Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le Polyscope, trop fresh pour avoir chaud

Tout le monde aime l’été. Montréal aime l’été. Même la reine aime l’été, même si elle a manqué le défilé de clôture « Mardi Gras » du Festival de Jazz. C’est dommage, elle aurait été tendance avec ses chapeaux funkys. Mais, au Québec, ce qu’on aime le plus faire, c’est chiâler l’hiver qu’il fait trop froid et « qu’on a dont hâte à l’été » et, rendu en été, se plaindre de la canicule parce qu’il fait à peine 48 degrés avec l’humidex. Pour suivre la tendance, quoi de mieux que de mettre sur papier ses montées d’hormones en faisant un top 6 des petits désagréments de la vie.

LES GOUGOUNES. On aurait cru, après l’Internet, les téléphones cellulaires et les réseaux sociaux, être capable d’inventer une meilleure manière de faire tenir une semelle à son pied qu’en insérant un bout de ficelle entre deux de ses orteils. Mon psychiatre m’a dit que non. Il m’a conseillé de porter des crocs pour éviter les ampoules. Par contre, il ne croit pas que ca va aider beaucoup à soigner mon complexe d’œdipe. Paraît que ça rend pas plus sexy non plus.

LA MARCHE À PIED. Il fait beau, ton magazine underground trendy te montre juste des photos de filles qui s’frenchent et te propose rien d’intéressant à faire, fack tu vas prendre une marche. Osti que c’est plate prendre des marches.

LES OISEAUX. La faune et la flore semblent renaître au printemps. Les fleurs s’ouvrent, papa écureuil court le long du tronc après maman écureuil parce qu’elle lui a volé ses noisettes, les oiseaux volent en formant des cœurs, etc. C’est beau de loin, mais c’est moins cute quand un couple de pigeons décide de choisir ton balcon comme nid d’amour. Quand, à 5h30 du matin, ça roucoule sur ton balcon parce que M. Pigeon se prend pour Rocco, ca perturbe. Quand, en déjeunant sur ta terasse, t’as l’impression d’être au milieu d’une simulation de la bataille de Pearl Harbor et que tes toasts et ta tête jouent le rôle des bateaux, tu penses avec envie à l’automne, à la saison de la chasse, et au doux toucher d’un douze entre tes doigts.

LA MARCHE À PIED EN GOUGOUNES. Même si ca pourrait sembler recouper le thème des oiseaux, il n’en est rien. À chaque matin, je fais le tour du bloc en gougounes pendant que je fume un demi paquet de cigarettes vers 6h. Il y a rien comme un peu d’exercice matinal pour se garder en santé. En plus, ça m’aide à rester régulier. Je vous le conseille. Dans le fond, ça j’aime bien ça.

RESPIRER. 48 degrés avec l’humidex, le Mont-Royal est dans la brume, un autobus crache son panache de diésel en passant à côté de toi, c’est là que tu te demandes pourquoi t’as arrêté de fumer.

LIRE SON MAGAZINE CULTUREL PRÉFÉRÉ. C’t’en fumant une « dernière » cigarette sous le parasol d’une terrasse que tu lis les dernières aventures de Barbie l’éditrice, sur papier glacé 4 couleurs. Même si tu sues des mains jusqu’à faire gondoler les pages de photos de Londono et Suard, tu t’en fous parce que l’autre copie que tu as dans ton sac est à l’abri de ta déshydratation involontaire. Olivier Lalande écrit toujours autant et tu te demandes comment il arrive à trouver assez de temps dans sa semaine pour voir autant de shows et écrire autant d’articles, en se gardant juste assez de temps pour porter son sac de poubelles au chemin le lundi matin. Le personnel de la révision linguistique doit être sur le bord de l’épuisement professionnel. Mais t’as beau dire, ces 80-quelques pages sont quand même la référence pour savoir c’qui est hotte aujourd’hui, pour savoir ce qui sera hotte demain, pour savoir ce qui est digne d’être découvert et pour savoir ce qui est cool, point. Ah, et en plus y’a des photos de filles qui s’frenchent dedans.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Ben oui…

16 mars 2007

Certain disent qu’on est chanceux au Québec et au Canada puisque les élections ne durent qu’un mois et ensuite on peut passer à autre chose. Je leur donnerais bien raison, mais voila... Après deux semaines de campagne, j’en avais déjà marre. Après trois semaines, je commence à trouver que tout cela n’est que perte de temps. Un débat des chefs après une semaine, le vote la semaine suivante et basta. «Vite et rapide, comme...

Par où commencer?

20 novembre 2015

Vendredi après-midi bien pénard. Foot? Pourquoi pas? Les Bleus prennent la Mannschaft au Stade de France, ça ne peut pas être mauvais, allume tiens. (Même le bruit sourd d’explosion à la 30e minute a dû en faire rire quelques-uns.) Sûrement un plan foireux de supporters trop bourrés, sinon qu’est-ce que ça pourrait bien être d’autre, imbécile?! Force est de constater qu’à Montréal tout le monde est lié à la France et spécialement à sa capitale;...

Mes souhaits pour 2013

11 janvier 2013

Vous le savez, j’aime à discourir interminablement sur la difficulté de fournir un sujet d’éditorial à chaque semaine. C’est gonflant, je vous l’accorde, mais c’est surtout assez hypocrite considérant que je ne me gêne jamais d’écrire sur un de ces sujets éternels que sont les débuts et les fins de sessions. Je me sacrifie donc aujourd’hui en toute lâcheté à cette pratique classique consistant à réfléchir sur l’année à venir. Le sujet de cette régurgitation...