Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Festival de Jazz 2010

Depuis ses débuts, le Festival International de Jazz de Montréal n’a cessé d’impressionner par la qualité et la variété de sa programmation. Cette année ne fait pas exception, avec la participation de quelques-uns des plus grands noms de la musique, tant en salle qu’à l’extérieur sur l’une des nombreuses scènes aménagées au centre-ville pour l’occasion. Parmi les artistes remarquables, notons entre autre les John Zorn, David Reinhardt, Lou Reed, Allen Toussaint, Jordan Officer, Bobby McFerrin, Smokey Robinson, Vic Vogel, Omar Souleyman, Herbie Hancock, et Dave Brubeck présents lors de cette 31e édition aussi haute en couleurs que la précédente.

Le Festival de Jazz, c’est cependant bien plus que des vedettes venues de l’étranger, puisqu’une place spéciale est réservée aux artistes locaux au cœur-même de programmation. Des dizaines de groupes du Québec et du Canada qui se sont donné rendez-vous dans la métropole pour célébrer leur amour de la musique figurent, entre autres, The Lost Fingers, Misstress Barbara, Holy Fuck, François Bourassa, Beast, Plants and Animals, The Besnard Lakes et Think About Life.

Avec plus de 800 concerts au menu, c’est une année digne des célébrations du trentenaire du festival, qui avait battu tous les records et donné lieu à de nombreuses performances mémorables dont celles de Stevie Wonder, qui avait profité de son passage pour livre un hommage à Michael Jackson sur la Place des Festivals lors de son inauguration officielle. Au cours de ces 12 jours de rythmes, plus de 2 millions de visiteurs participerons aux festivités, accueillant plus de 3 000 musiciens originaires d’une trentaine de pays différents dont la Pologne, la Syrie ou les Balkans.

Parmi les nouveautés mises au point dans le cadre de cette édition, notons entre autres la diffusion de grands concerts extérieurs en direct sur Internet au www.montrealjazzfest.tv, pour les malchanceux qui n’auraient pas pu se déplacer sur la Place des Festivals pour l’occasion ou pour les étrangers curieux d’avoir un aperçu de ce qui fait du Festival de Jazz de Montréal le plus important du genre sur la planète. De plus, le festival renouvelle cette année encore son projet entrepris l’année précédente afin d’avoir une emprunte écologique nulle en achetant des crédits de carbone afin de rendre la tenue de l’évènement carbone-neutre.

Concernant le site Internet réservé à la diffusions de vidéos tournés dans le cadre du festival, notons que plus de 40 000 consultations avaient déjà été faites lors de la première semaine, consultations auxquelles viennent s’ajouter les dizaines de milliers de téléspectateurs assistant aux représentations en direct sur le web. Au total, plus de 150 extraits des performances enregistrées dans le cadre des festivités de cette année pourront être consultées sur ce site. Plus que de brefs moments captés au cours du festival, se sont également 300 extraits d’entrevues, de répétitions devant la presse, d’images d’archives et de souvenirs racontés par les fondateurs Alain Simard et André Ménard.

Si c’était encore à prouver, le Festival International de Jazz de Montréal démontre une fois de plus que le public de la métropole est suffisamment ouvert d’esprit pour accepter de faire des découvertes parmi les cultures venues de l’étranger pour partager leur culture… pour autant qu’on lui donne la chance d’assister à des représentations à prix abordables et que l’on sache trouver les arguments pour le convaincre de sortir du confort de son salon.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.