Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Brown/Palin, les nouveaux républicains décomplexés en route pour 2012

Sourires aussi blancs et scintillants qu’Obama, parcours atypiques, beaux, jeunes, accompagnés de la famille américaine modèle, ils se préparent à combattre l’un contre l’autre avec en ligne de mire la présidentielle de 2012. Scott Brown, le nouveau sénateur du Massachusetts et Sarah Palin, l’ancienne colistière de John McCain ont de nombreux points communs : quasi inconnus il y a encore quelques mois et adeptes de la technique d’hypervisibilité dans les médias qu’Obama avait utilisée lors des primaires démocrates pour occulter ses concurrents.

Tous deux utilisent le populisme comme fond de commerce pour les bonnes grâces des électeurs. Scott Brown a gagné son poste de sénateur dans l’un des états le plus démocrates des États-Unis (fief des Kennedy jusqu’à peu) avec son slogan « Scott et son pick-up ! ». La mode est de faire croire à son électorat que l’on est un américain comme les autres, il faut renverser les élites intellectuelles, il faut balayer le symbole Obama. Ainsi, on veut se donner une image lointaine de ce que l’on est réellement : celle d’un gars avec qui on pourrait boire une bière devant un match des Celtics, et celle d’une « hockey mom » avec qui on pourrait discuter devant l’aréna en attendant la fin de l’entraînement de son fiston.

À son arrivée au sénat, Brown défiait Barack Obama au basket, histoire de faire le « buzz », de continuer à être au-devant de la scène. Il y a quelques jours, Scott Brown introduisait son ami Mitt Romney (l’ancien gouverneur de son état) à la Conférence d’action politique des conservateurs (CPAC) en faisant un discours qui rappelait celui d’un certain Barack Obama lors de la convention démocrate de 2004. Dans cette allocution, il n’a pas hésité à mettre en cause les dépenses excessives de l’administration Obama. Sarah Palin, elle n’était pas à cette réunion, invitée pourtant, elle a décliné. Dorénavant, elle facture toutes ses interventions 100 000 $ en vue de préparer la récolte de fonds pour sa campagne. C’est ce qu’elle a touché, début février, en allant faire son discours devant le Tea Party (mouvement conservateur contestant la réforme de santé d’Obama). Elle n’a pas hésité, elle aussi, à ironiser sur l’action du président Obama en lançant « Alors, ça marche bien pour vous, tous ces trucs d’espoir et de changement ? » Et une fois de plus, elle s’est rapprochée des « vrais gens » en partant en campagne pour 2010 (où la chambre des représentants et un tiers des sénateurs seront renouvelés) en déclarant « C’est du peuple qu’il s’agit (…), quelque chose de bien plus grand qu’un type charismatique avec un prompteur ».

Tous deux sont adeptes du « story-telling », le fait de raconter une histoire pour illustrer une idée, un concept, voire pour la faire passer pour une vérité, un dogme aux électeurs. L’American Dream qu’illustre magnifiquement Obama, et bien Brown et Palin l’ont repris à leur compte. Lui, le pauvre étudiant en droit qui a réussi à financer ses études en gagnant de l’argent en posant dans Cosmopolitan (magazine féminin) et en devenant en 1982 « l’Américain le plus sexy de l’année ». Sa fille, joueuse en NCCA (ligue universitaire de basketball) et arrivée dans le Top 16 d’American Idol, montre que tout est possible en Amérique, et qu’il faut croire en le futur, à un avenir meilleur. Beau slogan en période de crise n’est-ce pas ? L’ancienne reine de beauté, elle aussi ne lésine pas sur les histoires, après son livre « Going Rogue » (Cavalier seul) à l’automne dernier. Elle n’hésite pas à apparaitre de plus en plus souvent avec son petit dernier atteint d’une trisomie pour montrer à quel point elle est une bonne mère.

Tous deux ont donc repris les recettes du succès d’Obama pour essayer d’être présents dès l’année prochaine dans l’Iowa pour conquérir le cœur des républicains en vue des primaires qui débuteront en janvier 2012. Sarah Palin, a même pris un peu d’avance en démissionnant de son poste de gouverneur d’Alaska en été dernier pour se consacrer entièrement à cette tâche nationale qu’est une campagne.
En tout cas, si vous ne l’aviez pas encore compris, nous revoilà tombé dans les travers de la politique « frivole », qui veut que le candidat soit aussi sympa (voir une image un peu de cave) à la façon Georges W. Bush, aussi beau que Reagan ou Obama, charismatique que Clinton. Où sont les idées, les réformes, les révolutions ? Espérons qu’elles émergent d’ici 2012 !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Obama à Ottawa, dans les coulisses du rendez-vous

27 février 2009

Mardi – Après des semaines de coups de téléphones et de mails, c’est fait : deux jours avant l’arrivée du président Barack Obama dans la capitale canadienne, le ministère des Affaires étrangères me contacte pour me dire que mon accréditation est validée, il faut que je vienne la chercher le lendemain même à Ottawa. Mercredi – Je débarque en soirée dans la capitale, la neige arrive en même temps que moi, le vent souffle...

L’actualité automobile

29 janvier 2010

L’euphorie des salons automobiles terminée, on pourrait logiquement s’attendre à un certain calme dans l’industrie automobile. C’est vrai jusqu’à un certain point, car puisqu’il s’agit d’un domaine à haute capitalisation technologique, le progrès n’arrête pas. On ne peut malheureusement pas en dire autant du design automobile qui, certaines fois, devient carrément erratique. Une future Honda NSX ? Voici la nouvelle arme de Honda dans la SuperGT, une série de courses de voiture de grand...

20 ans

30 octobre 2009

Petite pause dans les propos habituellement incohérents de l’article que j’écris chaque semaine et que je qualifie d’éditorial alors qu’il n’en est pas un. Vous tenez présentement le dernier numéro régulier du Polyscope de la session avant le numéro spécial qui sera lancé d’ici quelques semaines. Pour cette raison, nous prenons de l’avance sur le calendrier pour écrire quelques mots sur les évènements du 6 décembre 1989, qui se sont déroulés il y a...