Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Lacuna Coil

C’est par une journée pleine d’anomalies météorologiques (38 degrés celsius, tempête de grêle) que Lacuna Coil a fait escale à Montréal le 26 mai dernier. Les groupes de métal québécois Merkabah et d’alternatif/punk/rock québécois Doll étaient venus leur prêter main forte alors que Hail the Villain, qui devait être présent, n’a pu y être. Doll a ouvert la soirée et sa chanteuse principale Cristina, atteinte de problèmes de voix, a dû laisser sa place au micro à la deuxième chanteuse qui s’est très bien débrouillée pour établir une bonne ambiance dans la petite salle bondée des Foufounes Électriques. C’était la soirée des groupes métal avec chanteuses aurait-on dit, avec Merkabah qui vint ensuite avec la sienne, très énergique. La chimie du groupe était manifestement au rendez-vous et il était agréable de les voir s’amuser sur scène tout en donnant une très bonne prestation.

Le groupe italien Lacuna Coil ne s’est pas fait attendre trop longtemps et l’ambiance de proximité avec le groupe, si caractéristique à la salle des Foufounes, était présente dès le début. Lacuna Coil est un groupe doté d’un large public hétéroclite. Rarement les shows de métal attirent autant de filles habillées en rose, de plus jeunes, de plus vieux et bien évidemment des métalleux habituels. Cristina était en forme et très heureuse d’être sur scène, parlant au public, demandant de chanter plus fort que les Torontois de la veille et heureusement chantant très bien malgré l’accoustique tout au plus acceptable. Le chanteur Andrea Ferro ressemblait quant à lui plus à un pimp qu’à un chanteur de métal avec sa ceinture à signe de dollar chromé qui tourne sur elle-même. Cependant, il n’y avait pas que son accoutrement qui clochait, sa voix, déjà peu portante, était presque inaudible, problème technique ou pas ? Toujours est-il que lorsque Cristina embarquait, il impossible d’entendre sa voix. Mis à part ce petit problème, les chansons, autant anciennes que récentes, s’enchaînaient bien et nous avons eu droit entre autres à Heaven’s A Lie, dédiée aux récents décès dans le monde du métal, à Enjoy The Silence chantée très fort par toute la foule et à d’autres classiques comme Our Truth, tous très bien interprétés.

Le spectacle fut excellent et comme l’a si bien dit Cristina en français « Nous sommes très heureuses d’être ici ce soir ». Nous avons été très heureux d’y assister également.

Articles similaires

Osheaga 2010

18 août 2010

D’habitude, quand on pense à Osheaga, on pense à la boue, parce qu’on sait qu’il y aura au moins une journée de pluie durant la fin de semaine, et que la terre mouillée, une fois foulée par environ 106 000 pieds, ça donne pas un sol très ferme. Un genre de centre de thalassothérapie à grand déploiement. Pour sa cinquième année, le festival s’est toutefois associé à Dame Nature pour offrir aux festivaliers une température de...

La Bohème de Giacomo Puccini

9 janvier 2009

Paris, 1830. Un poète, un peintre, un philosophe et un musicien festoient joyeusement dans leur chambre sous les toits, heureux du don inespéré d’un mécène, ce qui leur permettra de manger pour quelques jours. La bohème, c’est cela; vivre comme un roi même si l’on est sans le sous, vivre comme un prince sans besoin de pouvoir. Une nuit, la voisine de palier Mimi vient demander une allumette pour rallumer sa bougie éteinte. Rodolphe,...

Impro : la prochaine sera mixte !

13 mars 2009

voici un retour sur le tournoi d’improvisation universitaire (CUI 2009) auquel a participé l’Egotrip ce week-end, notre fière équipe d’improvisation de Polytechnique. Bienvenue à tous !! [Annonce des joueurs] Bon match !! [Coup de sifflet] Silence… « Improvisation mixte ayant pour thème ‘‘Sushi et Kamikaze’’ d’une durée de 3 minutes, de catégorie libre, nombre de joueurs illimités. Caucus ! » Et c’est parti ! En toute objectivité, cette improvisation qui mettait en scène un client allergique...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.