Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Tyr aux Foufounes Électriques

Entre l’invasion mélodique des Vikings de Tyr aux Foufounes Électriques et la performance époustouflante du leader de Sigur Rós (Jonsi) au Métropolis, le dimanche 2 mai dernier était définitivement scandinave à Montréal. Mais ce soir-là il fallait faire un choix déchirant, et mon cœur s’est porté vers le charme brutal des îles Féroé.

Ce show vient compléter parfaitement le défilé du Pagan Metal (forme de folk metal basé sur la mythologie nordique) qui a lieu depuis le début du mois d’avril dans la métropole québécoise. Après Finntroll, Moonsorrow, Eluveitie et Amon Amarth, on aurait eu du mal à trouver une plus belle finale. On imagine bien qu’après une telle orgie, les attentes du public étaient grandes. Mais le quatuor ne s’est pas laissé démonter et était clairement de la partie pour prouver sa valeur devant les portes du Valhalla.

Le son est clean, le band communicatif et le public de la petite salle des Foufounes Électriques est gonflé à bloc après le passage rageur d’Hollow. L’ambiance permet à Tyr d’aller piocher un peu partout dans son répertoire, avec quand même une grande préférence pour des titres issus de son dernier opus (By The light Of The Northern Star). On a aimé : l’épique Sinklars Visa live et la reprise magique de deux classiques du répertoire irlandais, Irish Rover et Whiskey in the Jar (version de Garage Inc. de Metallica).




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+