Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Programmation de la 11e édition de MUTEK

Après la célébration grandiose de ses 10 premières années d’existence l’année dernière, le festival de musique électronique MUTEK est de retour cette année avec son lot de surprises, de découvertes et d’excitation. S’adressant à un public souvent plus aguerri que d’autres festivals de musique électronique (terme qui devrait d’ailleurs aujourd’hui pouvoir se raffiner afin de ne pas confondre ceux peu familiers avec cette branche de l’arbre des genres musicaux), cet évènement présente un large éventail d’artistes de plusieurs disciplines de l’art numérique, allant de projections à composition à expérimentations à la frontière entre l’analogique et le numérique.

Une fois de plus, MUTEK présentera du 2 au 6 juin prochains son lot d’artistes encore méconnus, de sons parfois déstructurés et de performances pour tous les sens.

À noter cette année le nombre important d’expatriés vers l’Allemagne qui reviennent au pays pour une rare performance lors du festival, dont Stephen Beaupré, Guillaume and the Coutu-Dumonts et Overcast Sound. Également à ne pas manquer, la performance audio-visuelle de Matmos et leurs instruments de toutes époques et toutes origines, ainsi que le dubstep sur stéroïdes de Pole, mélangeant une hyperbole de basses à des tempos électroniques dans un style jamaïcain. Digne d’intérêt pour les amateurs de dubstep et de glitch, Actress sera également du festival, après avoir lancé son deuxième album, Splazsh, il y a quelques semaines, sur le label de Damon Albarn (Blur, Gorillaz). Espérons que les résidents du Quartier des Spectacles auront d’ici-là réalisé que leurs lofts sont situés juste en face des seules salles de spectacle du centre-ville, et qu’ils se retiendront d’appeler la police.

Pour plus de détails sur les activités du festival ainsi que la liste des performances qui se tiendront dans la cadre de la 11e édition de MUTEK, consultez le www.mutek.org.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.