Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Juliette

Image article Juliette 537 Elle aura un sourire enjoué et charmeur, révélant une innocence des premiers jours telle celle que porte Mary Louise dit Meryl Streep. Ses yeux ? Peu importe, l’une des Trois Couleurs : Bleu, brun, vert bien que je préfère des yeux marrons en amande. Son attitude ? Sans doute d’une Insoutenable Légerté en privé, d’une classe Fatale en public. Notre relation ? Qu’elle ne soit pas comme toutes les autres mais d’un Désengagement total pour vivre l’instant présent tels des Amants du Pont-Neuf se baladant dans les ruelles de Paris. « Paris, je t’aime ! », susurra-t-elle avant de me faire L’Éloge de l’amour.

Son métier ? Sans doute une orthopédiste au grand cœur, accompagnant les personnes âgées dans leur solitude à travers la planète, comme ce Patient anglais qu’elle ira soigner dans les quartiers chics de Los Angeles ou sur Un divan à New York. Son nom ? Dorothée ou Alice et Martin, son ex elle l’oubliera assez vite pour moi et moi j’oublierai mes Nanas. Je ne voudrais pas me faire de Mauvais sang pour ses choses-là. Ses goûts ? Elle aimera le Chocolat, Inoesco, Molière et Tchekhov, détestera Jurassic Park. Nos vacances ensemble ? Quelques jours en septembre, Cachés, sans doute dans un lieu calme, retirés où personne ne nous embêterait en un endroit où nous pourrions revivre le début de notre histoire comme un Coup de foudre à Rhode Island. Avec le Décalage horaire qu’il y a entre la France et le Canada, nous nous endormirons entrelacés en plein après-midi après avoir fait l’amour, assommés par le soleil d’Heure d’été.

Ce portrait et bien c’est tout simplement, tout humblement une Copie conforme de Juliette Binoche, immense actrice française au talent fou, qui en plus d’avoir été choisie comme égérie du Festival de Cannes 2010 sur toutes les affiches, y a gagné le prix d’interprétation féminine. Juliette aura toujours eu des choix osés, des choix sensés durant sa longue carrière, préférant les films intimistes tels que Bleu au lieu d’accepter les dinosaures et les paillettes de Spielberg.

Aujourd’hui, elle est récompensée pour un film tourné par un iranien en Italie racontant l’histoire d’une française qui rencontre un anglais. L’illustration de sa vie, elle qui est avec un argentin, et qui a parcouru plusieurs fois le monde comme actrice, comédienne ou danseuse. Seuls elle, Isabelle Hupert et Sean Penn ont remporté les trois prix d’interprétation dans les trois plus grands festivals (Cannes, Berlin et Venise), on comprend mieux pourquoi. Eux, qui ont si souvent choisi et préféré les films d’auteur aux blockbus-ters, eux, qui ont joués des rôles si hétéroclites, eux, qui ont toujours été acteurs avant d’être people, eux, ils les méritent ces prix. Les Cameron Diaz, Russell Crowe et consort feraient bien d’en prendre de la graine.

Sur ce, bonne séance de cinéma et n’oublions pas, de temps en temps, de ne pas avoir peur des films d’auteur…

Mots-clés : Cinéma (60)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.