Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Vian en chansons

Suite et fin du compte rendu de la Nuit Blanche, qui s’est déroulé le samedi 27 février passé, avec un autre spectacle musical. La chorale La Horde Vocale était présent au Théâtre du Nouveau Monde pour deux représentations. Ces spectacles étaient des aperçus de ce qu’ils vont jouer en juin : Moulin à Vian. En hommage aux chansons écrites et interprétées par Boris Vian, le chef de la chorale reprend les grands succès de cet auteur-compositeur, en les arrangeant pour être présentés en version a cappella. Le résultat est surprenant : ce groupe d’une trentaine d’acteurs-chanteurs fait revivre l’esprit de Boris Vian à travers son répertoire musical. Habillés dans le style français des années 50, ils jouent chaque chanson de manière assez théâtrale. La prestation de ces chanteurs sait jouer avec l’humour et le surréalisme caractéristiques de ce célèbre écrivain. Il est intéressant, pour ceux qui connaissent les chansons de cet auteur, d’écouter les arrangements et les modifications apportées aux textes originaux. Sinon, la Horde Vocale est un beau moyen de (re)découvrir Vian et ses chansons parfois tragi-comiques, parfois très sérieuses. Ce spectacle est un hommage à cet auteur, dont on a célébré les 50 ans de sa disparition l’année dernière.

Boris Vian est un écrivai, poète, parolier, chanteur, critique et musicien de jazz français qui a vécu entre 1920 et 1959. Ingénieur de formation, il se dirige très vite vers la musique et publie son premier roman célèbre en 1946, J’irai cracher sur vos tombes. Il écrira au total onze romans sous une multitude de pseudonymes, ses livres les plus connus étant l’Écume des jours, l’Arrache-cœur et l’Herbe rouge. Vian a été très prolifique comme auteur. En plus de ses romans et de ses critiques de jazz, il a écrit plusieurs nouvelles, des pièces de théâtre, des opéras, des recueils de poèmes et des scénarios de films. Boris Vian a également été reconnu pour ses compositions musicales, interprétées par lui-même ou réalisées pour d’autres artistes (comme Henri Salvador). Ses chansons les plus connues sont Le Déserteur, chanson antimilitariste écrite avant la guerre d’Algérie, La Complainte du progrès et La Java des bombes atomiques. Déjà connue avant sa mort, son œuvre connu un immense succès posthume, le public redécouvrant les textes de cet éternel adolescent. L’imagination de cet auteur n’a pas de limites : ses œuvres transportent le public dans des univers étranges, très surréalistes, avec beaucoup de personnifications et de métaphores.

La Horde Vocale sera à la Maison de la culture Ahuntsic les 4 et 5 juin prochains pour leur spectacle Moulins à Vian, présenté en hommage à Boris Vian. Pour écouter des extraits de leurs performances ou trouver d’autres informations sur cette troupe : www.lahordevocale.com

Articles similaires

La rentrée du Centre Canadien d’Architecture

18 septembre 2009

La sérénité du Centre Canadien d’Architecture, établi juste derrière la rue Sainte-Catherine, contraste fortement avec les autres bâtiments sur la rue. Les lignes austères de l’édifice comme le silence qui règne sur le jardin sont pourtant trompeurs, car le CCA abrite plusieurs expositions simultanément. Dans le cadre du mois de la photo à Montréal, le CCA a choisi de mettre à l’honneur deux photographes : Robert Burley et Guido Guidi. Robert Burley, photographe torontois...

Festival de Jazz 2010

9 juillet 2010

Depuis ses débuts, le Festival International de Jazz de Montréal n’a cessé d’impressionner par la qualité et la variété de sa programmation. Cette année ne fait pas exception, avec la participation de quelques-uns des plus grands noms de la musique, tant en salle qu’à l’extérieur sur l’une des nombreuses scènes aménagées au centre-ville pour l’occasion. Parmi les artistes remarquables, notons entre autre les John Zorn, David Reinhardt, Lou Reed, Allen Toussaint, Jordan Officer, Bobby...

Francofolies de Montréal 2010

31 mai 2010

Au fil des années, les FrancoFolies de Montréal nous ont habitué à leur lot de surprises ainsi qu’à leur programmation mettant en vedette tant les artistes les plus connus de la francophonie que les plus obscurs. Occasion de faire des découvertes aussi bien que de voir pour une rare fois sur scène quelques-uns des plus grands noms de la chanson de la langue de Molière, le festival a permis à bon nombre de personnes...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.