Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Café crème

J’entame la deuxième partie de la session avec un survol des publicités aberrantes des dernières semaines. De temps à autre, j’aime bien faire cet exercice et mettre en perspective le niveau d’intelligence du consommateur. Si on nous prend autant pour des caves, c’est surement parce qu’il y en a quelques-uns parmi nous !

Il y a Tim Hortons qui a fait une publicité pour dire que c’est une compagnie qui se préoccupe des pays exportateurs de café. Le fabriquant de bouffe à police nous explique dans son annonce télévisée qu’avec son plan de développement, il améliore les conditions de vie des producteurs. C’est bien beau tout ça, mais vendre du café certifié équitable ne serait-il pas beaucoup plus concret ? C’est une certification reconnue (vous le savez sans doute : Polysphère en fait la promotion chaque lundi) qui permet aux producteurs d’être autonomes, mais surtout de travailler fièrement pour produire la richesse qui leur permettra d’avoir un niveau de vie acceptable. Par le fait-même, les consommateurs en achetant du café équitable ont la certitude d’avoir un impact. On se demande si c’est une image de bonne conscience ou si c’est une vraie sensibilisation ! Pour mes deux lecteurs assidus [NDLR : arrête, on est au moins trois], vous pourriez ajouter cet exemple à l’article qui s’intitulait : « Rose nanane » (disponible sur le site du Polyscope).

Parlant de compagnie qui veut se donner bonne image, je sais que c’est quand même un pas en avant, mais lorsque j’entends Naya me dire que leurs bouteilles d’eau sont maintenant faites à 100 % de plastique recyclé, je ne peux m’empêcher de me dire : « Vous attendiez quoi depuis tout ce temps ? De toute manière vous en avez assez produit de plastique vierge, que vous n’en manquerez pas ! » Ça reste quand même de l’eau embouteillée qui a nécessité la fabrication de la bouteille et son transport. Savez-vous combien de bouteilles d’eau sont consommées au Québec en 2008 ? 1 000 000 000. Combien de litres de pétrole pour les produire ? 100 000  000. Tout ça alors qu’il y en a offert gratuitement dans n’importe quel robinet près de chez vous ! (voir sur le site du Scope pour l’article : «  C’est fini le party »)

Les pubs qui me font bien rire par leurs incohérences sont celles d’essuie-tout et de papier hygiénique. Il y en a une dans laquelle on voit un couple ressortir leur machine à espresso (parce qu’ils veulent économiser sur leurs consommation de café dans les Tim Hortons de ce monde). Oups, un petit dégât de percolateur ! En partant, les dégâts dans les publicités d’essuie-tout sont toujours disproportionnés, il faut pratiquement refaire la peinture à cause d’un accident de boisson caféinée. Bref, le gars économe sur le café non-équitable prend les nouveaux essuie-tout turbo absorbants. Tout d’abord, pour les imbéciles qui coupent encore des arbres pour nettoyer des dégâts, je donne un cours d’entretien ménager, simplement venir me voir au local du Polyscope pour votre inscription gratuite. Maintenant, si le gars voulait vraiment économiser, il utiliserait un chiffon. C’est encore plus résistant qu’un essuie-tout, on peut le tordre pour absorber encore et encore et encore et surtout, ça se lave et se réutilise ! On peut même l’utiliser pour faire la vaisselle, c’est comme un produit multitâche. Même si c’est des essuie-tout plus absorbants que l’autre marque populaire et qu’il en faut moins pour nettoyer un dégât d’eau avec du colorant bleu, il ne battra jamais le bon vieux Sham-wow.

Bon les filles (et les gars aussi, de plus en plus), je sais que vous voulez rester belles le plus longtemps possible, mais les rides, vous en aurez tôt ou tard. La prochaine fois que vous entendrez une annonce de produit de type hydratant (crème pour le visage ou le corps, shampooing, etc.) portez une attention particulière à ce qu’on vous dit :  « Pour une peau d’apparence saine »… D’apparence saine ! Dans le sens que la peau à l’air bien belle, mais que dans le fond, vos cellules continuent de vieillir. Comme la nature l’a prévu ! Vous remarquerez aussi que souvent les filles qui utilisent le produit miracle ne sont pas si vieilles que ça dans les annonces. Je ne suis pas convaincu qu’une vieille grosse laide avec les cheveux crépus, un peu jaunis par les cigarettes qu’elle fume en jouant au vidéo-poker, seront revivifiés après deux ou trois lavages capillaires avec le shampooing avec ginseng et extrait de kiwi.

Je terminerai en vous parlant des annonces de voitures. Un peu comme pour les téléphones cellulaires, de plus en plus, on nous vente les voitures pour leurs fonctions secondaires et même tertiaires. Quand 85 % de la publicité est consacré au système de refroidissement du coffre à gant (pour mettre les bouteilles d’eau polluantes de Naya) ou le système de pointe à commande vocale, devons-nous conclure qu’il y a de dissimulé derrière ces futilités une mécanique de Lada… Bref, avant de sauter sur votre divan quand vous verrez une publicité, demandez-vous si la pub ne cible pas des caves. Dans l’affirmative, demandez-vous pourquoi vous avez capoté tant que ça !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Décompte des films mâles

16 mars 2012

Cette chronique très sérieuse a été le sujet de bien nombreux déversements où il est possible que, à l’occasion, je paraisse pour un gros machiste sale et sans cœur. Certains individus audacieux sont même allés jusqu’à m’accuser de ne rien entendre à l’art. N’étant pas du genre à refuser un défi, abordons un thème qui m’émeut profondément, un décompte des meilleurs films (lire : les plus virils) de l’histoire du cinéma. Notez que, comme...

La combustion spontanée

25 septembre 2001

Le 12 mai 1977 au soir, à Uruffe, petit bourg non loin de Toul, la voisine de palier de Ginette Kazmierczak se réveille en sursaut, sa chambre emplie de fumée. Elle sort et voit des flammes dévorer le bas de la porte de sa voisine. Elle appelle illico les pompiers qui font ni une ni deux et défoncent la porte en question. Ils se retrouvent devant un effroyable spectacle. Le corps de la locataire...

De l’alcoolisme à Polytechnique

6 octobre 2006

Par V. Boudreault J’aimerais réagir à un texte paru dans le Polyscope de la semaine passée dont le titre était : «Vos cotisations servent-elles à gâter les impliqués». Je ne veux nullement contester ici à l’auteur les quelques privilèges qui accompagnent la dure vie d’impliqué dans cette école, une réalité évidemment remplie de sacrifices et d’exemples d’abnégation. Je le sais, puisque je suis aussi un impliqué, depuis trois ans. Ce qui m’agace un peu,...