Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

J’ai testé pour vous… Chatroulette

La semaine dernière, en visitant un peu tous les (pires ?) sites du monde je suis tombé sur le dernier buzz à la mode. Et après y avoir passé quelques heures je me suis dis qu’il fallait que j’en fasse profiter l’ensemble de la communauté ? Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Si maintenant je vous parle de webcam ? La possibilité de discuter avec des personnes ? Aaah vous voyez enfin. Je parle évidement du phénomène Chatroulette. À l’origine de ce buzz, un jeune geek russe, qui en passant trop de temps sur Skype avec ses amis, à décidé de programmer cette page toute simple. On pourra même remarquer que la page est sans aucune publicité.

Le principe, qui peut paraître à la fois simpliste et avant-gardiste, repose sur un système assez simple : vous avez une caméra (ou non), vous entrez sur le site et vous êtes directement mis en relation avec une personne dans le monde grâce à une application Flash. Et c’est là que le site prends toute son importance : il n’y a aucune autre information de vous qui circule librement à la personne avec qui vous communiquez. Vous pouvez donc parler, discuter, faire n’importe quoi à la webcam sans avoir à craindre quelconque désagrément si ce n’est de se voir nexter…
J’ai donc testé pour vous, et pour le simple plaisir de mes yeux, ce nouveau service et je vais maintenant vous faire part de ses avantages et de ses inconvénients. Je viens donc de faire un tour de 5 minutes [NDLR : 5 heures, pervers] et durant de courts laps de temps j’ai nexté ou été nexté une vingtaine de fois [NDLR : x 60], et j’ai pu voir plein de choses bizarres… En outre, j’ai pu voir trois types en camisole, deux webcams désactivées, une paire de seins, un hippie en train de fumer, un barbu, et un couple gay en train de s’embrasser. Autant dire que l’on peut faire des découvertes sur n’importe qui, et surtout sur n’importe quoi. Sur Chatroulette, il n’y a pas de peur à avoir, vous rencontrez à la webcam des inconnus, et vous pouvez leur parler en toute aisance d’où la devise : « feel free to talk now ».

Cependant, on peut voir énormément de dérive sur ce site, qui est en effet théoriquement réservé à un public averti de plus de 16 ans. Mais malgré cet avertissement il n’est pas rare de voir des jeunes en train de discuter.

Autour du buzz, il existe déjà un nombre important de sites web relatifs à Chatroulette, où l’on peut mettre des captures d’écran pour partager avec tous les meilleures trouvailles, comme sur www.bestofchatroulette.com. En plus de ces sites qui regroupent les meilleures et les pires photos et vidéos, une nouvelle plateforme est en train de se mettre en place. Ce sont des forums où l’on peut poster une courte histoire, en espérant que l’interlocuteur se reconnaisse et réponde un jour. Mais il ne faut pas se leurrer, si la personne t’a nexté une fois, ce n’est pas pour venir te parler sur un forum ! Il ne faut pas non plus confondre les multitudes de sites qui sont en train de pulluler sur le net. Avec par exemple, les versions pseudo-françaises qui promettent d’avoir une communauté entièrement francophone, avec plus de 15 000 membres et qui s’avère être au final un gros mensonge car on retrouve les mêmes gens au bout de 3 nexts. Encore une fois, ces sites se sont approprié l’idée du jeune russe, pour un maximum de visibilité publicitaire. Il vaut donc mieux rester sur le seul et unique Chatroulette original.

Mais ce site n’est pas à mettre entre toutes les mains car il n’est pas rare d’y croiser des pervers sexuels en train de se masturber. Ces exhibitionnistes sont bien nombreux et on parlera donc d’exhibition sexuelle, car ces pervers peuvent montrer à tous leurs actes sexuels en solio ou avec une autre personne. En plus d’avoir ce danger-là pour les plus jeunes, il y en à un plus grave, celui de la pédophilie. Il est évident que les chances qu’un enfant tombe sur un pédophile et qu’ils soient dans la même ville sont extrêmement minces, mais, il est plus probable qu’ils soient au moins dans le même pays. Lors de mes longues sessions Chatroulette, j’ai pu observer que la majorité des personnes venaient des États-Unis, puis j’ai vu quelques allemands, français et des gens d’un peu partout ailleurs dans le monde. Mais s’il devait arriver qu’un enfant rencontre un pédophile et qu’ils soient (imaginons) dans le même pays, ce dernier n’aura aucun souci en manipulant bien ses phrases, à faire dire à l’enfant où il habite, où il va à l’école, et peut-être même lui faire enlever ses vêtements. Cette pratique, qui, je l’espère, n’est pas encore courante, peut devenir très rapidement un fléau si rien n’est fait pour assurer un certain contrôle.

