Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Osheaga 2010

Cette année encore, le festival Osheaga réserve aux Montréalais une programmation locale et internationale à l’image des tendances musicales actuelles, avec des vedettes de tous les horizons réunis sur les différentes scènes qui seront érigées au Parc Jean-Drapeau les 31 juillet et 1er août prochains.

Question de se mettre en appétit en attendant la fin de semaine prochaine, voici une brève liste de quelques groupes et artistes à ne pas manquer dans le cadre de la 5e édition du festival.

Programmation Osheaga

Arcade Firewww.myspace.com/arcadefireofficial

Depuis ses débuts, Osheaga tente d’avoir cette tête d’affiche parmi les artistes invités au festival sans succès… jusqu’à cette année. Arcade Fire se produira en effet sur scène pour la première fois de son histoire dans le cadre de la fin de semaine d’Osheaga, quelques jours à peine avant la sortie du prochain album du collectif (intitulé The Suburbs), prévue pour le 2 août prochain.

Metricwww.myspace.com/metric

Déjà de retour après leur dernier passage à Montréal pour deux soirs au cours de l’automne dernier, la formation canadienne foulera à nouveau les planches d’un scène montréalaise pour le plus grand plaisir des jeunes et des moins jeunes, pour autant qu’ils apprécient le rock indie. 100% féminin – dans le sens où leur musique est magré tout faite par et pour des filles – mais les gars n’ont pas à se sentir émasculés par l’écoute. Tant mieux, parce que c’est bon.

The Black Keyswww.myspace.com/theblackkeys

Le duo de blues-rock formé de Dan Auerbach au micro et à la guitare et de Patrick Carney à la batterie reviendra se produire sur scène avec son énergie débordante, que l’on ne peut s’empêcher de comparer à celle des White Stripes de même qu’à celle de The Jimi Hendrix Experience. Les compères possèdent déjà une impressionnante discographie malgré le fait que leur premier album soit paru en 2002, le duo n’hésitant pas à lancer plusieurs albums par année. Une de leur collaboration notable au cours des dernières années est celle qu’ils ont réalisé avec Damon Dash, Raekwon, RZA, Ol’ Dirty Bastard, Jim Jones, Mos Def, Nicole Wray, Pharoahe Monch, Ludacris, Billy Danze et Q-Tip dans le cadre de Blakroc, projet au vif succès visant à allier les mondes du rap et du rock.

Sonic Youthwww.myspace.com/sonicyouth

Fière de 17 albums déjà à sa discographie, la formation de Kim Deal et Thurston Moore a influencé de nombreuses générations de groupes présents à Osheaga cette année. Sonic Youth est si profondément situé au centre au centre d’une gigantesque toile d’araignée virtuelle densément maillée reliant les influences des groupes contemporains de musique qu’il serait difficile de dresser un portrait fidèle de la genèse de toute la hiérarchie de ses descendants. Une bonne raison pour assister à leur performance à Montréal en comprendre ce qui a fait de ces artistes des personnes si influentes dans le monde de la musique.

Snoop Dogwww.myspace.com/snoopdogg

Comme s’il fallait une description pour l’intergalactique Snoop Dog… Dommage qu’il ne se présente pas à Montréal avec du nouveau matériel à jouer sur scène, mais sa seule présence sera suffisante pour soulever la foule comme seule lui peut le faire.

Deadmau5www.myspace.com/deadmau5

À mille lieues de faire partie de mon palmarès personnel, mais uniquement pour la scénographie du spectacle réalisée par le même designer qui avait réalisé la mise en scène de la tournée de Daft Punk, la performance vaut le détour.

We Are Wolves – www.myspace.com/wearewolvesnoussommesloups

Le rock indie des montréalais We Are Wolves n’a désormais plus besoin de faire ses preuves, le groupe étant déjà parvenu à se tailler une place enviable au sein de ce spectre pourtant déjà bien occupé de la musique indie. Leurs accords entre punk, rock et électronique ont grandement contribué à leur reconnaissance dans un créneau où la distinction entre des groupes peut parfois être difficile à faire pour des gens peu familiers avec le genre. On peut encore une fois s’attendre à un sens aiguisé de la mise en scène pour leur spectacle sur la scène du Parc Jean-Drapeau, de façon similaire à l’ambiance qu’ils avaient développé dans le cadre de leur performance au Musée d’Art Contemporain en mars dernier.

Owen Pallettwww.myspace.com/owenpallettmusic

L’homme-orchestre caché autrefois sous le nom de Final Fantasy donnera une performance toute en sons et lumières, avec son attirail lui permettant de contrôler les boucles qu’il créé au violon grâce à Max/MSP tout en alternant entre clavier et échantillons de batterie. Impliqué dans de nombreux projets avec plusieurs artistes notoires, son sens aiguisé de la création est clairement distinctif grâce aux textures sonores qu’il sait apporter au son des artistes avec qui il travaille occasionnellement.

Japandroidswww.myspace.com/japandroids

Depuis des années déjà, le duo composé de Brian King et David Prowse est en tournée à travers le monde pour partager la Bonne Nouvelle des Japandroids, avec leur message d’adolescence rebelle qui refuse de grandir et leurs hymnes aux jolies jeune filles. Rock garage et énergie débordante seront au rendez-vous. On espère seulement qu’ils seront aussi à l’aise sur une grande scène extérieure que sur le stage d’une petite sale chaude et humide, milieu naturel du Japandroids mâle.

Programmation Piknic Électronik

Le Piknic Électronik s’associe encore une fois au festival Osheaga afin d’offrir une programmation haute en couleur avec de nombreux grands noms de la scène électronique. À noter que ce Piknic Électronik ne fait pas partie de la programmation régulière de l’évènement, et que seuls les détenteurs de billets d’Oshega pourront accéder au site. Seront présents durant cette fin de semaine toute en musique :
Samedi 31 juillet

Dimanche 1er août

***

Plus d’information à propos de la programmation, des tarifs et des moyens d’accéder aux sites au cours de cette fin de semaine, rendez-vous aux adresses suivantes :

Mots-clés : Piknic Electronik (46)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.