Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

FrancoFolies 2010

Les FrancoFolies de Montréal sont parvenues cette année encore à faire vibrer les spectateurs venus nombreux pour assister tant aux spectacles en salle qu’aux spectacles extérieurs présentés au cours des douze jours du festival. La programmation de l’édition 2010 a réservé son lot de surprises et de découvertes, par des artistes d’ici et d’ailleurs, émergents comme de renom, selon ce à quoi les FrancoFolies nous avaient déjà habituées depuis de nombreuses années. Groupes et artistes du Québec, de la Nouvelle-Écosse, de la France, de l’Afrique, de l’Amérique latine et des Caraïbes se sont donnés rendez-vous à Montréal pour célébrer en chansons la langue de Molière sur les scènes de Montréal.

Les problèmes financiers qu’éprouve le festival n’ont pas semblé affecter la programmation outre mesure, qui s’est avérée être du calibre comparable à celles des années précédentes (rappelons que les FrancoFolies attendaient cette année une subvention de plus d’un million et demi de dollars provenant d’Industrie Canada, subvention qui lui a été refusée quelques semaines avant le début du festival.). Le manque à gagner créé par la non reconduction de cette source de financement a cependant été une question mise sur l’avant-scène au cours de ces douze jours, l’équipe Spectra ayant décidé d’inviter le public à soutenir le festival avec la campagne Fou des Francos, en se procurant un bracelet de solidarité en échange d’une contribution volontaire. Aucun mot cependant sur la somme qu’a permis d’amasser la vente de ces bracelets.

Malgré que le festival se soit déroulé au moins de juin plutôt qu’au mois d’août comme la tradition par le passé, on n’a cependant pas eu droit à une programmation forcément plus riche qu’auparavant. L’annonce de la tenue du festival tôt au cours de l’été avait en effet semé la commotion dans le monde culturel québécois, alors que le Festival d’Été de Québec ainsi que le maire Régis Labeaume s’était insurgés contre ce changement de dates, qui venait empiéter sur celles du plus important festival de la capitale provinciale. Une entente confidentielle avait plus tard été annoncée, au terme de laquelle Québec acceptait le changement au sein du calendrier culturel de la province.

La raison évoquée par l’Équipe Spectra pour cette révision au calendrier était que les voisins français prenaient leurs vacances au moins d’août, pendant les FrancoFolies de Montréal, et que les artistes français préféraient alors demeurer au pays plutôt que de se produire à l’étranger. S’il est vrai que les artistes venus de France était hésitants à quitter le pays pour faire une tournée d’un seul arrêt en Amérique, force est d’admettre qu’ils ne se sont pas non plus rués pour découvrir notre ville au mois de juin. Certes, la programmation 2010 n’était pas moins riche que par les années précédentes, mais elle aurait justement due l’être beaucoup plus, de par ce changement de date.

En effet, à part le Big Bazar de Michel Fugain qui a su attirer l’attention du public, la présence de groupes et d’artistes venus tout droit de l’hexagone tels qu’Oxmo Puccino, Jean-Louis Murat, Diam’s, Ben l’Oncle Soul, micKey [3d], et Miossec n’a pas su se différencier outre mesure des performances habituelles du festival, et n’est pas parvenue à captiver l’attention du festivalier moyen à la hauteur de ce que l’on nous avait promis. Peut-être également à cause des performances des artistes locaux qui ont laissé une impression beaucoup plus vive dans l’esprit du public, dont celles de Cœur de Pirate sous la pluie en concert extérieur, Malajube et son Cube Rubique, Monogrenade, Yann Perreau, Diane Dufresne, Bernard Adamus, et Sunny Duval.

Rendez-vous du 9 au 18 juin 2011 pour une 23e édition des plus colorées.

Articles similaires

Analogique et numérique se recontrent pour une 11e année dans le cadre de Mutek

9 juillet 2010

Mutek, c’est le festival de musique et d’art électronique qui met en scène quelques uns des plus grands artistes de la planète aux côtés de nombreux autres dont on découvre à peine l’existence. Véritable marathon de rythmes électroniques dans toutes leurs déclinaisons possibles, le festival s’est imposé comme une référence dans le milieu avec sa programmation en avance sur son temps, mettant en vedette bon nombre de groupes dont les noms sont à peine...

Programmation 2009-2010 de CISM

4 septembre 2009

CISM, c’est la radio des étudiant(e)s de l’Université de Montréal. Comme Poly- Rad, mais active (désolé les gars, mais c’est difficile de mentir à aussi grande échelle). Diffusée tant sur Internet par la magie numérique que sur les ondes du 89,3 FM par la magie hertzienne, cette radio a su se tailler une place enviable parmi les chaînes de radio de la métropole. Les éléments appuyant ce succès ne cessent de s’accumuler. En plus...

Cendrillon, Popelka version ballet

9 juillet 2010

Dernière représentation à l’Opéra d’État de Prague de l’année, je me dois de marquer l’évènement. Les jours s’égrènent avant mon départ de République Tchèque, je quitte ces lieux magiques en ayant un dernier regard vers le ballet Cendrillon, Popelka en tchèque, avec la musique de Prokofiev. J’ai été plus que surpris de voir à mon arrivée, non pas les traditionnelles robes de bal et costumes clinquants, mais plutôt une floppée d’enfants du primaire, plusieurs...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.