Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

À la découverte de Verdi

L’Opéra de Montréal présente des œuvres lyriques connues mondialement, comme la Flûte Enchantée. Mais l’Opéra souhaite également aller plus loin, en affichant à sa programmation des œuvres plus en retrait, comme en témoigne Simon Boccanegra, un opéra signé Verdi. Ce n’est pas l’œuvre du compositeur romantique italien la plus connue. Verdi est l’un des compositeurs italiens les plus influents du XIXe siècle, et certains airs de ses opéras sont passés dans la culture populaire, comme « La donna è mobile » de Rigoletto ou le « Brindisi » de La traviata. En comparaison, Simon Boccanegra est une œuvre plus rare.

Cette pièce est un mélodrame en un prologue et trois actes. L’action se passe à Gènes, en Italie au milieu du XIVe siècle. Au prologue, Simon Boccanegra, corsaire, se fait élire au poste de dodge de Gênes grâce à l’aide de Paolo. Simon espère ainsi gagner la main de Maria, fille du noble Fiesco, avec qui il a déjà eu une fille. Mais Maria meurt, et sa fille disparaît. Simon se brouille alors avec Fiesco. L’air de Fiesco quittant son palais se révélera être l’un des moments forts de l’œuvre.

L’acte I se passe 25 ans plus tard. Fiesco s’est retiré à l’extérieur de la ville, sous le nom d’Andrea Grimaldi, avec Amelia, une orpheline qu’il a recueillie. Simon Boccanegra a promis la main d’Amelia à Paolo, devenu son protégé, mais la jeune fille est amoureuse de Gabriele Adorno, dont le père a jadis été tué par Simon. Amelia se révélera être la fille disparue de Simon. Paolo, qui ne l’épousera pas, décide d’enlever Amelia. La fin de l’acte I montrera que cet enlèvement a échoué car le ravisseur est tué par Gabriele. Le dodge punit Paolo, et Gabriele est fait prisonnier.

Dans l’acte II, Paolo se venge en versant du poison dans la coupe de Boccanegra, et persuade Gabriele de s’allier à lui en lui faisant croire que Simon va s’opposer à son union. Le dodge boit la coupe et s’endort. Il sera réveillé par Amelia qui empêchera Gabriele de l’assassiner en lui révélant leur lien de parenté. Gabriele implore le pardon du dodge en réalisant son erreur.

L’acte III verra la lente mort de Simon. Gabriele, qui aura aidé Simon, va gagner la main d’Amelia. Avant de mourir, Simon renouera son amitié avec Fiesco en lui révélant qui est Amelia, et il désignera Gabriele comme successeur.

Cette pièce, jouée pour la première fois au Québec, est le résultat d’une association entre l’Opéra de Montréal et l’Orchestre Métropolitain. La distribution comporte un seul nom connu, Hiromi Omura qui joue la fille du dodge. Elle interprète très bien son rôle, avec une voix puissante et souple. La deuxième meilleure voix sera celle de Roberto de Biasio, jouant le rôle de Gabriele. Alberto Gazale est très convainquant en Simon Boccanegra.

L’histoire de cette pièce est très compliquée, et s’étale sur près de trois heures. Suivre cette histoire peut être parfois déroutant. La musique ne porte pas l’empreinte forte de Verdi, ce qui peut expliquer le fait que Simon Boccanegra ne soit pas sa pièce la plus célèbre. Cependant, les décors sont très réussis et nombreux : la pièce nous fait visiter plusieurs endroits de Gènes, ainsi que le palais du dodge. Ils sont imposants, avec beaucoup d’ogives et de draperies rouges. Les costumes d’époque sont également très jolis.

Simon Boccanegra, production de l’Opéra de Montréal, jouera à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts jusqu’au 25 mars. Plus d’informations :
www.operademontreal.com

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+