Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Karnival v.2

C’est dans le cadre de la Nuit Blanche du festival Montréal en Lumière que s’est tenue la seconde édition de l’évènement Karnival, organisée par Ghislain Poirier et ses collaborateurs habituels. Successeur des soirées Bounce le Gros autrefois organisées par l’artiste qui se fait désormais appeler uniquement Poirier, l’évènement hérite des qualités de son ancêtre en présentant au public un mélange de différents genres de musique. Les occasions de faire de nouvelles découvertes sont donc nombreuses, alors que sept artistes partagent la scène en vue de présenter des rythmes de partout autour du monde pour faire danser le public venu nombreux pour assister à l’évènement.

C’est ainsi que se sont succédés sur la scène du Club Soda Ghostbeard, du label Ninja Tune, Bonjay, arrivés directement de Toronto avec Valeo, animateur de l’émission Masala à l’antenne de CISM, et finalement Ghislain Poirier et son collaborateur Face-T et mettant en vedette Boogat. Le tout, dans un amalgame de musique électronique et reggae, de soca, de bass, de dancehall et de musiques urbaines du monde.

Le mélange de ces genres peut paraître plutôt éclectique, mais il en résulte une ambiance des plus festives qui parvient à faire danser de façon endiablée même les membres du public peu familiers avec ces registres. Même ceux venus au Club Soda à défaut d’avoir pu entrer au Métropolis devant la longueur de la file d’attente pour y entrer.

Poirier n’effectue en fait qu’un « touch and go » en ville, alors qu’il est en tournée internationale en vue de faire la promotion de son plus récent album, Running High, qui paraîtra le 30 mars prochain sous l’étiquette Ninja Tune. Un bref passage à Montréal donc, puisqu’à peine de retour de Londres où il a participé au Red Bull Music Academy après avoir effectué une tournée en Australie aux côtés de MC Zulu, il est déjà reparti sur la route en direction du Texas, où il participera au fameux festival de musique SXSW (South by Southwest). Tout cela en plus d’avoir produit depuis l’automne dernier une série de treize podcasts pour
BandeAPart.fm, la radio alternative de Radio-Canada.

Après la première soirée Karnival tenue dans le cadre de POP Montreal en automne dernier et la seconde présentée lors de la Nuit Blanche à la fin du mois de février, c’est avec grand intérêt que l’on attend la prochaine édition de cet évènement, que l’on souhaite voir produit dans un futur rapproché. On surveillera également les prix Juno 2010 qui se tiendront au mois d’avril prochain, prix pour lesquels que Poirier et Face-T sont en nomination pour l’album reggae de l’année.

Pour ceux qui auraient manqué Karnival v.2 et qui voudraient faire l’expérience de ce qu’ils ont manqué, le réalisateur Colin Beaudry a diffusé en ligne une compilation des meilleurs moments :

Mots-clés : Musique (216)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Tout ce qui tombe, au théâtre d’aujourd’hui

9 novembre 2012

Du 30 octobre au 17 novembre est présenté au théâtre d’Aujourd’hui la bouleversante pièce « Tout ce qui tombe», premier texte scénique de Véronique Côté mit en scène par Frédéric Dubois.   Entre l’Allemagne et le Québec, entre la chute du mur de Berlin et aujourd’hui, les destinées ou les hasards de quatre couples s’entremêlent. Tous ont des choix difficiles, mais sommes-nous vraiment responsables de notre avenir? Le doute, les tourments de l’amour, les peurs...

L’APOLLONIDE (SOUVENIRS DE LA MAISON CLOSE)

21 octobre 2011

Aux premières heures du XXe siècle à Paris, le quotidien de Julie, Clotilde, Samira, Madeleine et les autres, prostituées dans la prestigieuse maison close de Marie-France Dallaire. La répétition des jours et des nuits, les séances d’habillage entre filles, les manies des habitués du lieu. Dans cet univers familier, et presque familial, on se laisse aller à la douceur de l’autarcie, alors que la cruauté bouleverse pourtant fréquemment ce monde replié sur lui-même, sous...

Hommage aux Beatles à Las Vegas

25 septembre 2009

Las Vegas m’ouvrait toute grande ses portes de casino le temps d’une fin de semaine. Début d’un trip de deux semaines qui allait m’apporter à Los Angeles et San Francisco, un passage dans la ville du vice était plus que nécessaire pour goûter aux plaisirs culinaires, nocturnes et culturels (car les trois sont très possibles) de cet étrange paradis désertique du casino et de l’hôtel. Malgré une visite d’hélicoptère au-dessus du Grand Canyon et...