Une autre chose inquiétante est pour les désespérés de la vie. Comme on peut le voir sur de nombreux site web diffusant les images du site, certains s’amusent par exemple à faire croire à un suicide. Parmi les plus connus celle du pendu (rechercher le numéro 1461 sur www.bestofchatroulette.com) ou le noyé (numéro 1557) ou encore le subjectif (959 ou 902). On peut donc se douter que ceux-là, surtout s’ils sont enregistrés par l’auteur de la webcam, ne sont que de pures mises en scène. Mais il pourrait arriver qu’un jour, une personne veuille mettre fin à ses jours et veuille être vus par tout le monde et cette personne partira en apportant avec elle sa dignité en ne laissant derrière elle que son ordinateur allumé…

Bref, les dérives de ce site peuvent être très importantes et peuvent marquer très vivement les esprits. Si un enfant ou une âme sensible tombe sur la webcam d’un phallus ou d’un mort, on est en droit de se demander comment cette personne réagira plus tard. Je terminerai sur cette dernière dérive qui est de faire une fausse webcam. Il est en effet possible de diffuser sur la webcam certains vidéos grâce à des logiciels spécialisés. Il est ainsi possible de leurrer l’interlocuteur pour lui faire croire qu’il parle à une jolie fille, qui se veut bien gentille et qui est prête à tout pour nous, alors qu’il s’agit en fait de Robert, 58 ans, chauffeur de poids lourd entre Québec et Chicoutimi…

Bien heureusement, ce n’est pas non plus le temps de la débauche et de la perversité. Lors de mes visites, j’ai énormément ri en voyant des gens faire n’importe quoi. Une personne qui s’efforce tant bien que mal de danser, une famille entière qui ont les yeux rivés sur l’écran, un type déguisé en champignon et qui danse sur place et plus encore.
Ce site est donc à prendre avec des pincettes, à ne pas prendre au premier degré. Et c’est ainsi que l’on trouve que son nom est très approprié. Ccomme jouer à la roulette russe… mais avec une webcam. À vous d’essayer.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

1, 2, 3 partez!

8 avril 2008

Le point de départ : Polytechnique ! Défoulez-vous ! Du plaisir s’annonce, commencez déjà votre été par une belle aventure, une activité plus globale et plus étendue! Vous êtes tous invités au Rallye-paper 2008 organisé cette année par les associations étudiantes libanaises des universités de Montréal, en collaboration avec la fédération des étudiants libanais TOLLAB qui vient de s’élancer, et WLCU (World Lebanese Cultural Union). Ce 10 mai, organisez- vous en équipes et préparez-vous...

Igloofest 2010 : Dernière fin de semaine

29 janvier 2010

Décidément une rude année que réserve Dame Nature à l’organisation de l’Igloofest cette année. Après une première fin de semaine inhabituellement douce qui a presque transformé le Quai Jacques-Cartier en Osheaga, la seconde fin de semaine aura quant à elle été la victime d’un froid plus mordant, qui ne sera cependant pas venu à bout des amateurs de musique électronique venus nombreux pour l’occasion. Cette dernière fin de semaine du festival promet d’être mémorable,...

Atelier : la gestion du temps

25 septembre 2009

Par Gilles Lussier Les ateliers d’information pour l’amélioration des habiletés d’apprentissage proposés à chaque trimestre visent à fournir aux participants divers moyens de développer un ensemble de compétences essentielles à une activité scolaire satisfaisante et plus agréable. Ces ateliers s’adressent autant à des étudiants voulant améliorer un rendement déjà satisfaisant qu’à ceux ayant un fonctionnement plus problématique. Comment s’y inscrit-on ? Aucune inscription n’est requise. C’est gratuit (... mais payant ! ;-) ). Chaque atelier forme un...