Asia. Pour les français on pourrait comparer Air Asia à Ryannair mais en pire, en se demandant si leurs avions sont entretenus et à deux doigt d’être mis sur la liste noire des compagnies aériennes. Mais bon quand le billet coûte moins de 20 dollars pour une distance équivalente à Montréal-Toronto, on ne va pas se plaindre et on commence à prier.

Après une heure de vol (laborieuse)
de Bangkok jusqu’à Krabi, je peux enfin découvrir cette ville magnifique. Je vais dans un guest house génial, qui savent très bien accueillir les gens et demeure assez bien situé. D’un autre coté, quand on est dans une ville de moins de 25 000 habitants, tout semble à peu près être au centre ville !

Une fois arrivé dans la guest house, sans climatisation, fenêtres fermées pour éviter que les moustiques viennent me piquer, mais avec tout de même un ventilateur, je me mets en quête de quelque chose d’essentiel : la nourriture. La première remarque que l’on peut formuler sur les Thaïlandais et leurs habitudes de cuisine, c’est que la plupart des maisons ne possèdent pas une cuisine chez eux, et qu’ils mangent tous dans des échoppes de rues, avec un dégrés de propreté assez variable. Vous l’aurez sûrement deviné, ils mangent beaucoup de riz
! Donc je marche dans le premier marché de nourriture que je trouve (l’un des trois de Krabi en fait) et parmi les échoppes, on peut trouver un peu de tout et n’importe quoi, brochettes de poulet, de poulpe, de fruit mixés, de mangues, et le fruit de prédilection de la Thaïlande : la noix de coco, sous toutes ses formes.
Je me choisi donc des brochettes de poulet mariné dans une sauce aux couleurs exotiques, avec du riz.
On m’avait prévenu que la cuisine thaïlandaise était très épicée, j’avais donc demandé à la vendeuse quelque chose de plus léger pour mon oesophage, et malgré son sourire qui semblait me dire à demi-ton, «
vas-y, ça ne sera pas trop fort », les brochettes furent atrocement épicées.
Un autre avantage de ces petits marchés est que ça ne coûte presque rien. Soit 0,25 cents la brochette, et autant pour une bonne portion de riz.
On peut évidement voir les marques occidentales, au nombre de contres façons disponibles dans les marchés.
On y trouve tout pour s’habiller, du t-shirt sans marque uni, au même t-shirt avec un crocodile cousu ou en train d’être cousu, et le tout pour un prix dérisoire.

Deuxième jour, les visites peuvent enfin commencer. Nous avons pris un taxi vers les sources d’eau chaude « magic pool » en plein milieu de la jungle. Après une marche (légère), j’arrive à la source d’eau claire à une température avoisinant les 45 dégrés. Les sources d’eau chaudes de Hot Springs et Magic Pool, situées à 65 km de Krabi, sont également une invitation à ne pas refuser au milieu de la faune et de la fl ore de la jungle.

Le lendemain, enfin nous allons enfin passer la journée à la mer.
Une chance pour nous, il fait beau ; jusqu’à présent il pleuvait une bonne partie de l’après midi. Nous partons donc à Ao Nang, à une vingtaine de kilomètres de Krabi. La mer parfaite, à y passer sa vie, les montagnes identiques à celles des anciennes peintures chinoises, verticales et couvertes de jungle, des bungalows calmes au milieu de ce paysage de rêve. L’eau est à plus de 28 dégrés et c’est un réel plaisir de se baigner dedans. Par contre, ici la pudeur est de mise, et la baignade avec les t-shirts est obligatoire si l’on ne veut pas choquer les Thaïlandais.
Enfin, pour bien terminer la journée, rien de mieux qu’un bon massage thaïlandais.

Ma journée touche enfin à sa fin, ainsi que mon article, la semaine prochaine la suite de mes folles aventures…

Si vous voulez vous aussi visiter Krabi, voici quelques sites pour

vous aider dans vos déplacements :

www.krabi.com

www.smile-guesthouse.com

www.krabiautrement.com




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.