Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

À venir dans les prochaines semaines

Summer Slaughter Tour

Avec un nom comme Summer Slaughter, vous vous doutez bien que ce n’est pas un spectacle de danse en ligne pour le 3e âge. Établi depuis 2007, il s’agit plutôt d’un véritable festival de la brutalité musicale, mettant en scène des grands noms du milieu du death metal, du grind et du deathcore. Près de huit heures de grosse violence sans édulcorant sont au programme. Même pour les fans du genre, la durée et l’intensité de l’évènement est telle qu’il est souvent difficile d’assister à toutes les prestations.

Heureusement, la diversité et la qualité des groupes permettent, si on le souhaite, d’assister aux numéros de notre choix tout en allant se rafraîchir dans un des multiples débits de boisson des environs pendant les groupes moins intéressants. Il s’agit, pour les amateurs de death metal, du spectacle le plus attendu de l’été, à un prix dérisoire compte tenu du contenu. Notons d’ailleurs la présence du projet Animals as Leaders de l’énigmatique Tosin Abasi, groupe tenant davantage du métal progressif instrumental que du death. Les autres groupes au programme : Decapitated, The Faceless, All Shall Perish, Veil of Maya, Decrepit Birth, Cephalic Carnage, The Red Chord, Carnifex et Vital Remains.

En somme, fillettes s’abstenir.

Iron Maiden

La renommée du groupe Iron Maiden n’est plus à faire : avec plus de 100 millions d’albums vendus de par le monde, accumulant une quantité impressionnante de prix et, comble de la gloire, ayant même un portail Wikipédia, il s’agit d’un groupe que tout bon métalleux se doit de connaître.

Véritable légende du heavy metal, le sextet britannique parcourt la planète depuis plusieurs décennies, enchaînant les spectacles à grand déploiement. The Final Frontier World Tour, tournée ayant pour but de promouvoir leur plus récent opus The Final Frontier, couvrira la majorité de l’Amérique du Nord et de l’Europe, en passant par le gigantissime festival du Wacken Open Air. Il s’agit là de la plus grosse tournée du groupe en Amérique du Nord depuis longtemps. Si la perspective de voir Iron Maiden en concert n’est pas suffisante pour vous, charmant lecteur adepte de headbang, sachez que la première partie de la tournée nord-américaine (sauf Winnipeg, probablement parce que la ville manitobaine ne pourrait contenir tant de talent musical au même endroit) sera assurée par Dream Theater, groupe qui lui aussi, normalement, devrait se passer d’introduction. Bref, si vous ne voulez assister qu’à un seul spectacle de heavy metalcet été, il ne fait aucun doute que celui-ci, avec deux des groupes les plus influents du métal, devrait être votre priorité.

Victor Wooten

Trouvez un joueur de basse et demandez-lui qui est, selon lui, le bassiste actuel le plus influent/talentueux/polyvalent/créatif/reconnu, et il y a de très fortes chances, si votre ami au long manche s’y connaît un peu, qu’il vous sorte le nom de Victor Wooten.

Issu d’une famille de musiciens, Victor se met très jeune (3 ans, tout de même) à la guitare basse afin de compléter le groupe de ses frères. Apprenant le vocabulaire musical de ses aînés, il adapte l’expression musicale des percussions, de la guitare et du piano à son instrument, lui donnant une voix unique et inimitable. Reconnu pour sa virtuosité, il est régulièrement associé à sa technique de slap and pop médusante et capable d’atteindre des sommets de vitesse.

Au-delà de ses prouesses techniques, Victor Wooten affiche aussi une philosophie sans pareil concernant la musique. Il associe l’expression musicale à un langage complet, et, malgré ses aptitudes techniques, place le « groove » en plus haute estime que la complexité de l’exécution.

Homme en demande, il s’est notamment produit avec Stanley Clarke et Marcus Miller, Steve Smith, Steve Bailey et Belà Fleck. Un incontournable du Festival de Jazz de Montréal, Victor Wooten se produira le 26 juin prochain au Théâtre Maisonneuve.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le Mozart de Montréal

20 octobre 2006

« Je ne peux pas vous dire qui je suis, seulement que vous êtes la seule personne en qui j’ai confiance (…) et c’est à vous que je remets cette partition. » Tels étaient les mots qui accompagnaient le paquet que reçut un jour chez lui le pianiste Alain Lefèvre. À l’intérieur se trouvait la Rhapsodie romantique d’André Mathieu, composée en 1958. L’expéditeur-mystère avait vu juste, Alain Lefèvre a effectivement pris grand soin de...

À venir dans la section culture

20 août 2010

Le Polyscope se démarque depuis quelques années en couvrant assidument la scène culturelle montréalaise. C’est dans ces deux pages centrales, grâce au travail de nombreux collaborateurs venus de tous horizons et de tous milieux, que nous essayons de vous tenir au courant des dernières nouvelles du monde du spectacle ainsi que des évènements à venir et à ne pas manquer. Notons quelques faits d’armes lors des dernières sessions, comme les entrevues de Metallica et...

FFM ?

4 septembre 2009

Fous Fanatiques Manitobains »? Non. « Funambules Furibonds Marxistes »? Non. Toujours pas. Te voyant tiraillé par un suspense insupportable, je te révèle sans tarder la solution : il s’agit du « Festival des Films du Monde » (hélas pour votre complexe d’infériorité, 93% des lecteurs ont pensé juste !), que Montréal accueille en ce moment près du Quartier Latin*. Autrement dit, non pas quatre mais cinq (!) cinémas passent, de 8h à minuit, des œuvres dépaysantes d’auteurs d’origines diverses...