Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cendrillon, conte de fées ou opéra ?

Et pourquoi pas les deux ? C’est le défique se sont donnés Renaud Doucet et André Barbe en reprenant à leur manière la pièce en quatre actes de Massenet. Qui n’a jamais entendu l’histoire de Cendrillon, ce conte de Charles Perrault où une jeune femme délaissée rêve d’un amour parfait avec un prince charmant et y perd une pantoufle de verre ? À en croire la foule dans la salle, le conte enchante toujours et encore.

Cendrillon s’adresse tant aux habitués avertis qu’aux néophytes d’opéra, grands et petits. Les paroles chantées en français avec surtitres bilingues accompagnent cette histoire simple, populaire et remplie de clins d’œil crampants. Se promenant entre deux extrêmes, la pure comédie et la grande tragédie, aucune place pour la monotonie : le spectateur reste accroché. Finalement, si le malheur des amoureux ne réussit pas à tirer les larmes des spectateurs, le rire est assuré par des scènes baignant complètement dans l’absurde.

Renaud Doucet a réussi à rendre tous les personnages attachants à souhait. On se laissera fondre à entendre chanter les émotions de Cendrillon (Julie Boulianne). Le prince charmant (Frédéric Antoun) incarne un ado en crise d’affection. Pandolfe (Gaétan Laperrière), sous l’emprise de sa deuxième femme égoîste, Madame de la Haltière (Noëlla Huet), montre toute sa sensibilité face à sa fille Cendrillon. La fée (Marianne Lambert) donne une prestation étonnante pour réunir les deux amoureux. Une attention particulière a été accordée aux personnages secondaires (gymnastes, danseurs, jongleurs, les Monsieurs Net ?), qui fait de leurs interventions, même légères, un ajout savoureusement piquant à la mise en scène déjà farfelue.

Et que dire des décors sublimes d’André Barbe ? À la fois simples et adacieux, ils nous immergent dans cet univers simili « American Dream » des années 50. L’omniprésence du rose et du quétaine (dont des flamants roses !) réussit à nous transporter à cette époque de naiveté et de jeunesse. Au total, on y retrouve quatre décors uniques : une cuisine immense aux perspectives trompeuses, un palais qui mélange glamour et festivité, un romantique cinéparc et une confortable banlieue. Leur complexité se fait surtout sentir lors des changements de scènes, où tout est permis pour détourner l’attention du spectateur : longs monologues, entracte et même une séance de film (popcorn inclus). Loin d’être superflu, puisque le tout contribue à l’atmosphère finale de la pièce.

Tout compte fait, je recommande fortement cette pièce, surtout si vous n’avez jamais goûté à l’opéra. Elle saura réveiller votre cœur d’enfant et, qui sait, peut-être trouverez-vous aussi votre prince/princesse charmant(e).

Articles similaires

Ricky Martin, haut en couleurs

15 avril 2011

Par Judith Lafrange Le Centre Bell était enflammé mercredi le 12 avril dernier. En effet, le chanteur portoricain Ricky Martin n’a pas laissé passer une occasion de donner un show incroyable dont les Montréalais se souviendront pendant un bon moment. En effet, danses, costumes, danseurs (et danseuses) et transitions en tous genres ont fait place à un spectacle haut en couleurs et en surprises. Dès le départ, la foule conquise d’avance chante les paroles...

Fabrice Luchini à Montréal

18 septembre 2009

Du 13 au 27 septembre, Fabrice Luchini revient à Montréal au Monument-National pour son nouveau spectacle Le Point sur Robert. Présenté par Juste pour Rire, ce one man show littéraire a rencontré un succes en France, avec plus de 650 représentations. Le Point sur Robert est conçu comme une odyssée littéraire empruntant le chemin de Molière, Flaubert, Rimbaud, Barthes et Valéry. Mais Fabrice Luchini, comédien et homme de lettre, sait jouer avec le public...

Cabaret Dada

20 mars 2008

Par Eva Charlebois «Dada est un cri, c’est le vide érigé en art de vivre. ». Feignant malicieusement la mort depuis 80 ans, ce mouvement intellectuel et esthétique a réapparu le temps d’une nuit à Montréal le 8 février dernier. Pas con le Dada, les feux de la rampe ne lui seyant guère, il vit reclus dans les hautes sphères de l’absurde, contemplant sourire ironique en coin la folie et la démesure destructrice des...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+