Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cabaret des 7 doigts de la main

Le cirque, ce n’est pas seulement les spectacles sous chapiteau ou en salle, c’est aussi l’esprit des cabarets des années 30. Invité pour cette première édition de Montréal Complètement Cirque, Les 7 doigts de la main ont conçu le spectacle Cabaret, mis en scène par Shana Caroll (cofondatrice des 7 doigts). Joué à l’Olympia, la salle a été adaptée pour recréer cette ambiance particulière aux petits bars de jazz.

Cabaret est constitué d’un enchaînement de numéros, sans histoire comme fil conducteur. Gypsy Snider, cofondatrice des 7 doigts, joue le rôle de maître de cérémonie avec un humour irrésistible et assure les transitions entre chaque tableau. Les numéros sont de haute voltige, avec entre autre la présence de Faon Shane (également cofondatrice des 7 doigts) avec le numéro de chaînes aériennes de sa création, la trapéziste Marion Verde qui sera au Festival Mondial du Cirque de Demain l’année prochaine ou encore Ugo Dario et Maxim Laurin à la planche coréenne qui étaient à la cérémonie d’ouverture des JO de Vancouver. À noter également la présence d’invités surprises différents chaque soir. Lors de la première, nous avons la chance de voir Emilie Bonnavaud et Sébastien Soldevila pour leur numéro de main à main (médaille d’or au Festival Mondiale du Cirque de Demain et récemment présent dans La Vie). De belles surprises sont à prévoir.

La touche jazzy de ce cabaret est apportée par le pianiste Spike Wilner et la chanteuse de blues Dawn Tyler Watson, présents tout au long du spectacle. Dans cette atmosphère intime, les numéros dégagent une grande énergie et une belle dose d’humour.

Retrouvez toutes les informations du spectacle sur montrealcompletementcirque.com.

Image article Cabaret des 7 doigts de la main 519

Crédit photos : Alexandre Galliez

Mots-clés : Cirque (54)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+