Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Prague, ville lyrique par excellence

La capitale tchèque cache précieusement en elle parmi les plus beaux joyaux du monde musical. En matière de musique classique, il serait presque titanesque d’arriver à produire un recensement complet des performances offertes au courant d’une année.

Avec une politique d’ouverture à la culture extraordinaire, deux compagnies d’opéra offrent l’opportunité à tous d’assister à des représentations d’une fine qualité, au professionalisme poussé à l’extrême. Chaque soir, c’est plus de trois opéras différents qui sont joués, rythmant la scène lyrique de la ville. L’Opéra d’État et l’Opéra National servent de figures de proue à ce mouvement, démocratisant l’accès à ses spectacles en offrant des places au prix dérisoire de deux bières !

Outre l’opéra, de nombreuses pièces de théâtre et concerts musicaux parsèment le parcours des habitants en cette ville. Il n’est pas rare de se promener dans le quartier de Mala Strana et d’entendre au détour d’une rue des airs sortant d’une fenêtre d’église, au plus grand plaisir des passants. La ville respire le romantisme, flâner de lieux en lieux devient un véritable plaisir.

La fontaine Krizik est une de mes plus récentes découvertes. Chaque soir de l’été, trois ou quatre concerts sont offerts au pied de cette célèbre fontaine, célèbre pour avoir été la première électrique d’Europe. Un spectacle en son et lumière débute dès la nuit tombée, entremêlant performances de ballet, d’opéra, de musique classique, jusqu’à piocher dans le répertoire de Queen !

Opéra, musique classique, théâtre d’ombre et ballet ! Les arts se rencontrent à Prague dans des bâtiments chaleureux et chargés d’histoire. En face de l’Opéra National se trouve le Café Slavia, lieu où se réunissait les opposants au régime communiste sous la guerre froide, avec vue sur le pont Charles et le château de la ville, au bord de la Vltava. Le Théâtre des États referme en lui même une des salles les plus lourdes de souvenirs, accueillant les présentations de Don Giovanni, dernière oeuvre de Mozart, et où eu lieu la première de cet opéra en 1787.

Les prochains articles feront état de l’incroyable diversité culturelle disponible à Prague. Avec des représentations d’Aïda de Verdi, de Tristan und Isolde de Wagner et du ballet Cendrillon (musique de Prokofiev), c’est un faible échantillon du vaste éventail lyrique qui vous sera présenté.

Prague, ville de culture, capitale du pays ayant donné naissance aux compositeurs tchèques Smetana et Dvorak, ayant accueilli Mozart et ses créations, mais aussi produisant un des festivals les plus célèbres de la musique classique connu sous le nom du Printemps de Prague. Une ville magnifique, aux multiples facettes, regorgeant de merveilles et de trésors.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Nouvelle création du Cirque Éloize

15 juillet 2009

La dernière création du Cirque Éloize, ID (se prononce à l’anglaise) sera présentée en première mondiale du 7 août au 25 octobre au Global Fair & Festival 2009 à Incheon, en Corée du Sud. 84 représentations sont prévues pour cette 7ème création de la compagnie. Destiné à un large public, ce spectacle permettra au cirque Éloize de développer de nouvelles relations avec l'Asie. Ce spectacle aborde les thèmes de l’identité et de la ville...

Hahaha !

9 juillet 2010

Le festival Juste pour rire a fait un bon bout de chemin depuis ses débuts en 1983, sur la rue St-Denis : en cette année, 16 artistes se sont produits devant quelques 5 000 spectateurs. Aujourd’hui, se sont plus de 2 000 000 spectateurs qui viennent juste pour rire devant près de 2 000 artistes venus du monde entier. Ce festival a vu le jour avec Gilbert Rozon, qui a eu l’idée de créer des spectacles ayant pour but ultime de...

Smashing Pumpkins

30 octobre 2002

Par Luc Tétreault 1991. Gish, premier album de The Smashing Pumpkins, avec Billy Corgan aux voix et guitare, James Iha à la guitare, Jimmy Chamberlain à la batterie et D'Arcy Wretzky à la basse. La même année : Nervermind de Nirvana. Comme Cobain et son grunge sont déjà connus à l'époque (principalement à Seattle), les Smashing auraient très bien pu passer inaperçus. Mais leurs rythmes punk rebels, les riffs déchaînés d'Iha, la voix métallique...