Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nouveau certificat à Poly

Dès la session d’automne, l’École Polytechnique de Montréal ouvrira un nouveau certificat en technologies des arts de la scène. Réalisé conjointement avec le centre de formation continue, ce certificat permet de fournir une base dans le domaine des spectacles. Ce domaine utilise de plus en plus de technologies de pointes et recherche donc du personnel qualifié ayant des connaissances en conception et réalisation d’éléments scéniques.

Ce nouveau certificat a été lancé le 19 avril dernier en présence d’étudiants et de professionnels du milieu. Après une introduction de Tuan Nguyen dang, directeur du Centre de formation continue de l’École Polytechnique, Magali Marcheschi, chargée de cours au certificat en technologies des arts de la scène a expliqué l’historique du projet et ses objectifs. C’est également Magali Marcheschi qui a apporté l’idée de ce projet de nouveau certificat. André Simard, coordinateur du certificat, a ensuite détaillé le fonctionnement du certificat en présentant l’ensemble des cours disponibles dès la fin août. Ces cours seront donnés à temps partiel le soir. Jacques Bergeron, directeur de la gestion des talents au Cirque du Soleil, a conclu les discours en appuyant sur le besoin des compagnies comme le Cirque du Soleil en personnels qualifiés en nouvelles technologies d’arts de la scène.

Le certificat est ouvert aussi bien aux détenteurs d’une formation collégiale en génie mécanique, industriel ou électrique, aux concepteurs scéniques du théâtre, du cirque, de la télévision et du cinéma ayant une formation collégiale qu’aux artisans professionnels autodidactes dotés d’une expérience de travail jugée pertinente.

Retrouvez toutes les informations liées au certificat sur le site web www.polymtl.ca/etudes/cfc/cheminement/arts_scene.php

Mots-clés : Enseignement (7)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.