Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Masalacism

Masala, c’est l’émission de musique urbaine du monde qui s’est imposée comme référence à Montréal et ailleurs, à l’antenne de CISM, la radio de nos voisins de l’Université de Montréal avec qui on partage un flanc du Mont-Royal.

En plus de diffuser, d’introduire et de situer les musiques qui font vibrer les clubs et les planchers de danse autour de la planète sur les ondes hertziennes, les animateurs de l’émission ont entamé leur 5e année à la console en lançant le netlabel Masalacism. Il s’agit là de l’étape naturelle qui s’impose d’elle-même après que les animateurs, poussés par un amour palpable de la musique « du monde », aient été en contact avec un si grand nombre d’artistes provenant des quatre coins du monde. Ils sont parvenus, au fil d’années passées à mettre au point une sélection chirurgicale de morceaux pour leur émission hebdomadaire, à faire émerger une certaine saveur de musique, souvent hybridée entre sonorités familières d’ici et à rythmes « traditionnels » venus d’ailleurs.

Cet hybride se sent déjà sur la première parution du label, issue de la collaboration entre Mr. OK, rappeur créole récemment arrivé d’Haïti, et Vincent « Freeworm » Letellier du groupe montréalais The National Parcs. Après s’être rencontrés lors de la soirée Masala Sono visant à amasser des fonds pour venir en aide aux victimes du séisme à Haïti, les deux ont décidé d’unir leurs forces pour mettre au point ce EP de quatre compositions originales et d’un remix, disponible sur Internet au coût de 5 $.

On attend avec impatience les prochaines parutions du label au cours de l’été, avec la musique de MaSuper Star du Botswana et Murlo d’Angleterre.

  • À l’antenne de CISM 89,3 FM
  • Samedi de 22h30 à minuit
  • Dimanche de 14h30 à 16h
  • www.masalacism.com

 

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.