Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cendrillon, conte de fées ou opéra ?

Et pourquoi pas les deux ? C’est le défique se sont donnés Renaud Doucet et André Barbe en reprenant à leur manière la pièce en quatre actes de Massenet. Qui n’a jamais entendu l’histoire de Cendrillon, ce conte de Charles Perrault où une jeune femme délaissée rêve d’un amour parfait avec un prince charmant et y perd une pantoufle de verre ? À en croire la foule dans la salle, le conte enchante toujours et encore.

Cendrillon s’adresse tant aux habitués avertis qu’aux néophytes d’opéra, grands et petits. Les paroles chantées en français avec surtitres bilingues accompagnent cette histoire simple, populaire et remplie de clins d’œil crampants. Se promenant entre deux extrêmes, la pure comédie et la grande tragédie, aucune place pour la monotonie : le spectateur reste accroché. Finalement, si le malheur des amoureux ne réussit pas à tirer les larmes des spectateurs, le rire est assuré par des scènes baignant complètement dans l’absurde.

Renaud Doucet a réussi à rendre tous les personnages attachants à souhait. On se laissera fondre à entendre chanter les émotions de Cendrillon (Julie Boulianne). Le prince charmant (Frédéric Antoun) incarne un ado en crise d’affection. Pandolfe (Gaétan Laperrière), sous l’emprise de sa deuxième femme égoîste, Madame de la Haltière (Noëlla Huet), montre toute sa sensibilité face à sa fille Cendrillon. La fée (Marianne Lambert) donne une prestation étonnante pour réunir les deux amoureux. Une attention particulière a été accordée aux personnages secondaires (gymnastes, danseurs, jongleurs, les Monsieurs Net ?), qui fait de leurs interventions, même légères, un ajout savoureusement piquant à la mise en scène déjà farfelue.

Et que dire des décors sublimes d’André Barbe ? À la fois simples et adacieux, ils nous immergent dans cet univers simili « American Dream » des années 50. L’omniprésence du rose et du quétaine (dont des flamants roses !) réussit à nous transporter à cette époque de naiveté et de jeunesse. Au total, on y retrouve quatre décors uniques : une cuisine immense aux perspectives trompeuses, un palais qui mélange glamour et festivité, un romantique cinéparc et une confortable banlieue. Leur complexité se fait surtout sentir lors des changements de scènes, où tout est permis pour détourner l’attention du spectateur : longs monologues, entracte et même une séance de film (popcorn inclus). Loin d’être superflu, puisque le tout contribue à l’atmosphère finale de la pièce.

Tout compte fait, je recommande fortement cette pièce, surtout si vous n’avez jamais goûté à l’opéra. Elle saura réveiller votre cœur d’enfant et, qui sait, peut-être trouverez-vous aussi votre prince/princesse charmant(e).

Articles similaires

Ludo Pin, Marie-Pierre Arthur et Karkwa au Métropolis

11 août 2009

Par Pascale Nycz Ne vous méprenez pas : Karkwa, qui était en concert le 8 août dernier au Métropolis dans le cadre des Francofolies avec Marie-Pierre Arthur et Ludo Pin en première partie, a bel et bien conquis le Québec avec sa musique aux rythmes expérimentaux, urbains et tout à fait organiques. En avant première partie, Ludo Pin s’est incrusté au spectacle du Métropolis suite à l’annulation de la représentation de Mara Tremblay au...

Lacuna Coil

31 mai 2010

C’est par une journée pleine d’anomalies météorologiques (38 degrés celsius, tempête de grêle) que Lacuna Coil a fait escale à Montréal le 26 mai dernier. Les groupes de métal québécois Merkabah et d’alternatif/punk/rock québécois Doll étaient venus leur prêter main forte alors que Hail the Villain, qui devait être présent, n’a pu y être. Doll a ouvert la soirée et sa chanteuse principale Cristina, atteinte de problèmes de voix, a dû laisser sa place...

Faire un sens du bruit

5 avril 2019

Première neige, présentée au théâtre des Quat’sous du 26 février au 23 mars 2019 est une pièce une coproduction du PÀP, d’Hôtel-Motel et du National Theatre of Scotland.   Le récit Malgré cette panoplie de créateurs venant des deux bouts de l’Atlantique, un seul message les unit tous; l’indépendance. Le Québec et l’Écosse, deux histoires différentes, mais au passé fort similaire. Que ce soit sur le territoire québécois ou en sol écossais, les rêves d’indépendance...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Hahaha !

9 juillet 2010

Le festival Juste pour rire a fait un bon bout de chemin depuis ses débuts en 1983, sur la rue St-Denis : en cette année, 16 artistes se sont produits devant quelques 5 000 spectateurs. Aujourd’hui, se sont plus de 2 000 000 spectateurs qui viennent juste pour rire devant près de 2 000 artistes venus du monde entier. Ce festival a vu le jour avec Gilbert Rozon, qui a eu l’idée de créer des spectacles ayant pour but ultime de...

Mouvements Mécaniques

12 septembre 2008

Elèves de Polytechnique et de l’UdeM, ne tombez pas dans un monde où les machines régissent les personnes, où chaque seconde apporte son lot perpétuel et sans fin de routines aux engrenages automatisés. Soyez ingénieux, imaginatif, passionnés, car un monde sans vie demeure triste et morne. «Mouvements mécaniques, parce qu’on s’est autoconsommés.» Cette phrase résume assez bien l’esprit de l’exposition de photographie présentée en août dernier à la Société des Arts Technologiques (SAT, métro...

20 ans pas toujours dans l’ombre

20 août 2010

Cela fera maintenant bientôt 20 ans que Coldcut (Jon More et Matt Black) ont fondé le label londonien Ninja Tune, bien avant que l’Internet ne s’embourbe dans le débat à savoir qui des ninjas ou des pirates sont les personnages les plus awesomes. NDLR : C’est clairement les pirates de toute façon.] On pourrait croire qu’il n’y a pas grand chose à célébrer, et se dire que les premières années ne devaient pas avoir...