Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Soirée bénéfice pour la BCA

C’est à l’Église St-Michel, en plein cœur du Mile End, que s’est tenu le 14 août dernier une soirée de levée de fonds pour venir en aide à la BCA, la Black Community Association de Notre-Dame-de-Grâce. À première vue, on peut être surpris par le choix de ce lieu pour tenir un tel évènement, puisque l’on associe pas forcément la faune du Mile End aux associations venant en aide à la communauté noire de NDG, deux mondes en apparence à mille lieues l’un de l’autre. Deux mondes qui semblent ne jamais se croiser.

C’est pourtant ce qu’est parvenu à faire DJ Andy Williams  – animateur de l’émission The Goods à l’antenne de CKUT  – avec l’aide de plusieurs artistes de différents milieux, tous impliqués dans leur communauté et près de leurs racines… ou celles de leurs voisins. L’objectif de Williams  : amasser des fonds pour l’organisme communautaire actif auprès des jeunes, afin d’éviter qu’ils ne se retrouvent dans la rue et qu’ils ne sombrent dans la délinquance. Parmi les artistes invités figuraient Lunice, Kalmunity Word & Sound System, Poirier, Everton Green, Simhalak, CeaseRock, Ken Lo ainsi que l’équipe de Night Trackin’.

Au printemps dernier, le conseil d’arrondissement du quartier Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce avait recommandé la fermeture du centre, qui est en besoin criant d’entretien après un sous-financement endémique depuis des années. Les fonds amassés au cours de cette soirée serviront à l’achat d’équipement de basketball pour les jeunes de 16 à 21 ans du centre ainsi que pour contribuer aux frais de déplacement de Montreal United, organisme permettant aux jeunes d’être parrainés et de jouer des matchs contre des équipes de villes au Canada ainsi qu’aux États-Unis.

C’est une somme de 15 000 $ que l’on espérait pouvoir récolter pour répondre à ces besoins, montant qui ne compte cependant pas les frais de réparation et d’entretien du centre, facture que s’échangent les différents paliers de gouvernement.

« We know things can actually blow up if a lot of these kids are on the street », affirmait Williams au Mirror, convaincu que les activités régulières du centre permettent d’éviter aux jeunes des ennuis avec la police en leur permettant de dépenser leur énergie dans le sport.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.